Communiqué de presse du 15 septembre 2010

À l’occasion du conseil communautaire (Communauté de Communes des Pays Thibériens) qui s’est tenu le mercredi 15 septembre 2010, le Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine et l’équipe scientifique ont dressé un bilan de quatre années de recherche à la grotte des Fraux.

Après un point presse, une délégation d’élus du conseil communautaire a pu prendre connaissance in situ des recherches conduites par l’équipe.

Vers 18 h, un point d’information et la projection d’un documentaire consacré à la grotte des Fraux, réalisé par Marc Azema, ont été proposé aux élus de la Communauté de communes par l’équipe scientifique.

Présentation des travaux scientifiques à une délégation du conseil Communutaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE –

La grotte des Fraux à Saint-Martin-de-Fressengeas (Dordogne) : une grotte ornée de l’âge du Bronze (1450 -1200 BC)

La grotte des Fraux fait, depuis 2007, l’objet de recherches archéologiques placées sous l’égide du Ministère de la Culture (DRAC Aquitaine et du Service Régional de l’Archéologie). En ce mois de septembre 2010, la première partie du programme de recherche s’achève. Quatre années de recherches et plus de 10 sessions d’études ont été consacrées à l’exploration de la cavité, mais également aux travaux de surveillance, de consolidation et d’aménagements de la grotte. Très fragilisée, la grotte des Fraux a nécessité que l’on réalise, préalablement au lancement du programme d’étude, des travaux de consolidation. Par ailleurs, des aména­gements spécifiques ont été effectués, dans le but de faciliter le déplacement dans la grotte des agents de la DRAC Aquitaine et des membres de l’équipe scientifique sans altérer les vestiges archéologiques (platefor­mes de circulation). L’implication des Collectivités Locales (Région Aquitaine, Conseil Général, Commu­nauté de Communes des Pays Thybériens, Commune de Saint-Martin-de-Fressengeas) et de l’Etat permet aujourd’hui de protéger ce patrimoine exceptionnel et de permettre son étude.

Une découverte fortuite en novembre 1989

La grotte des Fraux a été découverte fortuitement par Monsieur Edmond Goineaud, agriculteur à Saint-Martin-de-Fressengeas. Alors qu’il avait creusé une retenue collinaire artificielle, l’agriculteur des Fraux a eu la surprise, un matin de novembre 1989, de constater que son petit lac s’était soudainement vidé. Une étroite fissure laissait alors apparaître ce qui allait devenir l’entrée vers la grotte des Fraux. Après de nombreux ef­forts et le dégagement des terres qui obstruaient la faille, une première équipe a pu pénétrer dans la cavité et reconnaître la présence d’oeuvres pariétales et de dépôts de céramiques. De toute évidence, personne n’avait pénétré dans la grotte depuis que son porche s’était effondré, il y a près de 3000 ans. La découverte fit sensation et les expertises opérées par Norbert Aujoulat du Centre National de Préhistoire de Périgueux et Christian Chevillot, archéologue périgourdin réputé, ne firent que confirmer les premières impressions des inventeurs. Mais l’ouverture de la brèche qui avait révélé l’existence de cette grotte exceptionnelle avait également provoqué la fragilisation de la cavité par l’affaiblissement d’une partie du plafond et des chutes de blocs de grès, rendant toute étude impossible. Depuis 1995, la grotte des Fraux est inscrite à l’inventaire du patrimoine au titre des Monuments Historiques.

En 2006, après plus de 15 ans de mise en sommeil de la grotte, les élus et les services de l’Etat décidaient de mettre en oeuvre des mesures de protection, d’étude et de valorisation de ce patrimoine archéologique. En coordination avec la sous-préfecture de Nontron, les élus de la communauté de communes choisissaient d’initier la protection, l’étude et la valorisation de la grotte des Fraux.

Aujourd’hui, grâce à la gentillesse de Monsieur Edmond Goineaud et de sa famille, un programme plurian­nuel d’étude de la grotte des Fraux a pu être engagé.

Une grotte à l’histoire exceptionnelle

Les premiers travaux conduits par l’équipe scientifique montrent que la grotte des Fraux forme un réseau horizontal composé d’étroits couloirs et de petites salles. Les recherches ont permis d’établir que la grotte n’a été accessible aux hommes que durant un laps de temps très court, probablement inférieur à 200 ans.

Les datations Carbone 14 obtenues dans différents secteurs de la cavité indiquent que celle-ci aurait pu être fréquentée entre 1450 et 1200 ans avant notre ère. Mais ces datations devront être affinées pour mieux com­prendre les modalités d’occupation de la cavité.

Le brusque abandon du site archéologique est manifeste : les sols de la grotte livrent plusieurs dizaines de foyers, aménagés directement sur le sol vierge. Les niveaux de cendres et de charbons de bois n’ont pas été bouleversés. Des éléments de vaisselle en céramique, disposés à proximité des feux et des parois, ont été laissés en place depuis l’âge du Bronze. L’effondrement du porche de la cavité, événement qui s’est probable­ment produit durant le 12ème siècle avant notre ère, a ainsi totalement fossilisé la grotte, interdisant l’accès à tout individu jusqu’au jour de sa redécouverte, en 1989.

Une grotte aux parois ornées : témoignage exceptionnel d’art pariétal de l’âge duBronze en Europe

Mais le caractère tout à fait exceptionnel de la grotte des Fraux réside dans la présence, sur les parois du réseau souterrain, de manifestations pariétales (tracés et incisions) dont la préservation a été assurée par les conditions exceptionnelles de conservation du site. Les parois de la grotte sont recouvertes d’un mince film d’argile plastique qui a fourni aux artistes de l’âge du Bronze un support approprié. L’étude, actuellement conduite par deux jeunes chercheurs, Raphaëlle Bourrillon et Stephane Petrognani, montre que l’essentiel des figures est formé de tracés digités, séquentiels et répétitifs : traits verticaux ou sinueux. Ils sont le témoi­gnage d’un art schématique, non figuratif. À d’autres endroits de la grotte, les artistes de l’âge du Bronze ont eu recours à des outils en métal ou en bois pour inciser les parois. Ici encore, les motifs sont géométriques (zigzags notamment). L’utilisation de pigments est plus exceptionnelle et, à ce jour, seul un petit panneau porte des tracés réalisés au charbon de bois (motifs en chevrons). Les conditions de conservation du site sont si exceptionnelles que l’on peut retrouver, ponctuellement, l’emplacement des torches fichées dans la paroi à l’age du Bronze – torche ayant servi à l’éclairage des hommes devant la paroi vierge.

En Europe, les exemples de grottes ornées datées de l’âge du Bronze sont exceptionnels. Si des traces de peintures ont été mises au jour dans de rares cavités du sud de la France, la grotte des Fraux constitue, par la densité des expressions pariétales et leur association avec des structures archéologiques et des dépôts de mobilier céramique et métallique, un site unique en Europe.

Pourtant, l’âge du Bronze connaît un riche art rupestre et mobilier. Dans le monde atlantique (îles britan­niques, Cantabriques dans la péninsule ibérique…), les exemples de roches gravées sont nombreux. Mais les représentations, souvent à base de cercles concentriques, diffèrent totalement des motifs retrouvés à la grotte des Fraux. De la même manière, aucun analogue ne peut être établi avec l’art figuratif des Alpes occi­dentales (Mont Bego en France ; Val Camonica en Italie). Là, les populations du début des âges des Métaux ont représenté des parcellaires, des armes, des attelages, des signes solaires, des personnages énigmatiques.

Pour l’heure, les motifs reconnus aux Fraux ne trouvent pas d’équivalent en dehors du sud-ouest de la Fran­ce. Le long et méticuleux travail de relevé des parois ne fait que commencer. L’étude des nombreux tracés pariétaux permettra de mieux comprendre les significations de cet art schématique, et de le confronter avec ces analogues européens.

Une grotte à immortaliser

La numérisation en trois dimensions de la grotte des Fraux est en cours d’élaboration. Grâce à un parte­nariat scientifique avec la société Faro (concepteur de laser scanner 3D), l’équipe de l’INSA de Strasbourg, en charge de ce projet, a entrepris cette lourde tâche. En près de 16 jours d’acquisition de données sur le terrain, près de 300 mètres de galeries ont pu être numérisés en trois dimensions. Avec une résolution de 1 point par millimètre, l’équipe gère aujourd’hui une base de données de plus 7,5 milliards de coordonnées. Ces données permettent de créer une archive numérique virtuelle de la volumétrie de la grotte, archive qui pourrait permettre de reconstituer une copie.

Mais le travail de numérisation ne s’arrête pas là. En utilisant des scanners destinés à l’industrie aéronautique et spatiale, les chercheurs se sont engagés dans l’étude des oeuvres pariétales. En numérisant les parois ornées à l’aide d’un scanner à très haute résolution, des détails de l’ordre de 43 micromètres (0,043 millimètres) peuvent être enregistrés. Ces modèles permettront par exemple d’identifier la nature des outils utilisés ou de mesurer la profondeur des tracés digitaux, sans jamais altérer les parois. C’est à l’appui de cette technologique que spécialistes de l’art protohistorique et chercheurs en imagerie numérique coordonnent leurs efforts pour mieux connaître les techniques et la signification des oeuvres pariétales de la grotte des Fraux. Mais la mise en oeuvre de techniques novatrices, de haute technologie, ne se limite pas aux seules oeuvres pariétales.

Une grotte laboratoire et un observatoire de la biodiversité

Le programme de recherche vient de bénéficier du label « Site d’Etude en Ecologie Globale » de l’Institut de l’Ecologie et de l’Environnement du CNRS (InEE). Avec la création de cet observatoire, la grotte devient un véritable laboratoire. Puisque les objets ne peuvent pas s’extraire de leur contexte, ce sont les scientifiques qui se déplacent avec toute leur instrumentation pour étudier les traces d’occupation de l’âge du Bronze in situ. Ainsi, Jean-Denis Vigne, Directeur de Recherche au CNRS, a réalisé l’étude des restes de faune présents dans certains secteurs de la cavité, sans jamais les toucher. Cette pratique est singulière puisque c’est le labo­ratoire qui se déplace sur le site et non l’inverse comme il est d’usage.

Le site archéologique est considéré comme un « conservatoire » de la biodiversité d’il y a 3400 ans. Les conditions exceptionnelles de conservation du site permettent la mise en oeuvre d’études habituellement très difficiles à conduire sur des sites archéologiques traditionnels. Ainsi, le travail en cours sur l’étude de l’impact des feux sur l’environnement souterrain est tout à fait inédit, puisqu’il permet de cartographier en 3 dimensions le champ magnétique. Cela permet d’évaluer l’impact dans la cavité d’un feu en terme de tem­pérature et de rayonnement. Une thèse, consacrée à ce seul aspect, est actuellement en cours à l’université de Bordeaux et de La Rochelle. Sur le long terme, l’objectif de cet observatoire est de pouvoir utiliser le modèle numérique 3D de la grotte des Fraux pour tester les hypothèses des archéologues. Il sera ainsi possible de modéliser l’écoulement des masses d’air à l’intérieur du réseau ou de simuler le déplacement d’un occupant de la grotte à l’âge du Bronze. Ces méthodes, mises au point à la grotte des Fraux, sont d’ores et déjà appli­quées à d’autres sites préhistoriques de renom comme la grotte Chauvet à Vallon Pont d’Arc (Ardèche) ou à la grotte Cussac en Dordogne.

Une pause avant de repartir

Aujourd’hui, l’équipe scientifique a acquis une masse de données si conséquente qu’il convient d’étudier et de publier. La dernière campagne de terrain du programme triannuel de recherche s’est tenue au mois de juin 2010. En 2011, l’équipe se consacrera uniquement à l’étude des données et à la publication des premiers résultats des recherches, avant d’engager, à compter de 2012, un nouveau programme triannuel d’acquisition de données sur le terrain.

Un blog scientifique pour communiquer vers le public

Depuis le démarrage du projet, l’équipe scientifique a mis en place un blog scientifique hébergé par le CNRS (CLEO / revues.org). L’objet de ce blog, conçu comme un carnet de terrain, est de consigner toutes les étapes d’élaboration du programme de recherche. Orienté vers le public, ce blog a pour ambition d’ouvrir une fenêtre vers l’intérieur de la grotte et de permettre ainsi de partager avec l’équipe les étapes d’évolution du projet.

L’équipe scientifique

Forte de près de 30 personnes, l’équipe scientifique regroupe des chercheurs et enseignants chercheurs issus d’horizons scientifiques et géographiques de différents (UMR 5602 Toulouse, INSA Strasbourg, CRP2A Bordeaux, Lienss La Rochelle, laboratoire Traces Toulouse, Museum National d’Histoire Naturelle de Pa­ris…). L’équipe accueille chaque année en stage un élève ingénieur de l’INSA. Une jeune doctorante consa­cre sa thèse, financée par l’Université de Bordeaux, à l’étude des foyers de la grotte des Fraux.


2 réflexions au sujet de « Communiqué de presse du 15 septembre 2010 »

  1. Ping : Tweets that mention Communiqué de presse du 15 septembre 2010 | Le blog de la grotte des Fraux -- Topsy.com

  2. Ainsi, le travail en cours sur l’étude de l’impact des feux sur l’environnement souterrain est tout à fait inédit, puisqu’il permet de cartographier en 3 dimensions le champ magnétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *