Et la lumière fut !

Le mois de juillet a vu la grotte des Fraux raccordée au réseau électrique ce qui  nous permet de disposer, dans la cavité, de nouvelles sources d’éclairage. Jusqu’à présent, nous utilisions des lampes leds et des flashs (synchronisation de plusieurs flashs).

Entre le 17 et le 19 juillet nous avons pu utiliser pour la première fois des éclairages froids. Disposés sur des pieds photos, ces éclairages peuvent être manipulés de manière à faire varier l’intensité et l’orientation de la source. Pendant 3 jours, nous avons opéré une couverture photographique des zones qui vont prochainement faire l’objet d’un équipement de plateformes de circulation. Destinées à protéger les sols archéologiques, ces passerelles métalliques dénatureront quelque peu l’environnement de la cavité. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire d’opérer de photographier les lieux avant travaux.

 

 

Prochaine étape, octobre 2008, avec la réalisation par nos collègues de l’INSA UMR PAGE de la numérisation en 3D des premières salles avant leur équipement.    

Mai 68 a-t-il changé l’archéologie ?

 L’éditorial de Denise Pumain dans la dernière mise en ligne de Cybergéo (Mai 68 a-t-il changé la géographie) http://www.cybergeo.eu/index18703.html, invite la communauté des géographes à débattre des causalités multiples à l’origine des changements théoriques et conceptuels en géographie survenus depuis Mai 1968. Denise Pumain insiste avec justesse sur la manière dont Mai 68 a permis un renouveau de la recherche qui s’est affranchie de la « doxa disciplinaire, qui matait les dissidences, les chemins de traverse et les velléités d’hybridation sous le poids implacable du jugement ostracisant… ».

L’archéologie, composante des sciences sociales, a participé de ce phénomène et a également contribué à faire évoluer les contours de sa discipline et de l’ensemble des Sciences Humaines et Sociales. Nous pourrions bien évidemment débattre de l’apparition de nouvelles doxa, de l’académisation de certaines disciplines, et ainsi dénoncer un retour aux conservatismes. Nous pourrions tout uniment dénoncer les immobilismes théoriques de certains, immobilismes qui débouchent sur les mêmes impasses. Il y a là sujets à débats !

Mais Denise Pumain met le doigt sur la question centrale des causalités. La géographie s’est elle libérée en Mai 68 de son carcan ou bien accompagnait-elle simplement des changements sociaux plus profonds ? Cette libération des curiosités et des imaginaires à laquelle a conduit Mai 68, pour reprendre les mots de Denise Pumain, a repoussé encore plus loin les champs disciplinaires. Au risque de s’y perdre. Et l’archéologie s’y est probablement quelque peu perdue. J’ai rappelé ailleurs (1) combien le mot même s’était galvaudé et avait perdu de son sens. L’archéologie de la modernité ou l’archéologie de l’imaginaire en sont l’expression.

Mais paradoxalement, ce phénomène s’accompagne d’un exceptionnel enrichissement qui prend sa source dans la pratique interdisciplinaire de l’archéologie. L’interface avec les sciences de l’environnement et du vivant a, par exemple, déplacé le centre de gravité des productions théoriques et des concepts, de telle manière qu’ils nous échappent peu à peu. L’autonomie méthodologique et conceptuelle de l’archéologie que certains appellent de leurs vœux constituent à ce titre un leurre. La légitimité de l’archéologie se trouve dans sa capacité à s’approprier de nouveaux outils et à renouveler ses cadres théoriques, mais également ses pratiques, et non pas à occuper une place légitimement acquise dans l’espace de la recherche. Place que personne ne lui conteste. Et si Mai 68 a marqué une rupture dans l’affirmation de l’opposition contre les pouvoirs établis, comment ne pas voir dans la conjoncture actuelle, où le pouvoir politique tente une nouvelle fois un pilotage et une mise sous tutelle, un défi scientifique à relever.      

 

 

CAROZZA (L.), MARCIGNY (C.) 2007 – L’âge du Bronze en France, Editions de la découverte, « collection Archéologie de la France » 156 p. (ISBN : 978-2-7071-5139-1)