La grotte laboratoire des Fraux labellisée « Site d’Étude en Écologie Globale » par le CNRS

L’Institut Écologie et Environnement du CNRS a crée, le 1er mars 2010, pour une durée de 4 ans, un site d’étude en Écologie Globale (SEEG) dédié à l’étude pluri et interdisciplinaire de la grotte des Fraux. Adossé au laboratoire GEODE, UMR 5602, le SEEG est dirigé par Albane Burens, membre de l’équipe scientifique des Fraux.

Le projet déposé auprès de l’INEE envisage Les Fraux comme une « grotte laboratoire », concue comme un lieu d’observations, d’expérimentations mais aussi de modélisation d’un paléo-écosystème souterrain anthropisé. La concentration d’activités humaines exercées dans ces espaces confinés, telle qu’elle procède de choix sociaux-culturels, constitue un atout pour étudier les interactions des sociétés avec leur environnement. Par l’alternance de phases où s’exercent des contraintes anthropiques fortes et d’étapes de retour vers des fonctionnements « naturels », déconnectés des agents anthropiques directs, le milieu souterrain constitue un excellent candidat aux approches multi-proxy.

Le projet ambitionne de développer une approche intégrée, à l’échelle d’un site archéologique exceptionnel (grotte ornée de l’âge du Bronze). Cette approche englobe l’ensemble des étapes de la recherche, depuis l’acquisition de données, la mise en œuvre de protocoles d’observations, l’expérimentation, jusqu’à la modélisation, en mettant également l’accent sur le volet formation. 

Le projet se construit autour de 6 chantiers thématiques d’observation et d’acquisition de données :

– Chantier 1 – Etude du paléo-karst, reconnaissance du réseau ;

– Chantier 2 – Micro-topographie, lasergrammétrie, modélisation 3D ;

– Chantier 3 : Étude des dispositifs anthropiques et des ensembles mobiliers ;

– Chantier 4 : Étude des œuvres pariétales  ;

– Chantier 5 : Caractérisation et datation des paléo-feux ;

– Chantier 6 : Paléo-écologie.

L’enjeu de la création de ce SEEG est de mettre en œuvre des thèmes transverses qui répondent aux objectifs d’expérimentation et de modélisation propres au projet. Dans cette perspective il s’agira d’une part de poursuivre l’acquisition de données et, d’autre part, de mettre en place des outils interdisciplinaires d’expérimentation et de modélisation.

Cet objectif nécessite de mettre en œuvre des moyens spécifiques pour :

  1. l’archivage et la mise en commun des données au sein d’une BDD en 3D ;
  2. l’acquisition de référentiels actuels (analogues expérimentaux) ;
  3. le développement d’outils de modélisation spécifiques au milieu souterrain.

 

prospections géophysiques  (F. Levêque - LIENSs)

prospections géophysiques (F. Levêque - LIENSs)

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *