Les recettes de Vincent – 1. la terrine de foie gras de canard

Terrine de Foie Gras de canard (testée par l’équipe)

Recette :

– Dénerver le foie gras et le plonger dans un saladier d’eau froide dans lequel vous aurez placé des glaçons et du gros sel afin d’enlever le sang restant ;

– Frotter les morceaux de foie avec le mélange suivant (pour 1kg de foie):

2 cuillères à café de sel

1 cuillère à café de poivre blanc

1 cuillère à café de mélange des épices suivantes : poivre noir, cannelle, muscade et curcuma ;

– Placer le foie dans un récipient ;

– Recouvrir le foie avec un mélange d’alcool (pour 1kg de foie):

2 cuillères à soupe de cognac

2 cuillères à soupe de vin moelleux (Monbazillac, Jurançon…) ;

– Laisser reposer 12 heures ;

– Sortir le foie du récipient et le recouvrir d’un film plastique résistant au four, l’arroser de ce qui reste de marinade. Fermer hermetiquement le film plastique avec les morceaux de foie à l’intérieur ;

– Préchauffer le four à 100° puis enfourner et mettre le four à 180° pendant 20 minutes ;

– Récupérer les morceaux de foie et les disposer dans une terrine. Recouvrir avec le gras
restant dans le film plastique, laisser refroidir en disposant un objet lourd sur le foie
afin de le compacter ;

– Attendre au moins 48h avant de déguster.

Bon appétit

LA terrine !

LA terrine !

La grotte des Fraux dans le Journal du CNRS

Dans son numéro de janvier/février 2010, le journal du CNRS a ouvert ses colonnes à la grotte des Fraux. La revue a souhaité évoquer  la mission de numérisation conduite dans la cavité en début d’année. Cet article met en avant le partenariat scientifique entre l’INSA de Strasbourg, la société FARO et le CNRS. 

journal CNRS

extrait du journal du CNRS de janvier / février 2010

Automne pluvieux à la grotte des Fraux : ambiance sonore…

La dernière session de travail à la grotte des Fraux s’est effectuée dans un environnement particulièrement humide : le temps était à la pluie.

Peu profond, le réseau souterrain des Fraux recueille presque en temps réel les eaux d’écoulement qui s’infiltrent par les failles. C’est ainsi que certaines parties de la cavité ont été légèrement noyées, à l’image des secteurs 2 et 4 (voir le billet du 8 novembre).

Ces écoulements prennent tantôt la forme de gouttières, tantôt la forme de ruisselets courant le long des parois de la cavité.

"Gouttoir" du secteur 4 (photo prise en période sèche)

"Gouttoir" du secteur 4 (photo prise en période sèche : le gouttoir est ici inactif)

Ces écoulements s’accompagnent d’un environnement sonore que nous avons souhaité partager avec vous par le biais d’une courte vidéo : nous avons filmé un petit écoulement d’eau dans le secteur 2, à proximité de l’entrée actuelle de la grotte. Découvrez l’environnement sonore qui nous a accompagné tout au long de cette campagne sur le terrain…

La pluie tombe toujours plus fort sur un toit percé [Proverbe japonais]

Cette semaine a connu une nouvelle étape dans l’équipement de la cavité. Suite à la pose cet automne du premier lot de passerelles de circulation, c’est cette fois l’accès à la grotte des Fraux qui a été radicalement transformé par l’installation d’un toit en bac acier.

Nouvel aménagement de l'entrée de la grotte des Fraux

Nouvel aménagement de l'entrée de la grotte des Fraux

Cette couverture permettra d’une part de protéger l’entrée de la grotte, et facilitera d’autre part le stockage temporaire de matériel de fouille pendant les descentes sous terre. Cet auvent a déjà été grandement apprécié cette semaine, alors que le temps « était à la pluie » ; en témoigne l’inondation de certains secteurs du réseau, rendus temporairement inaccessibles sous peine d’endommager les sols archéologiques.

Inondations dans le secteur 4

Inondations dans le secteur 4

Gageons que le proverbe japonais « La pluie tombe toujours plus fort sur un toit percé » augure d’un temps clément pour notre prochaine mission…

Localisation et caractérisation des foyers de la grotte des Fraux : du Master 2 à la thèse de doctorat…

Au mois de juin 2009, Aurélie Brodard a soutenu son master 2 Pro de Sciences et Technologies (mention physique) à l’université de Bordeaux 1. Le mémoire de stage qu’Aurélie a conduit sous la co-direction de Pierre Guibert et François Lévêque avait pour sujet la localisation et la caractérisation des foyers de la grotte des Fraux. Son travail a été placé sous la co-tutelle de deux laboratoires de recherche : le CRP2A de Bordeaux (Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie) et le LIENSs de la Rochelle (Littoral, Environnement et Sociétés).

Couverture du mémoire de Master 2 Pro d'Aurélie Brodard

Couverture du mémoire de Master 2 Pro d'Aurélie Brodard

La grotte des Fraux, de par la qualité exceptionnelle de son état de conservation, offrait à Aurélie l’opportunité d’en faire un site de développement méthodologique, tout particulièrement pour les approches archéométriques. C’est ainsi qu’a été amorcée une approche exploratoire sur la localisation et la caractérisation des températures des foyers.

La première partie de son mémoire était dédiée à la localisation des structures de combustion via d’une part des mesures de champ magnétique couplées à une poursuite laser et, d’autre part, des mesures de susceptibilité magnétique permettant de spatialiser les foyers sur des surfaces étendues et d’appréhender leur profondeur.

La seconde partie de son mémoire est consacrée à la caractérisation des paléo-températures de la sole foyère du secteur 13 de la grotte, selon 2 méthodes : la thermoluminescence et le magnétisme. La thermoluminescence des grains de quartz a permis à Aurélie, après établissement de courbes de référence thermique, d’associer à chaque prélèvement du foyer une paléo-température. Des mesures réalisées en laboratoire sur des blocs d’argile provenant de la grotte ont quant à elles montré que la susceptibilité magnétique croît avec la température de chauffe atteinte. Le couplage entre thermoluminescence et susceptibilité magnétique sur les prélèvements de la sole foyère a permis d’établir une relation entre paléo-température et susceptibilité magnétique.

Ainsi, dans ce mémoire, Aurélie a t’elle développé une nouvelle méthode de prospection en milieu souterrain appliquée à la détection des foyers, mais aussi une nouvelle méthodologie de caractérisation des paléo-températures des structures de combustion.

Ce nouveau champ de recherche pluridisciplinaire a naturellement conduit Aurélie Brodard – sur les conseils de ses directeurs de Master 2 – a poursuivre son travail sur les Foyers de la grotte des Fraux dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulé : « Reconstruction d’éléments du cadre de vie de populations de l’âge du Bronze : une caractérisation de structures de combustion de la Grotte des Fraux (Dordogne) par les effets de la chauffe sur les minéraux (luminescence et magnétisme), modélisation, interprétation archéologique ».

La thèse, inscrite à l’université de Bordeaux 3, fait l’objet d’une allocation ministérielle. Le travail, qui consiste en la caractérisation thermique de foyers (tels qu’ils témoignent de l’impact d’une occupation humaine sur un site) sera co-dirigé par Pierre Guibert du CRP2A et François Lévêque du LIENSs.

Un couplage entre magnétisme et thermoluminescence permettra de caractériser un état de chauffe et d’établir une cartographie des paléo-températures atteintes par le support sédimentaire de foyers, ce qui est inédit dans la communauté. Ce projet devrait aboutir à la mise au point d’un nouvel outil de caractérisation des environnements occupés par l’Homme. Les données seront calibrées en termes d’énergies mises en jeu grâce à des expérimentations archéologiques, ce qui servira de base à une modélisation des feux.

Aurélie dans la grotte des Fraux

Aurélie dans la grotte des Fraux

Pose des premières passerelles à la grotte des Fraux

La pose du premier lot de passerelles a été réalisée cet automne, dans le réseau gauche de la cavité, sous le contrôle et avec l’assistance du Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine.

Ces platelages de circulation, destinés à préserver les sols archéologiques restés intacts depuis la fin de l’âge du Bronze, cheminent le long du secteur 13 (qui abrite les panneaux ornés les plus spectaculaires de la grotte) et le secteur 18 (dit « galerie des foyers »).

passerelles installées dans le secteur 13

passerelles installées dans le secteur 13

Ces passerelles ont été posées de façon à éviter les structures archéologiques et le mobilier céramique qui jalonne le sol. Les pieds impactent peu au sol ; les plateaux permettent une circulation aisée, le dépôt de matériel, et surtout un accès facilité aux parois en cours d’étude.

Amovibles, les plateaux permettent aux membres de l’équipe scientifique de poursuivre leurs investigations (fouille, analyses, prélèvements…).

les plateaux amovibles des paserelles

les plateaux amovibles des passerelles

Une deuxième tranche d’équipement du réseau aura lieu en début d’année prochaine, dans la partie droite de la grotte.

Projet de film documentaire sur la grotte des Fraux

Filmer la grotte des Fraux, enregistrer les différents temps de la recherche, suivre l’évolution des travaux et études autour de la cavité sur le temps longs, fixer les instants de fouilles et d’études à l’intérieur comme à l’extérieur du réseau… une entreprise qui resterait encore utopique si nous n’avions pas rencontré cette année Marc Azema, le réalisateur de la société de production Passé simple :

http://www.passesimple.net/Passe_Simple_presentation_generale_022006.pdf

Marc Azéma est réalisateur de films documentaires pour la télévision, de fictions (courts métrages, dessins animés) mais aussi de films de muséographie. Archéologue de formation et docteur en Préhistoire, il s’est récemment intéressé au site des Fraux et a été séduit par l’idée de s’affranchir de la réalisation d’un documentaire uniquement centré sur le site archéologique, pour élargir son approche à la construction des temps de la recherche, autour des différenys chantiers ouverts sur le site : archéologie, relevé pariétal, 3D, archéométrie…

Une première visite du site l’été dernier lui a permis de filmer quelques rush.

Marc Azéma dans la grotte des Fraux

Marc Azéma dans la grotte des Fraux : premiers repérages à l'aide d'un matériel léger

Marc Azema filme les foyers du secteur 13

Marc Azema filme les foyers du secteur 13

Marc Azema filme les panneaux ornés du secteur 13

Marc Azema filme les panneaux ornés du secteur 13 de la grotte

Dorénavant, Marc Azéma suivra l’équipe lors des sessions de travail aux Fraux…

Où se situait l’entrée de la grotte des Fraux à l’âge du Bronze ?

L’accès actuel à la grotte des Fraux s’opère par un petit puits artificiel, lequel résulte de l’effondrement en 1989 d’une partie de la voûte de la cavité. À ce jour, nous ignorons la localisation exacte de l’entrée qu’empruntaient les « occupants » de la grotte à la fin de l’âge du Bronze. Nous ignorons également tout de la morphologie de cet ancien accès. S’agissait-il d’un petit porche ? Ou bien le versant était-il déjà colmaté par des dépôts de pente, laissant apparaître de petites infractuosités ?

La grotte des Fraux constitue un tout petit réseau horizontal. Cette spécificité permet de situer assez précisément l’altitude à laquelle devait se trouver l’ouverture de la cavité. L’orientation des galeries permet également d’estimer la position de l’entrée primitive, aujourd’hui effondrée, à hauteur de l’actuel parking aménagé à quelques mètres de l’entrée actuelle.

Pour tenter d’en reconstituer la forme, nous avons réalisé la numérisation d’une partie du versant – au profil adouci – où devait se situer l’entrée (ou l’une des entrées) permettant d’accéder à la cavité. Lorsque le modèle numérique de terrain sera réalisé, nous pourrons projeter le volume des galeries numérisées, et ainsi proposer une restitution topographique et morphologique du versant, tel qu’il se présentait à la fin de l’âge du Bronze. Le couplage avec de prospections géophysiques sera nécessaire pour préciser le niveau de pertinence des hypothèses.

Géolocalisation par GPS
Géolocalisation par GPS

Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l'âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin permettent au scanner « photon » Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées
Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l’âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin (en arrière plan sur la photo) permettent au scanner photon Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées.

« Les Grands témoins de la Préhistoire » : les archives du Pôle International de la Préhistoire

Le Pôle International de la Préhistoire (PIP) œuvre depuis 1994 pour la valorisation culturelle des sites préhistoriques et la constitution d’un réseau de culture scientifique. Cette structure – qui réunit l’État, la DRAC Aquitaine, le Conseil Régional d’Aquitaine et le Conseil Général de la Dordogne – a lancé un vaste programme intitulé « Les Grands témoins de la Préhistoire », dont l’objectif est d’archiver les témoignages des principaux acteurs de la recherche préhistorique. Confronté à l’absence d’archives autour de sites majeurs de la Préhistoire aquitaine, le PIP a notamment décidé de réaliser les interviews filmées des propriétaires des plus importants sites préhistoriques de la région. Ce travail, débuté l’an dernier, a d’ores et déjà permis de réaliser une dizaine d’interviews.
C’est dans ce cadre que le Service Régional d’Archéologie d’Aquitaine (en les personnes de D. Barraud et O. Ferullo) a contacté notre équipe afin qu’elle contribue à l’interview des propriétaires de la grotte des Fraux sur les conditions de découverte du site.
Deux d’entre nous ont collaboré à la réalisation de cette interview, mercredi 3 décembre 2008, aux cotés de Claire Peyre (du PIP), de Pascal Magontier (réalisateur) et de Alain Martin (preneur de son).

mise en place des éclairages et micros avant le tournage

mise en place des éclairages et micros avant le tournage sous le regard de Damien

Pascal Magontier aux commandes

Pascal Magontier aux commandes

Les propriétaires de la grotte, Edmond et Marcelle Goineaud, se sont volontiers prêtés au jeu de l’interview – réalisée à leur domicile -, en relatant les conditions de la découverte et de l’exploitation scientifique du site, mais également en témoignant de leur vision personnelle de ce patrimoine archéologique. La fille des propriétaires et leur petit-fils Damien ont également accepté de partager le souvenir de leurs émotions lors de leurs premières visites du réseau et – pour la première d’entre eux – la façon dont elle a vécu la découverte puis les années de gel du site avant son exploitation scientifique. Le Maire de Saint-Martin-de-Fressengeas a quant à lui témoigné de son implication dans la gestion de l’opération, aux cotés de la communauté de communes des pays thibériens.

Interview d'Edmond et Marcelle Goineaud

Interview de Marcelle et Edmond Goineaud

Les archives produites lors de cette interview (près de 2 heures de rush) seront conservées par le PIP ; une partie d’entre elles est destinée à être prochainement mise en ligne sur le site du PIP, sous la forme de quelques courts extraits consultables par le grand public.

lien : http://www.pole-prehistoire.com

Topographie 3D

La mise en place de la topographie 3D d’un premier secteur de la grotte des Fraux a été engagée dans la soirée du 27 octobre par la prise en main du scanner laser. La société Faro a mis à disposition de l’équipe scientifique de la grotte des Fraux (Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin de l’INSA assistés par Benoit Cazalet, étudiant à l’INSA) le dernier né de leur gamme de scanner, le Photon (http://www.faro.com). Ce scanner est particulièrement bien adapté, par ses caractéristiques, au milieu souterrain et à la nature des vestiges à topographier – incertitude de mesure de plus ou moins 2 mm à 25 m ; vitesse d’acquisition est de 120 000 points / seconde). Le test réalisé sur la terrasse du gîte de la Rebière a permis une prise en main du matériel qui va être utilisé durant cette semaine.

prise en main du scanner Photon (société Faro)

prise en main du scanner Photon (société Faro)

Adaptation des techniques de relevé pariétal au contexte particulier de la grotte des Fraux

Par S. Petrognani et R. Bourrillon

Au printemps 2008, nous avons procédé au relevé d’un panneau de tracés digités de la cavité (secteur 13 ; point topographique 119). La méthode employée (dessin d’après photographies mosaïquées ) a été détaillée sur ce blog dans les « billets » du 27 mai et du 2 juin 2008.

L’un des principaux objectifs de l’équipe archéologique de la grotte des Fraux est de croiser les approches scientifiques et d’expérimenter des méthodes novatrices.

C’est dans cet esprit que nous adaptons à l’occasion de cette campagne notre méthode de relevé aux manifestations graphiques. La couverture analytique sera par conséquent plus étendue, sans hypothéquer la précision de l’étude.

Nous procédons par une méthode photographique « intermédiaire » qui voit se succéder les étapes de prise de clichés, de mosaïque photographique, de relevé en laboratoire, de contrôle in situ (voir photo), et de traitement infographique. L’intérêt majeur de cette méthode est le gain substantiel de temps, le travail de relevé étant effectué en grande partie à l’extérieure de la cavité.

Étape de contrôle du relevé in situ (panneau II G secteur 11)

Étape de contrôle du relevé in situ (panneau II G secteur 11)

 

Le Panneau II G  du secteur 11 sera l’objet de cette nouvelle méthode ; la lecture des séquences de tracés digités verticaux s’y prêtant aisément.

Nous n’écartons pas l’éventualité de recourir à une méthode à plus grand investissement technique in situ pour des panneaux aux entités graphiques plus complexes. 

Dimanche 19 octobre : reprise des activités

Nouvelle campagne sur le terrain à la grotte des Fraux. Cette session de travail de 15 jours sera pour l’équipe  l’occasion de poursuivre les actions amorcées lors des précédentes campagnes : sondages et fouilles archéologiques dans les secteurs 13 et 10, relevé pariétal d’un nouveau panneau digité du secteur 11… Mais cette campagne sera également dévolue au lancement de nouvelles opérations phares que nous détaillerons au fil des billets : scan 3D d’une partie du réseau, étude archéométrique des foyers (couplage thermoluminescence / magnétisme)…

Au début de l’automne, la communauté de communes a entamé des travaux d’aménagement de l’accès à la grotte : terrassement et construction de murets de soutien assurant la protection de la porte d’entrée face aux éboulement de terrain produits au printemps dernier. Les travaux se poursuivront par la pose d’une toiture légère dans le courant de l’hiver.

Aménagement récent de l'entre de la cavité

Aménagement récent de la cavité

Visite du service régional de l’archéologie d’Aquitaine

A l’occasion d’une réunion de travail relative à l’équipement de la grotte des Fraux (jeudi 29 mai), M. Dany Barraud (Conservateur régional de l’archéologie) accompagné d’Olivier Ferrulo du service régional de l’archéologie d’Aquitaine sont descendus dans le réseau.

 L’équipe a profité de cette visite pour présenter les premiers résultats de la campagne de printemps (sondages du secteur 10, relevé de panneaux ornés dans les secteurs 11 et 13…). La matinée s’est achevée par le rituel verre de l’amitié chez Edmond et Marcelle Goineaud, propriétaires de la grotte des Fraux, en présence de M. le Maire de Saint-Martin-de-Fressengeas Jean Fargeot.

Dany Barraud (Conservateur régional de l’archéologie) et Olivier Ferrulo du service régional de l’archéologie d’Aquitaine dans le secteur 13 de la grotte des Fraux. 

Recherches croisées

Billet rédigé par par Eric Robert (post-doctorant USM 103 MNHN, UMR-7041)

 

Ma participation à cette campagne d’étude de la grotte des Fraux est l’occasion de pratiquer et de comparer plusieurs travaux archéologiques engagés en milieu souterrain.

Le premier d’entre eux a été le relevé des représentations pariétales. Après avoir déterminé les séquences de réalisation des différents tracés abstraits digités, nous avons procédé –  Stephane Petrognani et moi – à l’enregistrement graphique de ces tracés (voir les billets de Stephane pour le détail de la procédure). Cette étape décisive permet d’affiner la lecture, de préciser les superpositions et reprises éventuelles de certains tracés, ainsi que de faire figurer les reliefs de la paroi.

Le lien étroit entre représentations pariétales et mobilier, constant dans les galeries de la grotte, se manifeste au pied du panneau orné du secteur 13 sur lequel nous avons travaillé cette semaine, par la présence d’une série de céramiques en place. La vision constante de ces objets pendant le relevé nous rappelle en permanence le contexte si exceptionnel de ce site.

 

 

Cette campagne est aussi l’occasion de participer à d’autres volets de la recherche, notamment par la fouille d’un nouveau sondage dans le secteur 10, et par le relevé de sol archéologique dans le secteur 13. A chaque fois, l’association entre domaine pariétal et paléosol est étroite.

Ainsi le dégagement des premières couches du sondage ouvert du secteur 10, dans des conditions rendues difficiles par la forte humidité due à la météo, s’est fait à l’aplomb d’une représentation associant 5 tracés en zigzag, image caractéristique de la grotte des Fraux (alors qu’il nous est totalement inconnu dans le domaine pariétal paléolithique).

 

 

Fouille du sondage 3 (secteur 10)

 

Quant au relevé des structures dans le secteur 13, autour du point topographique 117, il est l’occasion de pratiquer une autre approche du relevé. Celui-ci, à la différence du pariétal, ne se fait pas sur photo, mais en parallèle avec la prise de vue. Les mesures effectuées au sol, à partir du point topographique, servent d’appui à la restitution au 1/10ème des structures en place (artefacts, pierres, nature des sols…).

 

 

Relevé des sols archéologiques du secteur 13

 

Le relevé représente une référence témoin d’un état de la surface à un moment donné (avant ou après un nettoyage ou une fouille par exemple), là où le relevé pariétal apporte un éclaircissement sur la forme ou la nature de l’élément représenté.

La réalisation conjointe de ces opérations archéologiques dans un même site constitue ainsi un moyen rare (pour un préhistorien pariétaliste) d’aborder simultanément intra situ les différents témoins de production matérielle et de choix culturels de sociétés humaines (d’une même période).  

Relevé des parois ornées – suite

Suite à la couverture photographique d’un panneau et au remontage numérique en mosaïque des clichés, nous sommes entrés dans une phase préparatoire au relevé in situ.

Le tirage papier à 85% de la taille réelle du panneau a été effectué sur la base d’un assemblage des clichés (mosaïque).

 

 

tirage papier de la mosaïque photographique

 

Ce document de travail servira de base à l’analyse des tracés. Ce travail est systématiquement effectué dans la grotte, face à la paroi, dans un soucis de contrôle des tracés (ombrage, recoupements…). Un film transparent, sur lequel la phase d’analyse et d’enregistrement sera notée, est appliqué sur la mosaïque photographique.

 

 application du film transparent sur la mosaïque

motion pour la défense du CNRS

Aujourd’hui, Mardi 27 Mai 2008, les personnels CNRS et les doctorants et post doctorant participant à la fouille archéologique de la grotte des Fraux se déclarent solidaires des personnels de la recherche en grève contre la réforme du CNRS et pour la défense de la recherche publique.

 

Motion votée à l’unanimité des présents.

Prise de contact : premières impressions d’Eric Robert (post doc – UMR 7041 et USM 103 du MNHN)

Présent pour cette campagne de printemps 2008, la troisième depuis le début de l’étude du site en 2007, j’accompagne Stephane Petrognani (doctorant Paris 1 chargé de l’étude pariétale sous la responsabilité de C. Fritz et G. Tosello) afin de l’assister dans la réalisation des premiers relevés des représentations de la grotte.

La première descente, effectuée dimanche, a été l’occasion de faire mes premiers pas dans la grotte des Fraux, un site aux caractéristiques exceptionnelles, notamment par la présence de sols archéologiques recelant un riche matériel en place : céramiques entières ou fragments, ossements, foyers (…) côtoient les représentations, gravures ou tracés digitées.

 

Cette prise de contact est l’occasion de prendre conscience de la diversité de ces représentations, réparties dans les différentes galeries : de nombreuses séries de digitations parallèles ainsi que des tracés géométriques complexes radicalement distincts du corpus abstrait habituel de l’art paléolithique européen.

 

Les deux premières séances de travail ont permis de mettre en place la lecture du panneau de tracés digités, qui fera l’objet des premiers relevés dans cette campagne (secteur 13 – point topo 119).

Malgré l’humidité de la zone d’accès de la grotte, nous sommes au sec pour engager les premières observations, notamment pour déterminer la chronologie des traits. Cette étape préalable au relevé consiste en effet à faciliter la lecture en déterminant l’ordre de réalisation de chacun des traits par l’équivalent d’un « diagramme de Harris » appliqué à l’art pariétal. Les différentes séquences de réalisation des 28 tracés digités qui composent le panneau sont ainsi reconstituées.

D’autres observations complémentaires sur le contexte du panneau clôturent cette étape du travail, avant de s’attaquer au relevé en lui-même.

Relevé des parois ornées

billet rédigé par Stephane Petrognani (doctorant à l’université Paris I)

 

L’une des prérogatives dégagées lors de la session de novembre 2007 était la mise en place d’une étude pariétale des secteurs 11 / 13, en cohérence avec la priorité d’aménagement de passerelles dans cet espace. L’installation des passerelles n’ayant pas encore commencé, il a fallu réfléchir à l’approche analytique à mettre en place.

Nous concentrerons notre premier travail de relevé sur un panneau du secteur 13 (au niveau du point topographique 119), constitué de tracés digités, pour enregistrer les interventions anthropiques, bien sûr, mais également les facteurs liés au contexte pariétal comme la morphologie du support ou la présence de griffades. Un relevé sur base photographique avec traitement infographique est choisi. Le principe de cette méthode se résume en 4 étapes essentielles :

 

– une couverture photographique de la paroi prenant en compte les contraintes d’orthogonalité et de distance ;

                       

– un traitement infographique basé sur l’élaboration d’une mosaïque photographique tirée ensuite sur papier (étape actuellement en cours) ;

 

– un travail in situ d’enregistrement à l’aide d’un système de décalque sur film transparent ;

 

– une numérisation des relevés avec la constitution d’une charte graphique précisant les gravures, tracés digités…, mais également les artefacts naturels.

 

 

mosaïque photographique du panneau en cours d’étude

cliché publié avec l’aimable autorisation d’Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte

 

 

Dès la prochaine campagne d’étude, l’intervention de spécialistes de l’imagerie 3D de l’UMR MAP de Strasbourg, ouvrira des perspectives complémentaires en terme de relevé et de visualisation de la cavité dans sa globalité.

Le temps est à l’orage !

Dimanche 25, premier jour de fouille et de relevé de la campagne de printemps à la grotte des Fraux. La matinée a été consacrée à l’équipement de la cavité et à l’installation du matériel de fouille. Les intempéries de ce printemps pluvieux ont entraîné un affaissement du talus  permettant l’accès à la cavité, bloquant de la sorte la porte métallique. Quelques travaux de terrassement à prévoir pour l’équipe.

chemin d\'accès au sas d\'entrée de la grotte

Vers 14 heures, premiers signes d’un orage. 14h30 coups de tonnerre et pluie ininterrompue jusqu’à 18h30. Dans la grotte, on entend le rythme des gouttoirs s’intensifier. Puis ce sont les ruissellements, petits filets d’eau ; rigoles qui se gonflent. A proximité de l’entrée de la cavité, les parois suintent. L’eau s’infiltre dans les failles depuis la surface et vient grossir le flux de rigoles. Le réseau est actif ! 

A l’extérieur, le drainage installé au-dessus de la cavité montre toute son efficacité. Le tuyau de 200 mm présente un débit impressionnant.

 

drainage des eaux de ruissellement

 

L’accès à la cavité est devenu boueux ; et se transforme en un petit ruisseau. A 17 heures, nous arrêtons de fouiller ; le sondage 2 du secteur 10 est noyé.

 

sondage 2 noyé Il devient difficile d’extraire les sceaux de sédiment de la cavité tant l’accès vertical est devenu boueux. Dans la grotte, l’accès à la galerie de gauche devient impraticable et le cône d’éboulis draine les eaux de surface.

21h30, il pleut toujours ! Nous avons de la chance, la station de météo France pour la région de Nontron se situe précisément à Saint-Martin-de-Fressengeas, à quelques encablures de la grotte des Fraux. Les prévisions pour les jours à venir ne sont pas des plus optimistes…

Rapport d’activité – reprise d’activité(s)

Le blog de la grotte des Fraux est resté muet depuis la fin de l’année 2007. Absorbés par l’échéance de remise du rapport d’opération (rapport remis au 31 décembre 2007) nous avons quelque peu omis de donner des nouvelles de l’opération. Après la campagne de terrain, l’équipe est entrée dans la routine hivernale du traitement des données de fouille et dans la préparation des campagnes à venir.En février, une réunion tenue à la Communauté de Commune des Pays Thibériens a permis de faire le point avec le Service Régional de l’Archéologie (DRAC Aquitaine) et le Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine de Dordogne sur le calendrier d’aménagement de la cavité, équipement nécessaire à la poursuite de l’étude du site. Le 17 mars dernier, une réunion de travail a été organisée à Strasbourg avec l’équipe de Pierre Grussenmeyer, professeur à l’INSA et membre de l’UMR 694 du CNRS. L’objectif de cette rencontre était la mise en place d’un partenariat en matière de topographie et de modélisation en 3 dimensions des sols archéologies et du réseau karstique.En attendant l’avis de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique, l’équipe prépare la première campagne 2008 qui devrait se dérouler à la fin du mois d’avril.  couverture du rapport 2007   couverture du rapport 2007