Présentation des développements méthodologiques réalisés à la grotte des Fraux dans le domaine de la 3D au colloque CIPA

A l’occasion du XXIVe colloque international International CIPA tenu du 2 au 6 septembre 2013 à Strasbourg, l’équipe scientifique des Fraux a présenté une communication consacrée aux développements méthodologiques réalisés à la grotte des Fraux depuis 6 années dans le domaine de la numérisation et de modélisation 3D .

Cette présentation n’aurait pu être réalisée sans l’implication de l’ensemble des membres de l’équipe scientifique des Fraux ni sans la bienveillance des propriétaires de la grotte, qu’ils soient ici tous remerciés.

Les travaux présentés ont bénéficé du soutient de l’INEE du CNRS, du Ministère de la Culture et de la Communication et du programme AIR.

 

 


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

Étude des parois ornées de nouveaux secteurs de la grotte des Fraux

Par Raphaëlle Bourrillon, Stephane Petrognani, Lise Aurière, Esther Lopez Montalvo

À la suite de l’étude des secteurs du réseau de gauche de la cavité (présentant l’un des plus grand panneau orné), étude menée en corrélation avec l’ensemble des autres spécialités de l’équipe des Fraux, nous avons repris notre marche en avant dans la cavité. Nous travaillons à présent sur d’autres secteurs sub-parallèles caractérisés par des panneaux ornés de tracés digités parallèles, des méandres et des quadrillages. Dans la perspective d’un inventaire général des parois ornées, nos efforts se sont concentrés au cours de cette mission sur l’enregistrement descriptif des manifestations pariétales. Cette étape, indispensable, permet d’enregistrer des informations graphiques (identification des représentations), techniques (tracés digités, gravures…), métriques (mesures des tracés) et stratigraphiques (mise en évidence des différentes phases d’élaboration du panneau orné). Les différents panneaux font également l’objet d’un croquis de lecture précis, ainsi que, pour certains d’entre eux (lorsque la lecture est complexe), d’un relevé.

Dans une dernière étape de ce travail, nous avons procédé à la prise de clichés en haute résolution de l’ensemble des panneaux sur lesquels nous réaliserons le relevé graphique, ainsi que de détails révélant la superposition des tracés.

 

organisation complexe de tracés digités d’un panneau orné du secteur 14 (Bourrillon/Petrognani)

zigzag gravé dans le secteur 18 (Bourrillon/Petrognani)

L’un des panneaux étudié, surchargé de tracés digités se chevauchant, fera l’objet d’un relevé sur support orthonormé au cours d’une prochaine session. L’équipe de l’INSA de Strasbourg et A Burens ont numérisé ce panneau en 3D à l’aide du Scan Arm Faro lors de la dernière session de travail ; le post traitement des nuages de points est en cours.

Grâce aux récentes évolutions techniques des logiciels libres de photogrammétrie, nous avons pu effectuer des tests sur différents panneaux de la grotte. Ces logiciels permettent de réaliser un remontage de différents clichés ; d’obtenir un nuage de points texturé et donc un rendu en 3 dimensions. Des orthophotographies seront générées à partir de ces nuages de points ; elles seront utilisées comme support pour les croquis de lecture et les relevés. Ces restitutions graphiques des éléments ornés seront in fine mappées sur le modèle numérique 3D général de la grotte.

 

Nous tenons ici à remercier vivement Lise Aurière (Docteur en Préhistoire) et Esther Lopez Montalvo (Docteur en Préhistoire), du Laboratoire TRACES-UMR 5608 – CREAP de Toulouse, pour leur participation au travail de terrain et de laboratoire (mission octobre 2012). En espérant les avoir de nouveau avec nous pour une prochaine mission…

Esther Lopez Montalvo et Lise Aurière en train de déchiffrer un panneau orné du secteur 10 de la grotte des Fraux

Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences

Mercredi 4 novembre, Raphaelle Bourrillon (préhistorienne responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux en collaboration avec Stephane Petrognani) a brillamment soutenu sa thèse de doctorat consacrée aux représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur en Europe.

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Les membres du jury (Michel Barbaza [directeur de thèse], Carole Fritz, Françoise Frontisi-Ducroux, Georges Sauvet, Denis Vialou et Randal White) ont attribué à Raphaelle le titre de docteur en Préhistoire, et l’ont gratifiée des félicitations du jury, à l’unanimité.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Raphaelle a présenté de façon synthétique son travail qui s’appuie sur une analyse détaillée des variations graphiques, formelles et syntaxiques des représentations humaines sexuées. Le corpus qu’elle a rassemblé à été intégré dans une base de données hiérarchisée qu’elle à soumise à différents traitements statistiques dont l’Analyse Factorielle des Correspondances. Son examen de la diversité des représentations humaines (sur le plan synchronique et diachronique) a montré d’une part l’existence d’invariants appartenant au domaine des universaux, et, d’autre part, de variations qui peuvent être révélatrices de traditions culturelles distinctes.

Les figures féminines et masculines entières, ainsi que les segments corporels isolés (sexes), présentent des divergences et des convergences formelles, régionales et chronologiques, qui permettent de proposer une carte de la circulation de cette thématique et, par extension, des groupes humains.

L’importance accordée aux figurations féminines et masculines a varié au cours du temps, de même que leur traitement graphique respectif. C’est ainsi que les représentations masculines entières n’apparaissent réellement qu’au cours du Magdalénien moyen, ce qui ouvre le champ d’une réflexion sémiologique sur la place symbolique de l’homme et de la femme dans l’art paléolithique et dans les traditions socio-culturelles des groupes.

La soutenance s’est tenue à l’université de Toulouse II le Mirail, à la maison de la recherche.

Titre : The human gendered representations in the art of Upper Palaeolithic: diversity, reminiscences, continuity

Abstract : This work concerns the gendered human representations throughout the European Upper Palaeolithic. An hierarchical Database was designed and used to analyse syntactic and formal variability. Various statistical treatments such as Correspondence Factor Analysis allow us to analyse this variability, from a synchronic and a diachronic point of view, and show the existence of invariants which may be regarded as universals and fluctuations probably due to distinct cultural traditions. Complete male and female figurations (as well as isolated sexual segments) show a complex pattern of formal convergences and divergences, both regionally and chronologically, allowing us to draw maps of possible territorial entities between which the theme may have circulated. The attention paid to woman and man has largely varied during the Upper Palaeolithic, the complete representations of men being very rare before the Middle Magdalenian. The differential emphasis on man and woman at various periods is probably related to changes in their symbolic and semiotic status and probably to changes in the socio-cultural traditions.

Keywords: Upper Palaeolithic, formal variability, syntax, Correspondence Factor Analysis, human figures, semiotics.

Art pré et protohistorique dans la vallée de Côa (Portugal)

En mission au Portugal dans le cadre d’un projet de recherche développé en partenariat avec l’université de Porto (PHC Pessoa «  Rôle et fonction des enceintes monumentales dans la construction des territoires chalcolithiques en Europe occidentale : regards croisés sur la France méridionale et le nord du Portugal »), nous avons été invités par nos collègues portugais à rencontrer l’équipe du Parc Archéologique de la Vallée de Côa.

Ce contact très fructueux nous a permis, outre la visite de sites archéologiques fantastiques, de visiter le laboratoire de recherche en charge du relevé et de l’étude des œuvres pariétales. En nous présentant la chaîne du traitement de l’information, depuis le relevé jusqu’à la restitution, nous avons pu échanger des points de vue avec nos collègues et nous enrichir de leur expérience.

Organisme public dépendant de l’Institut Portugais d’Archéologie (IPA), le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) a pour mission de gérer, protéger et faire connaître l’art rupestre de la zone protégée de la Vallée du Côa. Il organise également des visites destinées au public (environ 70 personnes/jour). Le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) occupe une surface d’environ 20 800 hectares.

parc archéologique de la vallée de Côa - Foz Côa

Trois sites d’art rupestre sont ouverts à la visite : Penascosa, Canada do Inferno et Ribeira de Piscos. La visite de ces sites se fait au départ du centre du Parc Archéologique à Vila Nova de Foz Côa, ou de Castelo Melhor pour accéder aux sites de Penascoa ou encore de Muxagata pour visiter Ribeira de Piscos.

Les gravures paléolithiques de la Vallée du Côa sont réparties en 24 unités différentes, le long des rives du Côa, sur les derniers 17 km.

La visite du site de Ribeira de Piscos nous a permis d’observer la grande diversité des techniques mises en œuvre (gravures, rainurages, piquetages). La richesse de cette palette et la nature même du support, formé de plaques verticales de schistes lisses, livrent des figures d’une étonnante expressivité. La fuidité du trait permet de retranscrire, comme pour l’auroch de la roche 3, les détails de la posture et du port de corne. Les détails des mouvements et du comportement ont été saisis et transposés.

La visite des sites de la confluence du Côa avec le Duro nous a permis d’observer les gravures datant de l’âge du Fer. Guerriers à tête d’oiseau, chevaux, chiens, incarnent la réalité de sociétés pour lesquelles le pouvoir s’exerce au travers des signes de la domination et de la violence. Ainsi, la roche 3 de Vermelhosa montre des guerriers affrontés munis de lances et de boucliers.

Mais où se trouve l’âge du Bronze ? Question récurrente lorsque l’on traite de cette période. Si des peintures ou des représentations antropomorphes se rapportent à la période de la fin du Néolithique et au début des âges des Métaux, aucun ensemble cohérent ne peut attribué à la seconde moitié du second millénaire avant notre ère. Ce constat, qui n’est pas propre à la vallée de Côa, nous interroge une fois encore sur les changements sociaux-culturels qui interviennent durant le second millénaire avant notre ère dans l’ensemble de l’Europe.

L’inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en décembre 1998 donne au PAVC la mission de gérer tout à la fois la protection du site et la divulgation vers le public des œuvres pré et protohistoriques. La construction d’un nouveau musée qui domine la vallée du Douro ouvre une nouvelle page du développement culturel et touristique. Nous attendons avec impatience l’inauguration prochaine de ce centre d’interprétation. Comment allier protection du site, divulgation au public et développement économique ? Nous suivrons de près l’expérience de nos collègues portugais.

Nous tenons à remercier très chaleureusement António Martinho Baptista (directeur adjoint du PAVC) de nous avoir accueilli au PAVC et André Santos, archéologue, de nous avoir accompagnés et fait découvrir la grande diversité des sites gravés paléolithiques et protohistoriques.

Pour plus d’informations, consulter le site internet du Parc Archéologique de la Vallée de Côa : http://www.ipa.min-cultura.pt/coa/

L’historique de la découverte est présenté dans un article de Luis Luis paru dans Les Nouvelles del’Archéologie, 82, 4e trimestre 2000, pp.47-52 http://www.ipa.mincultura.pt/coa/sh__research_articles__folder/NDA.pdf