Relevé systématique des restes fauniques de la grotte des Fraux

par Jean-Denis Vigne et Juliette Knockaert

Lors de la mission qui s’est déroulée du 19 au 25 avril dernier, Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne ont parcouru l’ensemble des galeries de la grotte des Fraux et relevé tous les restes d’animaux qui apparaissaient au sol, sur les corniches, dans les éboulis ou, parfois, fichés dans les parois.

Chacun des 367 vestiges ou groupes de vestiges a fait l’objet d’une couverture photographique, d’une identification anatomique et taxonomique et d’une description. Ce travail a été réalisé à vue, ou à partir des clichés grossis à l’écran, car il n’était évidemment pas question de toucher les objets.

Couverture photographique de restes fauniques du secteur 28 de la grotte des Fraux

Couverture photographique de restes fauniques du secteur 28 de la grotte des Fraux

Les premiers résultats permettent de distinguer quatre grandes catégories de vestiges fauniques :

–       les restes d’ours des cavernes, souvent recouverts de calcite et enfouis sous les grands éboulis tardiglaciaires ; une quarantaine de restes ont été repérés, mais il est probable que des centaines d’ossements sont enfouis au plus profond des sédiments de la grotte ; ils sont à rapprocher des très nombreuses griffades qui balafrent les parois de la grotte, y compris dans les galeries les plus reculées, ainsi que des bauges à ours ;

–       la grande faune de l’Âge du Bronze, dominante (123 restes), déchets de consommation relégués contre les parois, autour des zones d’occupation humaine ou, plus rarement, déposés dans des lieux particuliers (corniches, fentes de la paroi), parfois regroupés avec de grandes portions de céramiques. Le porc (ou sanglier) est dominant, mais les restes de veaux et de moutons sont également présents ;

–       la microfaune qui parsème le sol dans de nombreuses parties du réseau (72 accumulations répertoriées), composée principalement de rongeurs inféodés aux forêts du milieu de l’Holocène (mulot, campagnols) ; l’analyse des refus de tamis réalisée en 2013 suggère que ces vestiges viennent de pelotes de réjection de rapaces nocturnes ayant fréquenté les entrées du réseau à l’époque où il était ouvert, c’est-à-dire à l’Âge du Bronze ;

–       des restes de repas de renard accumulés dans les galeries : une soixantaine d’ossements de lièvre, une dizaine de restes de très jeunes porcelets, une trentaine de coquilles d’œufs de poules volés dans les fermes environnantes ; quelques rares os du petit canidé ainsi qu’un ou deux coprolithes récents confirment que des renards ont circulé dans les galeries à une date très récente ; c’est peut-être aussi de cette dernière étape d’ouverture très partielle du réseau que datent les quelques restes de chauves-souris (principalement du grand murin) trouvés ici et là.

Ces données feront l’objet d’une analyse plus poussée dans les mois à venir, analyse qui viendra compléter celle des restes de microfaune issus des tamisages et des quelques ossements de grande faune issus des rares secteurs fouillés durant les années précédentes.

Identification anatomique et taxonomique des restes fauniques du secteur 29 par Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne

Identification anatomique et taxonomique des restes fauniques du secteur 29 par Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne

 

Analyse et démontage de trois ensembles fauniques en connexion anatomique (secteur 13, salle du pilier)

En prévision du démontage des vestiges issus des sols archéologiques fouillés dans le secteur 13 (démontage rendu nécessaire par la pause prochaine de platelages de circulation à l’intérieur du secteur 13) Jean-Denis Vigne (archéozoologue et Directeur de Recherche au CNRS à l’UMR7209, Museum, Paris) a souhaité réaliser une série d’observations in situ sur trois ensembles d’ossements animaux trouvés en connexion anatomique, sur l’horizon (unité stratigraphique) 13015. Il a pu ainsi procéder à l’enregistrement précis des relations spatiales existant entre les pièces anatomiques impliquées dans chacune des trois connexions observées, préalablement à leur prélèvement – prélèvement qui aurait empêché toute observation sur les conditions exactes de dépôt des membres ainsi que sur l’éventuelle dynamique de dispersion post-dépositionnelle des ossements. Les premières observations seront complétées par des analyses conduites en laboratoire et une étude tracéologique des pièces.

– Les observations ont d’abord été conduites sur un membre antérieur gauche de jeune suiné. Le membre de ce jeune animal, apparemment mort à l’âge de 5 à 6 mois, aurait été déposé au pied du talus de la salle du pilier (en bordure de la zone foyère), en connexion anatomique parfaite. Au fil de la décomposition du membre, les éléments les plus légers ont été entraînés dans le sens de la pente ; les membres les plus lourds auraient pour leur part été translatés sur une distance moindre. Les premières observations réalisées sur le terrain conduisent Jean-Denis à ne pas écarter l’hypothèse que cet ensemble aurait pu être déposé avec les masses musculaires attenantes, ce qui évoquerait d’avantage un acte symbolique qu’un relief de repas. Cela reste à vérifier par l’analyse tracéologique.

Prise de mesures - par Jean-Denis Vigne - des décalages post-dépositionnels entre épiphyse et diaphyse sur le membre antérieur gauche d’un jeune suiné (secteur 13, salle du pilier).

Prise de mesures - par Jean-Denis Vigne - des décalages post-dépositionnels entre épiphyse et diaphyse sur le membre antérieur gauche d’un jeune suiné (secteur 13, salle du pilier).

– Le second ensemble observé correspond à trois os de la première rangée du carpe droit d’un jeune suiné, proche en âge de l’individu précédant et lui aussi, en parfaite connexion anatomique. Cet ensemble pourrait s’apparenter à un déchet d’un repas.

– Le troisième ensemble correspond à une cheville droite de suiné adulte, en l’occurrence un sanglier mâle de gros gabarit, probablement acquis par la chasse. Les premières observations tendent à penser que cet ensemble relève également d’un déchet de consommation.