Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences

Mercredi 4 novembre, Raphaelle Bourrillon (préhistorienne responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux en collaboration avec Stephane Petrognani) a brillamment soutenu sa thèse de doctorat consacrée aux représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur en Europe.

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Les membres du jury (Michel Barbaza [directeur de thèse], Carole Fritz, Françoise Frontisi-Ducroux, Georges Sauvet, Denis Vialou et Randal White) ont attribué à Raphaelle le titre de docteur en Préhistoire, et l’ont gratifiée des félicitations du jury, à l’unanimité.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Raphaelle a présenté de façon synthétique son travail qui s’appuie sur une analyse détaillée des variations graphiques, formelles et syntaxiques des représentations humaines sexuées. Le corpus qu’elle a rassemblé à été intégré dans une base de données hiérarchisée qu’elle à soumise à différents traitements statistiques dont l’Analyse Factorielle des Correspondances. Son examen de la diversité des représentations humaines (sur le plan synchronique et diachronique) a montré d’une part l’existence d’invariants appartenant au domaine des universaux, et, d’autre part, de variations qui peuvent être révélatrices de traditions culturelles distinctes.

Les figures féminines et masculines entières, ainsi que les segments corporels isolés (sexes), présentent des divergences et des convergences formelles, régionales et chronologiques, qui permettent de proposer une carte de la circulation de cette thématique et, par extension, des groupes humains.

L’importance accordée aux figurations féminines et masculines a varié au cours du temps, de même que leur traitement graphique respectif. C’est ainsi que les représentations masculines entières n’apparaissent réellement qu’au cours du Magdalénien moyen, ce qui ouvre le champ d’une réflexion sémiologique sur la place symbolique de l’homme et de la femme dans l’art paléolithique et dans les traditions socio-culturelles des groupes.

La soutenance s’est tenue à l’université de Toulouse II le Mirail, à la maison de la recherche.

Titre : The human gendered representations in the art of Upper Palaeolithic: diversity, reminiscences, continuity

Abstract : This work concerns the gendered human representations throughout the European Upper Palaeolithic. An hierarchical Database was designed and used to analyse syntactic and formal variability. Various statistical treatments such as Correspondence Factor Analysis allow us to analyse this variability, from a synchronic and a diachronic point of view, and show the existence of invariants which may be regarded as universals and fluctuations probably due to distinct cultural traditions. Complete male and female figurations (as well as isolated sexual segments) show a complex pattern of formal convergences and divergences, both regionally and chronologically, allowing us to draw maps of possible territorial entities between which the theme may have circulated. The attention paid to woman and man has largely varied during the Upper Palaeolithic, the complete representations of men being very rare before the Middle Magdalenian. The differential emphasis on man and woman at various periods is probably related to changes in their symbolic and semiotic status and probably to changes in the socio-cultural traditions.

Keywords: Upper Palaeolithic, formal variability, syntax, Correspondence Factor Analysis, human figures, semiotics.


2 réflexions au sujet de « Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences »

  1. Un seul mot : félicitations ! Une très belle soutenance, une présentation hors-pair, des réponses ciselées au plus juste, et une récompense bien méritée au final. Bravo Raphaëlle pour cette très belle thèse, et que le plus bel avenir te soit réservé dans la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *