De Chauvet à Lascaux : approche critique des ensembles ornés anté-magdaléniens franco-ibériques

C’est dans le cadre d’une thèse de doctorat – brillamment soutenue à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne début décembre – que Stephane Petrognani a développé une approche critique des ensembles ornés français et ibères antérieurs à la période magdalénienne.

Ce jeune préhistorien co-responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux avec Raphaelle Bourrillon, a souhaité, dans son travail, mettre l’accent sur plusieurs phénomènes saillants. Parmi eux figure une  relative continuité dans les « traditions artistiques » des groupes aurignaciens, gravettiens et solutréens (continuité illustrée notamment par certains choix stylistiques caractéristiques de la période anté-magdalénienne : têtes de chevaux en « bec de canard », vue frontale des encornures de bisons, concavité de la ligne ventrale des mammouths…). Ces manières de faire se marginalisent ou disparaissent complètement de la palette des artistes magdaléniens, marquant un profond contraste entre une phase « ancienne » et une phase magdalénienne de l’art pariétal paléolithique.

Stephane Petrognani traite notamment dans son mémoire divers aspects éclairant la complexité des manifestations artistiques à travers des « traditions » circonscrites dans le temps et dans l’espace. Ces manières de faire illustrent une pluralité des comportements symboliques des Hommes du début du Paléolithique supérieur. Les variations temporelles  comme territoriales qu’il a observées ont fait, pendant près de 15 000 ans, l’originalité des groupes humains qui peuplent l’Ouest de l’Europe, et celle de leurs cultures successives (entre 33000 et 17000 BP).

Les conclusions que Stephane Petrognani  tire de la comparaison inter-spécifique du traitement de l’extrémité des membres (sur la base d’une analyse statistique des figures complètes de chevaux anté-magdaléniens), du traitement des bois de cervidés ou du rendu de la perspective des cornes de bovinés, mettent en avant la baisse de la diversité dans l’éventail des ressources stylistiques : la norme graphique imposée par le groupe se rigidifie et l’artiste préhistorique voit son champ des possibilités graphiques diminuer considérablement jusqu’à se figer dans une quasi- exclusivité de certains traitements formels.

Ce phénomène de diminution de la « liberté » dans la réalisation des codes iconographiques, de plus en plus normalisés, permet de reconsidérer la place de l’artiste paléolithique dans la société et traduit vraisemblablement une évolution de cette société. Cette « liberté » qui diminue au fil du temps, à travers des codes de représentations de plus en plus stricts, est-elle le reflet d’une organisation sociale de plus en plus complexe, contrôlant de plus en plus ses propres images et ses productions symboliques ?

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon sorbonne

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le jury était composé de Nicole Pigeot, Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet.

Le jury était composé de Nicole Pigeot (directrice de thèse, Professeur à l'université de Paris I), Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet).

Pétroglyphes amérindiens des Antilles et de Guyane

Par Yves Billaud

En mission dans les Antilles et en Guyane (dans le cadre d’une évaluation du potentiel archéologique des eaux intérieures des DOM), il m’a été donné la possibilité de visiter plusieurs sites à pétroglyphes.

La Guadeloupe

En Guadeloupe plus de 1200 gravures sont recensées sur 27 sites. Les thématiques sont variées (visages, anthropomorphes, « bébés emmaillotés » ou totems, zoomorphes,…) tout comme les techniques (gravure, piquetage, plus exceptionnellement peintures).

La plupart des sites sont à proximité de cours d’eau, comme par exemple les Roches Caraïbes sur la rivière du Plessis où plusieurs grands blocs entourent un bassin profond portant des gravures ainsi que plusieurs visages travaillés en ronde bosse.

YB 01

Dans le secteur de Trois-Rivières, plusieurs ensembles ont été découverts. L’un d’entre eux – caractérisé par une forte densité et une importante variété des figurations – est à l’origine de la création d’un parc archéologique. Sur le site de la Plage des Galets, plusieurs blocs portant des gravures entourent une petite source. Deux grands anthropomorphes y sont mis en scène : l’un (masculin) au dessus de la source, l’autre (féminin) au niveau de l’eau, en position d’accouchement

YB 02

YB 03

Constituée pour partie de calcaires, la Guadeloupe possède un karst original, constitué de vastes gouffres largement ouverts sur l’extérieur. Deux abris, plus ou moins profonds, ont livré des ensembles de figurations. Sur l’île de Marie Galante, au Morne Rita, on trouve principalement des visages « simples ».

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Du matériel archéologique a pu être recueilli à proximité immédiate de plusieurs sites, mais aucun lien stratigraphique ne permet de le relier directement aux figurations. Ce matériel se rapporte aux cultures saladoïde et postsaladoïde (troumassoïde et suazoöde). Le consensus actuel est de placer le développement des représentations rupestres entre le IVe et le IXe siècle de notre ère.

La Martinique

La Martinique compte seulement deux sites répertoriés qui n’ont pu être vus : l’un étant situé dans une propriété privée ; l’autre dans une forêt littorale envahie par l’eau au moment de notre passage.

La Guyane

En Guyane, une vingtaine de sites ont été recensés, principalement autour de Cayenne. Cette répartition correspond probablement à un biais d’observation lié aux difficultés de pénétration du territoire. Il s’agit essentiellement de gravures mais aussi de quelques peintures et géoglyphes, figurations réalisées avec des petits blocs sur des dalles rocheuses. Elles ne sont pas sans évoquer certaines formes actuelles d’ « installations » ou de « land art »).

Le registre iconographique comporte principalement des anthropomorphes comme deux grandes figurations de la Roche de la Crique Pavé sur la commune de Remire-Montjoly :

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Le plus grand ensemble est celui de la Carapa sur la commune de Kourou. Un affleurement linéaire présente près de 250 figurations sur une longueur de 50 m. Les trois quarts correspondent à des anthropomorphes au tracé filiforme. Ils présentent des variations dans la disposition des membres (en M ou en W), le nombre de doigts, la coiffe. Les autres figurations sont des serpentiformes, des pisciformes, des losanges quadrillés,… Des séries de cupules ont également été répertoriées.

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

Parmi les zoomorphes, le serpent – qui occupe une grande place dans la mythologie amérindienne – est régulièrement présent. Le Serpent de Pascaud, sur la commune de Remire-Montjoly, est interprété, en raison de la position caractéristique du corps en grecque,  comme un crotalidé venimeux, appellé serpent-carreaux.

YB 09

Antilles -Guyane

Les gravures des Antilles et de Guyane font partie, avec celles des grandes Antilles, d’un projet d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, mentionnons plusieurs traces d’activités humaines conservées sur des supports rocheux : les polissoirs. Leur typologie est variée : fuseau, rainure, ovalaire, à protubérance centrale,… Ils sont très répandus le long des cours d’eau voire dans leurs lits et sont tout particulièrement abondants sur les sauts.

YB 10

Polissoirs en fuseau en bordure du saut Maripa sur l'Oyapock (sur l'autre rive, le Brésil...)

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Pour en savoir plus :

Mazière M. (2008) – Art rupestre amérindien en Guyane française. Matoury : Ibis rouge éd., 166 p. : 183 fig.
Sanz N. éd. (2008) – L’art rupestre dans les Caraïbes. Vers une inscription transnationale en série sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Paris : Unesco, 372 p. : ill. (World Heritage Papers 24).

Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences

Mercredi 4 novembre, Raphaelle Bourrillon (préhistorienne responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux en collaboration avec Stephane Petrognani) a brillamment soutenu sa thèse de doctorat consacrée aux représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur en Europe.

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Les membres du jury (Michel Barbaza [directeur de thèse], Carole Fritz, Françoise Frontisi-Ducroux, Georges Sauvet, Denis Vialou et Randal White) ont attribué à Raphaelle le titre de docteur en Préhistoire, et l’ont gratifiée des félicitations du jury, à l’unanimité.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Raphaelle a présenté de façon synthétique son travail qui s’appuie sur une analyse détaillée des variations graphiques, formelles et syntaxiques des représentations humaines sexuées. Le corpus qu’elle a rassemblé à été intégré dans une base de données hiérarchisée qu’elle à soumise à différents traitements statistiques dont l’Analyse Factorielle des Correspondances. Son examen de la diversité des représentations humaines (sur le plan synchronique et diachronique) a montré d’une part l’existence d’invariants appartenant au domaine des universaux, et, d’autre part, de variations qui peuvent être révélatrices de traditions culturelles distinctes.

Les figures féminines et masculines entières, ainsi que les segments corporels isolés (sexes), présentent des divergences et des convergences formelles, régionales et chronologiques, qui permettent de proposer une carte de la circulation de cette thématique et, par extension, des groupes humains.

L’importance accordée aux figurations féminines et masculines a varié au cours du temps, de même que leur traitement graphique respectif. C’est ainsi que les représentations masculines entières n’apparaissent réellement qu’au cours du Magdalénien moyen, ce qui ouvre le champ d’une réflexion sémiologique sur la place symbolique de l’homme et de la femme dans l’art paléolithique et dans les traditions socio-culturelles des groupes.

La soutenance s’est tenue à l’université de Toulouse II le Mirail, à la maison de la recherche.

Titre : The human gendered representations in the art of Upper Palaeolithic: diversity, reminiscences, continuity

Abstract : This work concerns the gendered human representations throughout the European Upper Palaeolithic. An hierarchical Database was designed and used to analyse syntactic and formal variability. Various statistical treatments such as Correspondence Factor Analysis allow us to analyse this variability, from a synchronic and a diachronic point of view, and show the existence of invariants which may be regarded as universals and fluctuations probably due to distinct cultural traditions. Complete male and female figurations (as well as isolated sexual segments) show a complex pattern of formal convergences and divergences, both regionally and chronologically, allowing us to draw maps of possible territorial entities between which the theme may have circulated. The attention paid to woman and man has largely varied during the Upper Palaeolithic, the complete representations of men being very rare before the Middle Magdalenian. The differential emphasis on man and woman at various periods is probably related to changes in their symbolic and semiotic status and probably to changes in the socio-cultural traditions.

Keywords: Upper Palaeolithic, formal variability, syntax, Correspondence Factor Analysis, human figures, semiotics.