l’esprit du blog

Pourquoi un blog ?

Ce projet de blog est issu d’une proposition de Marin Dacos – responsable de Revues.org – et d’une volonté de notre part de communiquer différemment autour de la recherche en sciences sociales.

L’idée de départ est simple : la recherche se construit par touches, par cumul. Réflexions, débats, contradictions (…) participent de ce processus de construction de la recherche dont la richesse de la démarche réside dans les bifurcations et les buissonnements. Le plus souvent, ces temps de la recherche se réduisent à des moments où l’équipe se retrouve à huis clos pour débattre, échanger, confronter idées et hypothèses. D’autres instants clé – à l’image des colloques, conférences ou publications collectives – relèvent de ce même processus : aiguiser ses arguments pour présenter l’état, souvent partiel, de ses hypothèses et de ses réflexions.

Ces temps de la recherche sont codifiés, encadrés, balisés, conférant à l’approche scientifique une part de mystère aux yeux du grand public. Si la communauté scientifique s’accommode de cette pratique – car elle en partage les codes et les sous-entendus – le profane et le curieux peuvent rester circonspects quant à la manière dont sont transmises ces parcelles de connaissances.

Bien que l’archéologie bénéficie auprès du public citoyen d’un profond engouement, elle n’en est pas moins sujette aux dérives obscurantistes : ainsi les folles rumeurs sur l’origine extra-terrestre d’Ötzi (l’homme des glaces daté du Chalcolithique découvert dans le Tyrol autrichien) ; les polémiques et tergiversations liées à la malédiction de Toutankhamon ; les atermoiements sur l’authenticité du disque Bronze moyen de Nebra. Ce sentiment se trouve d’autant plus exacerbé que les recherches touchent à des thèmes en prise directe avec les questionnements de nos sociétés contemporaines, confrontées à l’accélération des rythmes des changements environnementaux, sociaux et culturels.

Le monde particulier de l’art et de la grotte, avec tout ce que ces domaines véhiculent comme images et imaginaires mais également comme interdits, incarne les difficultés de confrontation à un objet de recherche particulier. Parce que la communauté scientifique et le public accèdent avec difficulté à ces milieux physiques et mentaux, notre volonté est de mettre à disposition des chercheurs et des citoyens ces éléments de réflexion.

Cette posture pourra sembler schizophrénique ! Comment allier tout à la fois le bon déroulement d’un programme de recherche – tel qu’il requiert de peser les hypothèses, de tester les protocoles, de valider ces résultats …) – et la divulgation de données brutes, non abouties et susceptibles d’être contredites ! C’est là tout l’enjeu de ce blog de chercheurs : communiquer très rapidement des données sur un portail scientifique tout en se donnant la liberté de se contredire et de se déjuger. Telle est l’idée qui nous a séduits dans ce projet.

Quelle forme donner à ce blog ? Pour un archéologue, le cahier de fouille – autrement appelé « carnet de terrain » – constitue le lien, la mémoire entre les premiers coups de truelle et la publication. Le carnet de fouille constitue, à chaque instant d’élaboration de la recherche, le document clé auquel il est fait référence. Ce journal de fouille constitue une pièce maîtresse : l’archéologue y consigne, outre les données de terrain, ses impressions, ses remarques, ses interrogations. Souvent griffonné, support de croquis et de schéma, le journal accompagne le chercheur comme le carnet l’architecte. Une fois la fouille achevée et publiée, ce journal, acteur et témoin de la recherche, revêt un statut d’archive.

Notre objectif est de faire de ce blog un carnet de fouille interactif, à la fois témoin de la fouille qui s’engage, archive de la recherche. Il se veut également le fruit d’un échange auquel nous vous convions.


11 réflexions au sujet de « l’esprit du blog »

  1. excellente idée ! je ne suis pas sûre que les commentaires feront jaillir des interprétations radicalement neuves mail ils pourraient apporter des comparaisons inconnues des fouilleurs et peuvent éventuellement constituer des critiques constructives ou poser des questions qui mériteront réponse. De toute façon, l’information au public y gagnera. Bonne chance !

  2. Je suis particulièrement sensible à cette démarche.Je trouve l’idée très intérressante et novateur pour le milieu archéologique. Je suivrai de près ce blog.

    A bientôt.

  3. pour répondre à Gdupollen, dont je devine l’identié. OUI, il y a de la vigne, et du vin donc ! mais la question est : estquilyadupollen ?

  4. Il démarre très bien ce blog ! Non seulement je suis une inconditionnelle de Bourdieu (Lévi-Strauss aussi…) mais c’est tout à fait dans ma logique de travail et dans l’optique d’ouverture des fonctions de documentaliste au niveau des archives scientifiques, à suivre de près ;o)

  5. Ping : Les carnets Hypothèses – Expériences et usages | L'infusoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *