Mercredi 14 / jeudi 15 novembre 2007

Ces deux journées de terrain ont été consacrées à la consolidation de la documentation (vérification des plans, levé des sections, description des sondages). L’équipe des pariétalistes a également employé ces deux journées à renseigner la base de données et l’indexation des très nombreuses photographies réalisées durant cette campagne.

bdd.jpg

Jeudi 15 au soir, l’équipe a présenté devant les élus de la commission tourisme du Conseil Communautaire de la Communauté de Commune des Pays Thibériens les travaux engagés pendant cette première campagne de fouille et les orientations pour les années à venir. Cette rencontre a été l’occasion de présenter le blog de la grotte des Fraux aux élus et aux représentants des associations présentes lors de cette réunion.

Avant dernier jour de la campagne de fouille sur le terrain, la journée de vendredi 16 a été consacrée au « déséquipement » de la cavité. L’ensemble du matériel de fouille et de topographie a été remonté à la surface. Les dernières heures de la journée ont ainsi permis d’indexer les photographies et de réaliser des sauvegardes de la documentation.

Samedi 17, fin de la première année de fouille à la grotte des Fraux. L’échéance de remise du rapport pointe déjà à l’horizon…

lundi 12 / mardi 13 novembre 2007

Deuxième sondage dans la galerie 10

Un second sondage a été réalisé dans la galerie 10, le long d’une paroi, en direction du fond du boyau. Cette zone est pour partie recoupée par une rigole qui incise les horizons archéologiques. Celle-ci a canalisé les eaux de ruissellement qui ont, consécutivement à l’ouverture de la cavité, circulé dans la grotte. Ce sondage a porté sur une surface d’environ 0,80m², partiellement perturbée par ces ruissellements. Les coupes naturelles provoquées par les incisions de la rigole laissaient apparaître la présence de plusieurs niveaux archéologiques ; il nous est apparu nécessaire de préciser la nature et la puissance du remplissage.

coupe.jpg Secteur 10 – coupe du sondage opéré le long de la paroi

Ce second sondage a permis de mettre en évidence une stratigraphie puissante de 30 cm. Le sommet de la séquence se compose d’un sédiment gravelo-sablonneux produit par la vidange du lac collinaire. Ce dernier recouvre un horizon brun comportant du mobilier archéologique très fragmenté et des charbons de bois. Sous cette couche se développe une couche argileuse beige, de type varves.

varves.jpg Vue de détail de l’argile présentant de fins litages

Le feuilletage et les fentes de dessication pourraient traduire un mode de déposition opéré à intervalles réguliers (saisons ?). Quoi qu’il en soit, cette unité stratigraphique traduit un épisode « d’abandon » ou d’interruption de la fréquentation de cette partie de la cavité.

Sous cette couche, nous observons la présence d’un horizon très charbonneux. Vers la base de la séquence, la densité des galets et des blocs de grès s’accroît, le sédiment devient davantage sableux. La fouille a été interrompue à l’approche d’un horizon compact, localement induré. Compte tenu de l’étroitesse de la surface de fouille, la poursuite de la reconnaissance de la stratigraphie devra s’accompagner d’une lecture spatiale plus large.

Ce sondage montre la présence d’une stratigraphie des dépôts, phénomène qui traduit l’inscription dans la durée des phénomènes sédimentaires et archéologiques. La formation de varves, dont il faudra vérifier la nature de la formation et de l’extension, permet de relativiser à l’échelle de cette petite galerie l’idée d’une occupation événementielle au profit d’une inscription dans les rythmes d’un temps plus long.

dimanche 11 novembre 2007

par Yves Billaud

La reprise de la topographie de la cavité a également été l’occasion de réaliser diverses observations sur les conduits karstiques. Leur morphologie et leur organisation sont sous la double contrainte de la lithologie et de la tectonique.

L’encaissant est caractérisé par une séquence sédimentaire hétérogène avec l’alternance de bancs de calcaires argileux et de grés. L’épaisseur des différentes strates allant de 30 cm à 2 m. La série présente une structure simple, sans déformation notable, avec un pendage faible. Par contre, elle est affectée par un dense réseau de diaclases présentant deux directions préférentielles.

Des chenaux de voûte et des remplissages argileux plus ou moins rythmés indiquent une première phase de creusement en régime noyé avec le développement de galeries paragénétiques. Par la suite, au moins une phase de soutirage a provoqué le décolmatage partiel du réseau. Un effet secondaire a été la déstabilisation des parois, phénomène accentué par l’hétérogénéité de l’encaissant. Il en est résulté des effondrements de blocs, voire de dalles ou des décollement en masse selon les joints de strates. A la jonction de grandes galeries se sont alors développé des salles au sol occupé par des chaos.

section_galerie_DSC07757.JPG

galerie avec chenal de voûte, surcreusements latéraux dans un banc gréseux.

Section_galerie_et_s_d_DSC07821.JPG

galerie avec chenal de voûte et remplissage rythmé. Au sol, dalles effondrées ; au loin, décollement en masse selon un joint de strates.

samedi 10 novembre 2007

Par Raphaelle Bourrillon et Stéphane Pétrognani

Après une première prise de contact et la visite des trois galeries accessibles, nous avons pris la décision d’effectuer un travail de prospection systématique des parois, matérialisé par une prise de notes référençant les motifs ornés et les vestiges archéologiques rencontrés (avec prises de clichés et repérages topographiques).
raph_-steph.jpg

•Secteurs 11-13 Galerie où les manifestations sont présentes en quasi-continuité, avec une domination de « panneaux » de tracés digités verticaux organisés et rythmés.

13-116-_-moins-280-G-3_copie.jpg

•Secteurs 1-3 Identification de motifs se distinguant par leur forme. Les techniques présentent des variantes par rapport aux secteurs 11-13, avec une fréquence importante de gravures fines.

•Secteur 10 (prospection en cours) S’introduisant cette fois dans le secteur actuellement en partie sondé, nous remarquons une quasi-absence des tracés digités et une nette domination des motifs en « zigzag », parfois isolés, mais la plupart du temps regroupés et organisés.

10-103-_-30-D_copie.jpg

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.

jeudi 8 /vendredi 9 novembre 2007

Les travaux de topographie se poursuivent dans les grandes salles des parties accessibles du réseau. Les reports de points nous permettent de raccorder le plan du réseau sur le cadastre actuel. Un sondage de 1 m² est ouvert dans la galerie du secteur 10. Les sols de cette dernière sont recouverts de galets et d’un sédiment gravelo-sablonneux gris clair. La vidange de la retenue collinaire dans la cavité a transporté des matériaux à plus de 15 mètres à l’intérieur de cette galerie étroite.

entree-secteur10.jpg Des rigoles, incisées dans les sols archéologiques, drainent les eaux de ruissellement. On observe dans ces sédiments la présence de tuile et de briques roulées, ainsi que de petits fragments de faïence blanche. Vers le fond de la partie accessible de ce boyau, qui se perd sans que l’on puisse en déterminer l’extrémité, les eaux d’écoulement s’infiltrent et forment de courts tunnels dans le sédiment archéologique argileux. Ailleurs, les surplombs formés par les avancées du profil sinueux de la paroi masquent des chenaux et des rigoles souterraines.
fin-secteur-10.jpg

Le choix de l’implantation du premier sondage a été guidé par la présence de mobilier déposé dans un joint de sédimentation de la roche et par la proximité d’expressions pariétales, situées à moins d’un mètre de la fouille. L’objectif de ce premier sondage est d’estimer la puissance des colluvions qui recouvrent la surface du boyau. Il s’agit également de rechercher la présence de sols archéologiques et d’en évaluer la datation.
sondage01.jpg

charbon-sond.-01.jpg

mercredi 7 novembre 2007

Secteur 10 : relevé du plan de la galerie

Le secteur 10, situé à proximité de l’actuelle entrée de la grotte des Fraux, est recouvert d’un horizon détritique lié à la vidange du lac collinaire. Par endroits, les horizons archéologiques sont entaillés par des rigoles d’écoulement des eaux. Ce phénomène érosif a ponctuellement dégagé du mobilier archéologique.
ceramique.jpg

Ce matériel, aujourd’hui en position secondaire, est principalement composé de céramique non tournée et de faune. Il a été relevé en plan au 1/20ème, positionné sur le plan détaillé de la galerie et systématiquement mesuré et photographié.
relev_.jpg

Pour l’heure, l’équipe a décidé de ne pas prélever le matériel. Une réflexion sur la pertinence de déplacer ou d’extraire de la cavité des objets déposés à l’âge du Bronze sera menée dans les semaines à venir. Un inventaire (couplé à une base de données), débuté cette semaine, recensera à terme l’ensemble du mobilier de la grotte.

Parallèlement, le travail de topographie s’est poursuivi dans la vaste galerie gauche du réseau.

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.

un nouvel occupant des lieux

Cette semaine, un jeune triton marbré a posé ses valises à l’entrée de la cavité. Nouvelle mascotte de l’équipe, il nous a incité à créer ue nouvelle rubrique sur le blog, dédiée aux « autres occupants » de la cavité. Merci de vos éclairages à venir sur l’identification de certaines bestioles encore inconnues des membres de l’équipe.

triton.jpg

Mardi 6 novembre 2007

Mardi : l’équipe s’est scindée en deux Les travaux de topographie se poursuivent. Le réseau de points topographiques disposés par Olivier Ferrulo (SRA Aquitaine) et Thierry Baritaud (SDAP) est recalé au théodolite. Yves et Christine Billaud ont pris en charge cette opération engagée durant la campagne de juin 2007.

topo04.jpg

Ce travail permet à l’équipe de disposer d’un maillage serré de points topographiques et d’axes de relevés.

topo05.jpg

Outre les anciens points topographiques, de nombreux nouveaux points ont été disposés. Les nouveaux points sont numérotés à partir de 100 et matérialisés par des fiches jaunes.

topo02.jpg

topo01.jpg

topo03.jpg

Sur la base de ce canevas, les travaux de relevé du plan de la cavité ont été engagés dans la galerie de droite, topographiée lors de la campagne de juin. Le dessin des horizons de surface est réalisé à l’échelle du 1/20ème. La cartographie de l’horizon de surface permet ainsi de localiser les zones où les sols archéologiques sont conservés et de matérialiser sur un plan les parties remaniées par les fréquentations antérieures à notre intervention archéologique ou les parties détruites par l’effondrement des blocs du plafond ou recouvertes par les colluvions issus de la vidange du lac collinaire. Les premiers vestiges ont ainsi pu être repérés. Avec ces premières découvertes, se pose la question de la gestion des mobiliers. Comment intervenir pour l’étude ce de mobilier ? pouvons-nous le déplacer ?


Le point 101 est positionné en fond de galerie. Le point topo 33 est matérialisé par une étiquette verte posée à plat sur une dalle d’effondrement. Le point central a été repris comme référence moyenne de ce point.

lundi 5 novembre 2007

L’objectif de cette première semaine de travail est de compléter la topographie des zones accessibles de la cavité, préalablement à la mise en place des platelages de circulation dans les secteurs oùl es paléosols sont préservés. Après avoir réalisé en juin 2007, avant la mise en place de ce blog, le calage de points dans la partie droite du réseau, nous nous attelons à présent aux secteurs (galeries et salles) de la partie droite de la cavité.


C’est pour permettre à l’équipe d’intervenir dans de bonnes conditions d’accès que l’élargissement d’un boyau s’est avéré indispensable. blog1.jpg
Un cône d’éboulis argilo-graveleux est venu colmater les galeries au moment où le lac collinaire s’est déversé dans la grotte il y a quelques années. Dans la matinée de lundi, quelques 400 litres de sédiments ont été évacués de la grotte par l’étroiture du puits d’accès.
blog02.jpg

blog03.jpg

blog04.jpg

blog05.jpg

dimanche 4 novembre : retour sur le terrain

La première journée sur le terrain a été consacrée à la cartographie (relevé en plan) de la zone de l’actuelle entrée de la cavité. Sur la maille de points géoréférencés, le contour des parois a été tracé à l’aide d’un télémètre.

blocs

Des blocs effondrés jalonnent cette zone recouverte de colluvions issusde la vidange du lac collinaire.

topo laurent

Travaux d’aménagement de l’entrée de la cavité

Les travaux d’aménagement de la grotte des Fraux se poursuivent. Après la mise en sécurité réalisée à l’intérieur de la cavité, c’est le dispositif d’entrée qui vient d’être modifié.

porte d'entrée

Le puits d’entrée a été coiffé d’un bâtiment en dur et d’une porte blindée. Les drainages réalisés autour du bâtiment permettent de mieux drainer les eaux de ruissellement et de stopper l’accumulation de végétaux et de matières organiques dans la cavité. Conçu par Thierry Baritaud (ingénieur du patrimoine au SDAP de Dordogne), les travaux de construction ont été achevés à la fin du mois d’octobre. La réalisation de cet ouvrage, parce qu’il facilite l’accès au monde souterrain, marque le démarrage effectif de l’étude archéologique de la grotte des Fraux.

porte d'entrée 3

Cette opération a fait l’objet d’un suivi par le Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine en la personne d’Olivier Ferullo. Ces travaux ont bénéficié de l’aide de la commune de Saint-Martin-de-Fressengeas et de la communauté de communes des pays thibériens.

porte d'entrée 2