Parution de l’ouvrage « De Chauvet à Lascaux »

Les éditions errance viennent de publier l’ouvrage « De Chauvet à Lascaux – l’art des cavernes, reflet de sociétés préhistoriques en mutation ». Cet ouvrage correspond à une version synthétique du mémoire de doctorat soutenu par Stephane Petrognani, (spécialiste de l’art paléolithique et co-responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux avec Raphaelle Bourrillon), en décembre 2009, à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

La lecture de cet ouvrage montre comment l’art des cavernes préhistoriques, depuis les origines (Chauvet) jusqu’au Magdalénien (17000 ans environ), révèle une diminution progressive de la « liberté » esthétique. En effet, dès le Magdalénien, l’art devient rigide et répétitif. 
Cette évolution progressive traduirait-elle des changements dans les sociétés, au sein desquelles l’art reflète désirs et croyances ?

L’étude des représentations symboliques s’opère ici via l’analyse des thèmes mais aussi des styles. L’auteur montre que cette étude doit nécessairement recouper celle des cultures matérielles pour proposer un modèle d’évolution des sociétés préhistoriques.

Bonne lecture !

Couverture de l'ouvrage "De Chauvet à Lascaux" par Stephane Petrognani

Couverture de l’ouvrage « De Chauvet à Lascaux » par Stephane Petrognani

Caractériser les argiles de la grotte des Fraux

Dans le cadre du programme de caractérisation des paléo-feux de la grotte des Fraux, l’analyse des matériaux (substrat mais également argiles mobilisées dans la construction de soles de cuisson) est rapidement apparue primordiale. C’est dans cette perspective que l’IRAMAT-CRP2A de Pessac a déterminé  l’intensité de signaux TL (thermoluminescence) de plusieurs échantillons d’argile de la cavité. Des différences d’intensité sont apparues entre un échantillon d’argile prélevé sur la sole F4 (secteur 13) et un échantillon d’argile non archéologique des Fraux, destiné à servir de référence. Ces différences d’intensité atteignent un facteur 10 ; elles s’expliquent par une différence de concentration des minéraux luminescents dans la sole et l’argile de référence.

Ces mesures montrent que l’argile de la sole du foyer F4 est distincte de l’argile utilisée comme référence, soulevant ainsi la question de la variabilité minérale des sources d’argile locale (argile au sens de sédiment fin riche en argile) et celle d’un éventuel traitement anthropique spécifique du matériau ayant servi à confectionner la sole.

La mission réalisée début mars 2011 à la grotte des Fraux avait pour objectif d’échantillonner, à l’intérieur comme à l’extérieur de la grotte, différentes argiles destinées à être analysées puis comparées au matériau prélevé sur les structures archéologiques. Nadia Cantin va ainsi procéder, pour chaque prélèvement, aux analyses suivantes : granulométrie ; XRD sur l’ensemble de chaque échantillon ;  mesure en radioéléments ; éventuelle analyse élémentaire ; et enfin l’exoscopie des grains de quartz (dans le but de différencier transport éolien et transport fluviatile). Aurélie Brodard (doctorante) et François Lévêque (du LIENSs) réaliseront quant à eux les mesures de susceptibilité magnétique.

Nadia Cantin échantillonnant l’argile du secteur 17 de la grotte des Fraux

Onze échantillons ont été prélevés dans la grotte : 2 à proximité des foyers analysés et 9 autres en différents points du réseau (sol, mur d’argile…). Deux échantillons ont été prélevés en extérieur, dans les formations superficielles : 1 dans une carrière d’argile locale (colluvions issues de formations fluviatile) ; 1 autre correspond à une argile bleue (provenant d’un étage jurassique).

Prélèvements effectués au fond du secteur 8 de la grotte des Fraux

Les analyses en cours permettront notamment de faire avancer le débat sur la nature et l’origine de l’argile utilisée pour la confection de la sole F4 et de son éventuel traitement anthropique, par apport de dégraissant provenant des niveaux d’altération des blocs de grès de la grotte.

Au(x) feu(x) !

L’étude des foyers de la grotte des Fraux, dont l’objectif est la détermination de la fonction de chacun de ces paléo-feux, est fondée sur des observations macroscopiques et sur la caractérisation des états de chauffe des structures par l’archéométrie. Ainsi, la taille, l’organisation, les températures atteintes devraient-elles permettre d’appréhender la fonction des foyers (éclairage, chauffage, séchage, cuisson…). Un des objectifs de notre travail est de déterminer l’impact des foyers sur leur environnement (le réseau souterrain des Fraux) et sur le cadre de vie des occupants de la grotte. Par ailleurs, nous avons entamé un travail de classification des paleo-feux en fonction de leur impact sur le substrat (couleur, épaisseur de la zone rubéfiée…). L’année 2010 a notamment été mise à profit pour déterminer les « paléotempératures » de plusieurs foyers de la grotte par thermoluminescence. Suite à cette étude, il nous est apparu important de comparer les intensités de chauffe trouvées sur les foyers archéologiques à celles de feux « réels », reproduits de façon expérimentale.

Mise en place du feu expérimental n°3 d'après la sole de cuisson F4 tretrouvée dans le secteur 13 de la grotte des Fraux

Aussi avons-nous conduit en extérieur, du 25 au 30 septembre 2010, une session de travail expérimental instrumentée. Elle a porté sur la reproduction de 3 modèles de foyers archéologiques de la grotte des Fraux. Cette session de travail a permis de mesurer les températures atteintes par les modèles expérimentaux et de suivre en temps réel les variations de températures au sein des matériaux via plusieurs dizaines de thermocouples. Les thermocouples nous permettent en effet de connaître l’histoire thermique précise en certains points du substrat. Nous avons également pu travailler sur la question de la propagation de la chaleur au sein d’un milieu homogène (ou non), observer les impacts du feu sur le substrat (rubéfaction, sécahge, craquèlement…)  et estimer les quantités de matériaux substrat nécessaire à la reproduction de chaque modèle archéologique. Enfin, nous avons quantifié les combustibles nécessaires à la conduite de feux permettant d’atteindre les températures enregistrées sur les modèles archéologiques.

Le premier modèle expérimental correspond a un foyer du secteur 13 de la grotte, installé sur un substrat principalement argileux. Il nous a permis d’étudier voir la propagation de la chaleur dans un milieu homogène.

Modèle expérimental n°1 : substrat argileux homogène

Le second modèle reprend la configuration d’un foyer du secteur 8 de la grotte : une sole d’argile aménagée sur le substrat argileux. L’argile ayant servi au façonnage de la sole expérimentale provient d’un secteur non archéologique de la cavité.

Modèle expérimental n° 2 construit d'après la sole découverte dans le secteur 8 de la grotte.

Enfin, le troisième modèle correspond à la sole foyère F4 du secteur 13 : une sole façonnée en argile a été aménagée sur un support gréseux.

Chaque foyer expérimental a fait l’objet de plusieurs chauffes, toutes instrumentées. Un point de blocage, autour de 100°C, a été observé dans l’enregistrement des températures : il correspond à l’étape d’évaporation de l’eau présente dans les matériaux. Une fois ce palier passé, les températures en surface varient entre 600 et 800°C. À 2 cm de profondeur elles sont autour de 500°C ; à 4 cm autour de 300°C. Au-delà, elles restent généralement inférieures à 250°C.

Suivi des variations de températures en temps réel par le terminal d'acquisition relié aux 60 thermocouples disposés dans les foyers expérimentaux

Les matériaux mis en œuvre dans la réalisation des modèles expérimentaux ont été prélevés en vue de l’étude de leur susceptibilité magnétique ainsi que de leur température par thermoluminescence. Ces analyses nous permettront notamment d’évaluer l’évolution de la susceptibilité magnétique ainsi que la marge d’erreur autour des paléotempératures mesurées pour les foyers archéologiques.

Ces premiers tests effectués, il nous reste  à traiter l’ensemble des données et des prélèvements acquis pendant ces 5 jours de travail expérimental. Un des objectifs pour l’année 2011 étant de reproduire ce travail dans un environnement confiné similaire à celui de la grotte des Fraux, dans le but d’évaluer l’impact d’un feu en termes d’énergie dégagée, de chaleur ressentie, de lumière émise, de fumée…

par Aurélie Brodard

La grotte des Fraux sur le site web du Pôle International de la Préhistoire

Le Pôle international de la Préhistoire (PIP) travaille depuis 5 années sur le projet « Témoins de la Préhistoire », dont l’objectif est l’enregistrement audiovisuel des témoignages des acteurs de l’archéologie préhistorique en Aquitaine : propriétaires de sites archéologiques majeurs, scientifiques, conservateurs…

Ce travail – mené en collaboration étroite avec le Service Régional de l’Archéologie, la DRAC Aquitaine, le Service départemental de l’archéologie de la Dordogne et le Centre National de la Préhistoire – est aujourd’hui consultable par le grand public sur le site internet du Pôle international de la Préhistoire, à l’adresse suivante :

http://www.pole-prehistoire.com/index.php?IS=4&TC=B&I=13

Le site propose un accès à de courtes séquences vidéos par site archéologique, thématique ou nom de personnalités interviewées.

le site du PIP : sélection des séquences vidéo par nom des personnes interviewées

Quelques 40 séquences, titrées et indexées, sont disponibles pour la grotte des Fraux. Les interviews ont été menées en décembre 2008 par A. Burens et L. Carozza.

On retrouve sur le site du PIP les témoignages d’Edmond et Marcelle Goineaud (propriétaires de la grotte) mais également de leur fille et petit fils, ainsi que du Maire de la commune de Saint-Martin-de-Fressengeas. Ces témoignages reviennent sur les conditions de découverte de la grotte, les mesures de conservation et de consolidation, ou encore la mise en place de l’équipe scientifique.

séquence vidéo de l'interview de Marcelle et Edmond Goineaud

La grotte laboratoire des Fraux labellisée « Site d’Étude en Écologie Globale » par le CNRS

L’Institut Écologie et Environnement du CNRS a crée, le 1er mars 2010, pour une durée de 4 ans, un site d’étude en Écologie Globale (SEEG) dédié à l’étude pluri et interdisciplinaire de la grotte des Fraux. Adossé au laboratoire GEODE, UMR 5602, le SEEG est dirigé par Albane Burens, membre de l’équipe scientifique des Fraux.

Le projet déposé auprès de l’INEE envisage Les Fraux comme une « grotte laboratoire », concue comme un lieu d’observations, d’expérimentations mais aussi de modélisation d’un paléo-écosystème souterrain anthropisé. La concentration d’activités humaines exercées dans ces espaces confinés, telle qu’elle procède de choix sociaux-culturels, constitue un atout pour étudier les interactions des sociétés avec leur environnement. Par l’alternance de phases où s’exercent des contraintes anthropiques fortes et d’étapes de retour vers des fonctionnements « naturels », déconnectés des agents anthropiques directs, le milieu souterrain constitue un excellent candidat aux approches multi-proxy.

Le projet ambitionne de développer une approche intégrée, à l’échelle d’un site archéologique exceptionnel (grotte ornée de l’âge du Bronze). Cette approche englobe l’ensemble des étapes de la recherche, depuis l’acquisition de données, la mise en œuvre de protocoles d’observations, l’expérimentation, jusqu’à la modélisation, en mettant également l’accent sur le volet formation. 

Le projet se construit autour de 6 chantiers thématiques d’observation et d’acquisition de données :

– Chantier 1 – Etude du paléo-karst, reconnaissance du réseau ;

– Chantier 2 – Micro-topographie, lasergrammétrie, modélisation 3D ;

– Chantier 3 : Étude des dispositifs anthropiques et des ensembles mobiliers ;

– Chantier 4 : Étude des œuvres pariétales  ;

– Chantier 5 : Caractérisation et datation des paléo-feux ;

– Chantier 6 : Paléo-écologie.

L’enjeu de la création de ce SEEG est de mettre en œuvre des thèmes transverses qui répondent aux objectifs d’expérimentation et de modélisation propres au projet. Dans cette perspective il s’agira d’une part de poursuivre l’acquisition de données et, d’autre part, de mettre en place des outils interdisciplinaires d’expérimentation et de modélisation.

Cet objectif nécessite de mettre en œuvre des moyens spécifiques pour :

  1. l’archivage et la mise en commun des données au sein d’une BDD en 3D ;
  2. l’acquisition de référentiels actuels (analogues expérimentaux) ;
  3. le développement d’outils de modélisation spécifiques au milieu souterrain.

 

prospections géophysiques  (F. Levêque - LIENSs)

prospections géophysiques (F. Levêque - LIENSs)

 

 

 

Test de couplage laserscanning/photographie par le cabinet Pérazio (Février 2010)

Par Raphaelle Bourrillon

Dès l’engagement du projet d’études de la grotte des Fraux en 2007, le Ministère de la Culture et de la Communication avait, en accord avec l’équipe scientifique, mandaté le cabinet Guy Pérazio pour réaliser un test de faisabilité sur l’acquisition en très haute définition (infra millimétrique) d’un panneau orné de la grotte. Ce test a pu être réalisé début février 2010, suite à l’aménagement de surfaces de circulation (passerelles) dans les secteurs concernés par ce test.

Ce test vient en complément du relevé lasergrammétrique global de la cavité réalisé par l’équipe de l’INSA Strasbourg.

Lors de cette courte mission, l’équipe Perazio a utilisé un scanner Leïca (HDS 6100) pouvant générer 55 millions de points par prise de vue et proposant une acquisition du nuage de points ultra rapide (environ 2 min). Ce matériel peut être contrôlé à distance par un PDA ce qui n’est pas négligeable lorsque l’opérateur est éloigné des parois (fig. 1).

 

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

L’acquisition du nuage de points géoréférencé a demandé 9 prises de vues recouvrant l’ensemble des parois. Des sphères, disposées de façon régulière au sol, facilitent le remontage des différentes prises de vues. Dans une seconde étape, des clichés des parois ont été pris (vues d’ensemble puis haute résolution de détails) ; ils permettront de texturer le nuage de points.

 

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Le panneau des « Echelles » (tracés digités) a fait l’objet d’une couverture photographique détaillée, en lumière rasante (fig. 2). L’enjeu est de mettre à l’épreuve la technique du relevé sur un support photographique (« orthophotographie »), généré ici par le logiciel de 3D. La 3D est ici utilisée comme support technique au relevé, qui sera par la suite positionné sur le nuage de points et viendra texturer le modèle virtuel.

Le traitement post-terrain des données obtenues est une étape relativement longue ; le retour est attendu dans le courant du printemps 2010.

Archives documentaires : une couverture photographique des galeries de la grotte des Fraux

Préalablement à la pause des premières passerelles dans la partie gauche de la grotte (cf. le billet posté hier sur ce blog), nous avons procédé courant 2008 et 2009 à la réalisation d’une couverture photographique en haute définition de l’ensemble des galeries destinées à être équipées de ces structures de circulation. Le principal objectif de cette couverture photographique était de préserver une vision de la grotte « dans son jus », c’est-à-dire dans l’état dans lequel elle a été découverte il y a 20 ans à présent.

Au moment de sa découverte, comme au moment où nous avons pénétré la première fois en ces lieux, l’impression qui se dégageait de la cavité était celle d’un site fossilisé, resté intact, où les gestes du passé étaient encore presque palpables… Cette impression était liée, rappelons le, au fait que le porche de la grotte (seul ancien accès connu à ce jour) s’était effondré à la fin de l’âge du Bronze, « sanctuarisant » ainsi ce site qui restera préservé jusqu’au moment de sa découverte en 1989.

Si la pause de passerelles de circulation va dans le sens d’une indispensable préservation de l’exceptionnel état de conservation de ce site, leur présence dans le réseau « dénature » la vision des lieux et nous éloigne de fait de la perception de l’espace des premiers occupants. Depuis l’aménagement de la première partie de la cavité, notre propre perception de la grotte a évolué ; cette évolution est également liée au raccordement électrique du réseau qui nous permet depuis plusieurs mois de disposer d’éclairages froids sous terre.

La seconde tranche de travaux, destinée à aménager la partie droite du réseau (les secteurs 3, 4, 8 et 7), est programmée pour le début de l’année 2010. Cela nous a contraint à réaliser une campagne supplémentaire en novembre, dont l’objet est la couverture photographique des secteurs concernés par l’équipement.

La photographie ci-dessous rassemble quelques vues prises cette semaine des secteurs 3, 5 et 8. Le reste de la semaine nous permettra de finaliser les prises de vues des galeries et sols archéologiques (malgré un climat fortement pluvieux et la présence de forts ruissellements dans la cavité).

 

réseau droit de la grotte : couverture photographique des secteurs destinés à être équipés de passerelles de circulation

réseau droit de la grotte : couverture photographique des secteurs destinés à être équipés de passerelles de circulation. Photographies publiées avec l'aimable autorisation de Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte.

 

Soutenance de diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet : premier diplôme autour de la grotte des Fraux

Les 16 et 17 septembre derniers se sont tenues, à l’INSA de Strasbourg, les journées de la Topographie.

Vue des locaux strasbourgeois de l’INSA

Vue des locaux strasbourgeois de l’INSA

À cette occasion, Benoît Cazalet, membre de l’équipe scientifique des Fraux depuis 2008 et élève ingénieur de l’INSA Strasbourg a soutenu son mémoire de diplôme d’ingénieur INSA (spécialité topographie). Son mémoire, intitulé « Numérisation 3D de la grotte des Fraux (Dordogne, France) par lasergrammétrie et photogrammétrie » a été conduit sous la direction de Pierre Grussenmeyer et Tania Landes.

Couverture du diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet

Couverture du diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet

Toute l’équipe félicite chaleureusement Benoît pour son diplôme et profite de ce billet pour le remercier de l’important travail de topographie et traitement 3D qu’il a opéré aux Fraux, sous la tutelle de Samuel Guillemin et Pierre Grussenmeyer.

benoit

Benoît, le jour de la soutenance de son diplôme d'ingénieur INSA

Bon vent Benoît !

Où se situait l’entrée de la grotte des Fraux à l’âge du Bronze ?

L’accès actuel à la grotte des Fraux s’opère par un petit puits artificiel, lequel résulte de l’effondrement en 1989 d’une partie de la voûte de la cavité. À ce jour, nous ignorons la localisation exacte de l’entrée qu’empruntaient les « occupants » de la grotte à la fin de l’âge du Bronze. Nous ignorons également tout de la morphologie de cet ancien accès. S’agissait-il d’un petit porche ? Ou bien le versant était-il déjà colmaté par des dépôts de pente, laissant apparaître de petites infractuosités ?

La grotte des Fraux constitue un tout petit réseau horizontal. Cette spécificité permet de situer assez précisément l’altitude à laquelle devait se trouver l’ouverture de la cavité. L’orientation des galeries permet également d’estimer la position de l’entrée primitive, aujourd’hui effondrée, à hauteur de l’actuel parking aménagé à quelques mètres de l’entrée actuelle.

Pour tenter d’en reconstituer la forme, nous avons réalisé la numérisation d’une partie du versant – au profil adouci – où devait se situer l’entrée (ou l’une des entrées) permettant d’accéder à la cavité. Lorsque le modèle numérique de terrain sera réalisé, nous pourrons projeter le volume des galeries numérisées, et ainsi proposer une restitution topographique et morphologique du versant, tel qu’il se présentait à la fin de l’âge du Bronze. Le couplage avec de prospections géophysiques sera nécessaire pour préciser le niveau de pertinence des hypothèses.

Géolocalisation par GPS
Géolocalisation par GPS

Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l'âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin permettent au scanner « photon » Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées
Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l’âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin (en arrière plan sur la photo) permettent au scanner photon Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées.

À la poursuite du champ magnétique

À la suite du test de couplage des approches de thermoluminescence et magnétiques réalisées en octobre 2008 – notamment dans le secteur 18, au niveau d’une aire fortement rubéfiée correspondant à une structure de combustion – François Lévêque a considéré que le levé du profil en prospection magnétique (procédé non destructif) aurait gagné en finesse a bénéficier de davantage de données par unité d’espace. L’un des objectifs de cette nouvelle campagne de prospection magnétique est de parvenir à produire une haute résolution spatiale de la variation du champ magnétique et de générer des données 3D de cette variation. Pour pallier au manque de données, François a décidé de passer à un mode d’acquisition dynamique (en continu) en réalisant un positionnement déconnecté de l’acquisition des mesures du champ magnétique avec la station trimble (aimablement prêtée à l’équipe par la société GEOTOPO). Cette station permet de localiser, au cm près, un prisme solidarisé au capteur de champ magnétique. Les deux séries temporelles de mesures sont synchronisées.

prospection magnétique

prospection magnétique via un mode d'acquisition dynamique solidarisant capteur de champ magnétique et prisme.

Cette opération a été réalisée sur plusieurs m3, sur la zone cible prospectée en octobre, autour du foyer F4. En moins d’une heure, cette opération a permis d’acquérir quelque 16 000 points de mesure à comparer aux 400 points de mesure acquis l’an passé (en 2 heures de temps, sur une surface d’environ 10 m2).

Scan 3D de la galerie des foyers (secteur 18)

Les journées de lundi et mardi ont été consacrées à la numérisation 3D de la galerie 18, longue d’une trentaine de mètres. Ce travail, réalisé à l’aide du scanner Photon Faro et d’une station Trimble VX a mobilisé 4 personnes. L’exiguité des lieux – la galerie est par endroits haute d’à peine 1,20 m et large de 80 cm – a complexifié la manipulation des appareillages. Pour compléter le travail de numérisation, Pierre Grussenmeyer a effectué une série de photographies numériques en haute résolution (15 M) des parois du secteur 18 dans le but de « texturer » le modèle 3D.

À l’occasion de cette manipulation, l’équipe a accueilli un étudiant de l’INSA-Strasbourg, actuellement stagiaire chez GEOTOPO, Franck Lamure.

Relevé des sphères au Trimble VX par Franck.

Relevé des sphères au Trimble VX par Samuel, Franck et Benoît.

L’équipe de l’INSA-Strasbourg profite de ce billet pour saluer Anne !

En préalable à la numérisation

relevé des sols archéologiques su secteur 18

relevé des sols archéologiques du secteur 18

Un des objectifs de cette nouvelle opération de terrain aux Fraux est le scan 3D du secteur 18 (dit galerie aux foyers), dans le prolongement du secteur 13. Les nombreux foyers en cuvette qui jalonnent cette galerie font par ailleurs l’objet d’une étude archéomagnétique en cours. Avant que d’amorcer le scan de cette partie du réseau, nous finalisons ce week-end le travail de relevé manuel et photographique des sols archéologiques en place (structures de combustion, mobilier…) ainsi que l’état des lieux de cette portion de la galerie.

Reprise des hostilités

Pour les archéologues pariétalistes, cette semaine  sera consacrée à la prise de photographies et au mosaïquage des clichés des panneaux ornés du secteur 13 de la grotte des Fraux. Ce travail de prise de vue est précédé d’une étape de description des panneaux ornés et des entités graphiques sur la base d’une fiche type. Cette fiche a été adaptée à la grotte des Fraux, à partir d’un modèle plus spécialement conçu pour la période paléolithique.

 

Raphaelle et Stephane décrivant le grand panneau de la salle au pilier

Raphaelle et Stephane décrivant le grand panneau de la salle au pilier (secteur 13)

 

Fiche d'enregistrement des entités graphiques

Fiche d'enregistrement des entités graphiques

Ce travail préparatoire concerne les 11 panneaux du secteur 13, répartis sur une vingtaine de mètres linéaires. Il permettra le relevé manuel des panneaux lors de la prochaine campagne, en mai prochain.

L’objectif de l’équipe est de mener à terme l’étude du secteur 13 (archéologie, relevés pariétaux, 3D, topographie, étude archéométrique des foyers) pour la fin du programe triannuel de fouille.

Fin de campagne 2008

Ce samedi 1er novembre signe la fin de la campagne d’automne à la grotte des Fraux. Ces deux semaines intensives ont été principalement consacrées à des tests d’ordre méthodologique. La présence de nombreuses structures de combustion dans la cavité nous a incité à mettre en œuvre des approches croisant différents types d’analyses (paléo-magnétisme, susceptibilité magnétique, thermoluminescence). Le dépouillement des premiers résultats dans les prochaines semaines devrait nous permettre de proposer un protocole d’étude. La confrontation des points de vue permet également de proposer d’autres pistes de recherche, dont celle de la datation de l’ensemble des feux par luminescence. Il ne s’agirait pas d’obtenir des dates absolues, mais davantage de voir si l’on peut proposer une chronologie relative et propre au site. Des tests de faisabilité devront être réalisés.

Comme nous l’avons montré dans le dernier billet, le relevé en 3D de la cavité a été engagé par
Pierre, Samuel et Benoît. Ici encore, la valeur méthodologique a été privilégiée par l’emploi de matériels différents dans des conditions topographiques particulières. L’enjeu est à présent de mettre au point des outils (bases de données géo-référencées) permettant une parfaite compatibilité entre les différents modes de relevé. La poursuite du relevé des œuvres pariétales s’inscrit dans cette perspective. Les panneaux relevés par Stéphane et Raphaëlle, à l’aide de relevés photographiques et manuels sur le terrain, vont nous permettre de travailler à l’intégration des données archéologiques dans le modèle 3D. Car cette question de la gestion en trois dimensions se pose pour chacun d’entre nous. Lorsque nous relevons des sols archéologiques, des fragments de céramiques ou des restes osseux, nous réalisons des plans qu’il conviendra d’intégrer dans le modèle en 3 dimensions. Pour ce faire, une petite zone de 4 m² a été décapée et fait l’objet d’une fouille partielle.

Ce bilan ne saurait être complet sans saluer le travail de reconnaissance et de topographie du réseau conduit par Yves et Christine. L’exploration de nouvelles galeries a montré le développement réticulé du réseau et permet de comprendre le processus de formation de la grotte des Fraux.

Nouvelles échéances : remise du rapport de fouille fin décembre 2008. D’ici là, les travaux de laboratoire vont poursuivre…

 

sur le départ...

sur le départ...

 

Art pré et protohistorique dans la vallée de Côa (Portugal)

En mission au Portugal dans le cadre d’un projet de recherche développé en partenariat avec l’université de Porto (PHC Pessoa «  Rôle et fonction des enceintes monumentales dans la construction des territoires chalcolithiques en Europe occidentale : regards croisés sur la France méridionale et le nord du Portugal »), nous avons été invités par nos collègues portugais à rencontrer l’équipe du Parc Archéologique de la Vallée de Côa.

Ce contact très fructueux nous a permis, outre la visite de sites archéologiques fantastiques, de visiter le laboratoire de recherche en charge du relevé et de l’étude des œuvres pariétales. En nous présentant la chaîne du traitement de l’information, depuis le relevé jusqu’à la restitution, nous avons pu échanger des points de vue avec nos collègues et nous enrichir de leur expérience.

Organisme public dépendant de l’Institut Portugais d’Archéologie (IPA), le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) a pour mission de gérer, protéger et faire connaître l’art rupestre de la zone protégée de la Vallée du Côa. Il organise également des visites destinées au public (environ 70 personnes/jour). Le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) occupe une surface d’environ 20 800 hectares.

parc archéologique de la vallée de Côa - Foz Côa

Trois sites d’art rupestre sont ouverts à la visite : Penascosa, Canada do Inferno et Ribeira de Piscos. La visite de ces sites se fait au départ du centre du Parc Archéologique à Vila Nova de Foz Côa, ou de Castelo Melhor pour accéder aux sites de Penascoa ou encore de Muxagata pour visiter Ribeira de Piscos.

Les gravures paléolithiques de la Vallée du Côa sont réparties en 24 unités différentes, le long des rives du Côa, sur les derniers 17 km.

La visite du site de Ribeira de Piscos nous a permis d’observer la grande diversité des techniques mises en œuvre (gravures, rainurages, piquetages). La richesse de cette palette et la nature même du support, formé de plaques verticales de schistes lisses, livrent des figures d’une étonnante expressivité. La fuidité du trait permet de retranscrire, comme pour l’auroch de la roche 3, les détails de la posture et du port de corne. Les détails des mouvements et du comportement ont été saisis et transposés.

La visite des sites de la confluence du Côa avec le Duro nous a permis d’observer les gravures datant de l’âge du Fer. Guerriers à tête d’oiseau, chevaux, chiens, incarnent la réalité de sociétés pour lesquelles le pouvoir s’exerce au travers des signes de la domination et de la violence. Ainsi, la roche 3 de Vermelhosa montre des guerriers affrontés munis de lances et de boucliers.

Mais où se trouve l’âge du Bronze ? Question récurrente lorsque l’on traite de cette période. Si des peintures ou des représentations antropomorphes se rapportent à la période de la fin du Néolithique et au début des âges des Métaux, aucun ensemble cohérent ne peut attribué à la seconde moitié du second millénaire avant notre ère. Ce constat, qui n’est pas propre à la vallée de Côa, nous interroge une fois encore sur les changements sociaux-culturels qui interviennent durant le second millénaire avant notre ère dans l’ensemble de l’Europe.

L’inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en décembre 1998 donne au PAVC la mission de gérer tout à la fois la protection du site et la divulgation vers le public des œuvres pré et protohistoriques. La construction d’un nouveau musée qui domine la vallée du Douro ouvre une nouvelle page du développement culturel et touristique. Nous attendons avec impatience l’inauguration prochaine de ce centre d’interprétation. Comment allier protection du site, divulgation au public et développement économique ? Nous suivrons de près l’expérience de nos collègues portugais.

Nous tenons à remercier très chaleureusement António Martinho Baptista (directeur adjoint du PAVC) de nous avoir accueilli au PAVC et André Santos, archéologue, de nous avoir accompagnés et fait découvrir la grande diversité des sites gravés paléolithiques et protohistoriques.

Pour plus d’informations, consulter le site internet du Parc Archéologique de la Vallée de Côa : http://www.ipa.min-cultura.pt/coa/

L’historique de la découverte est présenté dans un article de Luis Luis paru dans Les Nouvelles del’Archéologie, 82, 4e trimestre 2000, pp.47-52 http://www.ipa.mincultura.pt/coa/sh__research_articles__folder/NDA.pdf

Et la lumière fut !

Le mois de juillet a vu la grotte des Fraux raccordée au réseau électrique ce qui  nous permet de disposer, dans la cavité, de nouvelles sources d’éclairage. Jusqu’à présent, nous utilisions des lampes leds et des flashs (synchronisation de plusieurs flashs).

Entre le 17 et le 19 juillet nous avons pu utiliser pour la première fois des éclairages froids. Disposés sur des pieds photos, ces éclairages peuvent être manipulés de manière à faire varier l’intensité et l’orientation de la source. Pendant 3 jours, nous avons opéré une couverture photographique des zones qui vont prochainement faire l’objet d’un équipement de plateformes de circulation. Destinées à protéger les sols archéologiques, ces passerelles métalliques dénatureront quelque peu l’environnement de la cavité. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire d’opérer de photographier les lieux avant travaux.

 

 

Prochaine étape, octobre 2008, avec la réalisation par nos collègues de l’INSA UMR PAGE de la numérisation en 3D des premières salles avant leur équipement.    

Relevé des parois ornées – suite 2

Une fois la mosaiïque composée, le relevé commence alors in situ devant un panneau de tracés digités organisés du secteur 13 à hauteur du point topographique 119.

 

le relevé devant les parois…

 

Des séquences d’exécution sont clairement identifiables et les nombreuses superpositions permettent de conclure à la très probable contemporanéité de l’ensemble des tracés du panneau. L’exemple d’un tracé en recoupant un second, lui-même superposé au premier plaide en effet en ce sens.

 

 …un travail précis

 

Notons l’existence de gravures fines relativement profondes qui, lorsqu’elles se trouvent en relation directe avec les tracés digités, sont systématiquement postérieures à ces derniers (à une exception près).

La plupart de ces observations n’a été possible que par ce travail d’enregistrement minutieux devant la paroi.

Relevé des parois ornées – suite

Suite à la couverture photographique d’un panneau et au remontage numérique en mosaïque des clichés, nous sommes entrés dans une phase préparatoire au relevé in situ.

Le tirage papier à 85% de la taille réelle du panneau a été effectué sur la base d’un assemblage des clichés (mosaïque).

 

 

tirage papier de la mosaïque photographique

 

Ce document de travail servira de base à l’analyse des tracés. Ce travail est systématiquement effectué dans la grotte, face à la paroi, dans un soucis de contrôle des tracés (ombrage, recoupements…). Un film transparent, sur lequel la phase d’analyse et d’enregistrement sera notée, est appliqué sur la mosaïque photographique.

 

 application du film transparent sur la mosaïque

Prise de contact : premières impressions d’Eric Robert (post doc – UMR 7041 et USM 103 du MNHN)

Présent pour cette campagne de printemps 2008, la troisième depuis le début de l’étude du site en 2007, j’accompagne Stephane Petrognani (doctorant Paris 1 chargé de l’étude pariétale sous la responsabilité de C. Fritz et G. Tosello) afin de l’assister dans la réalisation des premiers relevés des représentations de la grotte.

La première descente, effectuée dimanche, a été l’occasion de faire mes premiers pas dans la grotte des Fraux, un site aux caractéristiques exceptionnelles, notamment par la présence de sols archéologiques recelant un riche matériel en place : céramiques entières ou fragments, ossements, foyers (…) côtoient les représentations, gravures ou tracés digitées.

 

Cette prise de contact est l’occasion de prendre conscience de la diversité de ces représentations, réparties dans les différentes galeries : de nombreuses séries de digitations parallèles ainsi que des tracés géométriques complexes radicalement distincts du corpus abstrait habituel de l’art paléolithique européen.

 

Les deux premières séances de travail ont permis de mettre en place la lecture du panneau de tracés digités, qui fera l’objet des premiers relevés dans cette campagne (secteur 13 – point topo 119).

Malgré l’humidité de la zone d’accès de la grotte, nous sommes au sec pour engager les premières observations, notamment pour déterminer la chronologie des traits. Cette étape préalable au relevé consiste en effet à faciliter la lecture en déterminant l’ordre de réalisation de chacun des traits par l’équivalent d’un « diagramme de Harris » appliqué à l’art pariétal. Les différentes séquences de réalisation des 28 tracés digités qui composent le panneau sont ainsi reconstituées.

D’autres observations complémentaires sur le contexte du panneau clôturent cette étape du travail, avant de s’attaquer au relevé en lui-même.

Le temps est à l’orage !

Dimanche 25, premier jour de fouille et de relevé de la campagne de printemps à la grotte des Fraux. La matinée a été consacrée à l’équipement de la cavité et à l’installation du matériel de fouille. Les intempéries de ce printemps pluvieux ont entraîné un affaissement du talus  permettant l’accès à la cavité, bloquant de la sorte la porte métallique. Quelques travaux de terrassement à prévoir pour l’équipe.

chemin d\'accès au sas d\'entrée de la grotte

Vers 14 heures, premiers signes d’un orage. 14h30 coups de tonnerre et pluie ininterrompue jusqu’à 18h30. Dans la grotte, on entend le rythme des gouttoirs s’intensifier. Puis ce sont les ruissellements, petits filets d’eau ; rigoles qui se gonflent. A proximité de l’entrée de la cavité, les parois suintent. L’eau s’infiltre dans les failles depuis la surface et vient grossir le flux de rigoles. Le réseau est actif ! 

A l’extérieur, le drainage installé au-dessus de la cavité montre toute son efficacité. Le tuyau de 200 mm présente un débit impressionnant.

 

drainage des eaux de ruissellement

 

L’accès à la cavité est devenu boueux ; et se transforme en un petit ruisseau. A 17 heures, nous arrêtons de fouiller ; le sondage 2 du secteur 10 est noyé.

 

sondage 2 noyé Il devient difficile d’extraire les sceaux de sédiment de la cavité tant l’accès vertical est devenu boueux. Dans la grotte, l’accès à la galerie de gauche devient impraticable et le cône d’éboulis draine les eaux de surface.

21h30, il pleut toujours ! Nous avons de la chance, la station de météo France pour la région de Nontron se situe précisément à Saint-Martin-de-Fressengeas, à quelques encablures de la grotte des Fraux. Les prévisions pour les jours à venir ne sont pas des plus optimistes…