Colère ou désespoir ?

 

Dans le discours du 22 février, prononcé à l’occasion du lancement de la réflexion pour une Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation, Nicolas Sarkozy a tenu des propos témoignant de sa méconnaissance profonde du dispositif national de la recherche scientifique et infamants envers les chercheurs français.

http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2259&cat_id=7

A l’instar de Marie Pascale Doutriaux (Université de Paris Sud), j’ai entendu qu’en qualité de chercheur au CNRS nous étions «  Mauvais, non performants, archaïques, idéologues, partisans, conservateurs, aveugles, refusant de voir la réalité, immobilistes, ayant des mentalités à changer, installés dans le confort de l’autoévaluation et travaillant dans des structures obsolètes, archaïques et rigides ».

 

Ces propos excessifs ont suffisamment irrités les chercheurs pour que le conseil scientifique du CNRS s’indigne des contre vérités énoncées et du ton volontairement provocateur avec lequel ils ont été tenus.  http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/recomman.htm#26012009

 « Le Conseil scientifique du CNRS réuni le 27 janvier 2009 s’associe à la forte émotion des personnels de la recherche provoquée par le discours du Président de la République du 22 janvier 2009. Il s’indigne de l’énoncé de contre-vérités manifestes appuyées sur des éléments partiels et des erreurs concernant la recherche française, notamment en ce qui concerne son mode d’évaluation. Ce discours lui semble procéder de la provocation. Le Conseil scientifique du CNRS exprime donc sa profonde réprobation. »

 

En conduisant une attaque idéologique en règle, c’est-à-dire en opposant le conservatisme des chercheurs de gauche aux force du progrès qui se situeraient, au dire du Président de la République Française, à la droite de l’échiquier politique, Nicolas Sarkozy place le débat hors du champs scientifique :

 « Nous avons des domaines d’excellence reconnus et enviés dans le monde entier, mathématiques, physique et aux sciences de l’ingénieur. Mais ces admirables chercheurs et ces points forts – j’ose le dire -ne sont-ils pas l’arbre qui cache la forêt ? Ne servent-ils pas parfois d’alibi aux conservateurs de tous poils, que l’on trouve à droite en nombre certain et à gauche en nombres innombrables. Je dis innombrables à gauche car ils sont plus nombreux ».

Par ces propos partisans, le Président de la République adopte une position idéologique, et c’est dorénavant sur ce terrain que nous nous situerons pour parler du dispositif national de la recherche scientifique.

J’invite les collègues qui se sont sentis mis en cause à signer la pétition http://excuses-sarkozy.fr.nf/ 

Laurent Carozza Chargé de recherche au CNRS