Fin de campagne

Vendredi 6 juin s’est achevée la première campagne de fouille de l’année 2008. Les objectifs que nous nous étions assignés n’ont pu être tenus en raison des intempéries. Nous avions notamment programmé de poursuivre la fouille dans le secteur 10, petite galerie qui a livré une séquence stratigraphique intéressante, puisqu’elle signe une phase « d’interruption » dans la fréquentation de ce secteur de la grotte. Les sondages étant inondés, nous avons du revoir nos objectifs.

La campagne de printemps a par conséquent été mise a profit pour préparer la pose prochaine des passerelles (nettoyage, photographies et relevés des axes de circulation). Dans le secteur 13 plus particulièrement, nous avons réalisé un plan au 1/10e des zones qui seront recouvertes de platelages. Bien que localement altérés, les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze ont livré un mobilier céramique fragmenté. Le nettoyage des sols archéologiques a mis en évidence des zones où les blocs de grès affleurent. Un petit décapage, réalisé dans le secteur 13, a permis de dégager une structure de combustion.

 

Relevés des sols archéologiques au 1/10e

 

Cette fin de printemps pluvieux a rendu la campagne de fouille pénible ; les effondrements successifs du talweg permettant d’accéder au sas d’entrée en constituent le témoignage. A l’initiative de Dany Barraud (Conservateur Régional de l’Archéologie), des travaux vont être engagés dès cet été pour consolider et couvrir ce passage.

 

Sas d’entrée de la grotte – effondrement du talweg

 

Gageons que l’automne 2008 verra se mettre en place la première tranche de l’équipement de la cavité. Le programme de la campagne d’automne est chargé. Dès cet été, une mission de prise de vues sera réalisée en vue de préparer la campagne de relevés pariétaux qui se déroulera la seconde moitié du mois d’octobre. La venue de Pierre Guibert (IRAMAT Bordeaux) permettra la mise en œuvre d’un protocole d’échantillonnage en vue de la réalisation de mesures de Thermoluminescence sur les structures de combustion. Parallèlement, des tests palynologiques seront engagés par Didier Galop (GEODE, Toulouse) qui vient de rejoindre l’équipe. La dernière semaine du mois d’octobre verra l’intervention de nos collègues Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin de l’INSA de Strasbourg (MAP) ; ils réaliseront la première campagne de relevé 3D dans le secteur 13 de la grotte.

 

Le temps qui nous sépare de ces prochaines échéances sera notamment mis à profit pour réaliser la DAO et traiter les prélèvements qui ont été réalisés.

 

 

Fin de campagne !

Des surface rubéfiées

 Le nettoyage des axes de circulation du secteur 13 a révélé plusieurs zones rubéfiées parfaitement conservées : foyers, zones de rejet de résidus de combustion (charbons de bois, cendres…). Les paléosols apparaissent sous quelques millimètres de sable détritique issu de l’altération des blocs de grès. Sous cet horizon se dessine un sol archéologique formé d’une multitude de faciès : argile jaune recouvrant des blocs de grès beige ; concentrations de produits de combustion ; blocs de grès rubéfiés…

Toute la difficulté de l’enregistrement de ces sols dont l’épaisseur est de quelques millimètres réside dans la cartographie de ces faciès étroitement imbriqués.

 

Juxtaposition des faciès sédimentaires

 

La fouille a été conduite selon un carroyage de 20 cm de coté, sur la base duquel ont été effectués relevés et prélèvements destinés aux études palynologiques, anthracologiques et carpologiques. L’intégralité des sédiments a été conservée.

 

Exemple de relevé des sols au 1/5eme

 

Le rouge est mis

Le nettoyage de axes de circulation à l’intérieur du réseau a mis en évidence des zones d’affleurement du substratum, ici formé de dalles de grès (blocs monolithiques détachés du plafond de la cavité). Sous les niveaux superficiels millimétriques, constitués d’une argile plastique déposée au fil des passages le long des cheminements, sont rapidement apparues des zones altérées sous l’effet de la chaleur et caractérisées par une teinte orangée à rouge vif.

 

Altération des blocs de grès sous l’effet de la chaleur

 

Dans le secteur 13, ces zones sont retrouvées en étroite relation avec des amas charbonneux très denses, pluricentimétriques, correspondant visiblement à des niveaux de vidange de foyers, parfois associés à des horizons cendreux.

 

Dans le cadre de l’étude de ces niveaux, plusieurs interrogations se sont faites jour, notamment sur le processus d’altération thermique des grès ; la caractérisation et la typologie des différents faciès d’altération des grès (dans l’objectif d’une exploitation cartographique) ; la caractérisation des processus post-dépositionnels.

 

 

Altération naturelle des blocs de grès dans la cavité

 

C’est dans la perspective de l’étude de la gestion de feux multiples à l’intérieur de la cavité (en espace confiné) que nous venons de proposer à Pierre Guibert (directeur adjoint de l’UMR 5060 IRAMAT et responsable du RTP archéométrie), spécialiste de la luminescence, d’effectuer une étude test sur un foyer de la grotte des Fraux. Cette étude pourrait prendre la forme d’une analyse en luminescence des grains de quartz constitutifs des grès prélevés sur la zone du foyer, selon une maille restant à définir. Les attendus de ce test sont la détermination des températures atteintes ; l’estimation de l’intensité et de la fréquence des feux, notamment via l’exploitation cartographique des résultats de l’étude. Nous avons d’ores et déjà programmé une première mission sur le terrain avec Pierre Guibert dans le courant du mois de juillet 2008.

 

http://www.u-bordeaux3.fr/fr/recherche/equipes_de_recherche/iramat.html

Visite du service régional de l’archéologie d’Aquitaine

A l’occasion d’une réunion de travail relative à l’équipement de la grotte des Fraux (jeudi 29 mai), M. Dany Barraud (Conservateur régional de l’archéologie) accompagné d’Olivier Ferrulo du service régional de l’archéologie d’Aquitaine sont descendus dans le réseau.

 L’équipe a profité de cette visite pour présenter les premiers résultats de la campagne de printemps (sondages du secteur 10, relevé de panneaux ornés dans les secteurs 11 et 13…). La matinée s’est achevée par le rituel verre de l’amitié chez Edmond et Marcelle Goineaud, propriétaires de la grotte des Fraux, en présence de M. le Maire de Saint-Martin-de-Fressengeas Jean Fargeot.

Dany Barraud (Conservateur régional de l’archéologie) et Olivier Ferrulo du service régional de l’archéologie d’Aquitaine dans le secteur 13 de la grotte des Fraux. 

Relevé des parois ornées – suite 2

Une fois la mosaiïque composée, le relevé commence alors in situ devant un panneau de tracés digités organisés du secteur 13 à hauteur du point topographique 119.

 

le relevé devant les parois…

 

Des séquences d’exécution sont clairement identifiables et les nombreuses superpositions permettent de conclure à la très probable contemporanéité de l’ensemble des tracés du panneau. L’exemple d’un tracé en recoupant un second, lui-même superposé au premier plaide en effet en ce sens.

 

 …un travail précis

 

Notons l’existence de gravures fines relativement profondes qui, lorsqu’elles se trouvent en relation directe avec les tracés digités, sont systématiquement postérieures à ces derniers (à une exception près).

La plupart de ces observations n’a été possible que par ce travail d’enregistrement minutieux devant la paroi.

Relevé des sols archéologiques

 

Préalablement à la mise en place de plateformes de circulation à l’intérieur de la cavité, nous avons procédé au nettoyage des surfaces de circulation actuellement délimitée au sol par de la rubalise. Cette mesure de protection, consistant à canaliser les déplacements, avait été instaurée par le SRA Aquitaine.

 

 

Délimitation des axes de circulation à l’intérieur de la cavité

 

Suite au décapage, l’équipe a réalisé le relevé des sols archéologiques au 1/10e et ponctuellement au 1/5e et une couverture photographique générale. Cette tâche a été pour nous l’occasion de faire la part des choses entre le mobilier et les éléments constituants les sols en place et ceux ayant été récemment déplacés.

 

 

Photographie du sol archéologique – secteur 13

 

Les petits objets archéologiques découverts sur le tracé du cheminement (susceptibles d’être endommagés par la mise en place des plateformes) ont été prélevés.