Numériser ce que l’archéologue ne peut relever

La campagne de mars dernier a permis à l’équipe de poursuivre le travail d’acquisition tridimensionnel, par lasergrammétrie, des panneaux ornés de la grotte. Ce travail, effectué à très haute résolution (40 microns), est conduit en parallèle de l’acquisition du modèle 3D de la volumétrie de la grotte. Les tests conduits en 2011 avec le ScanArm (sur le grand panneau orné du secteur 13), associant lasergrammétrie et photogrammétrie, s’étaient soldés par un franc succès : le résultat du texturage du nuage de points est saisissant de réalité.

Pour cette première campagne de terrain de l’année 2012, nous avons souhaité aller de l’avant en procédant, grâce à ce nouveau type de scanner, à la numérisation de panneaux ornés impossibles à relever de manière traditionnelle.

À l’entrée du secteur 18, dans une zone en forte pente, un ensemble de digitations avait été découvert sous une corniche rocheuse, à l’abri des regards. Cette configuration spatiale, unique dans la grotte des Fraux, interdisait tout relevé manuel ou photographique du panneau constitué d’un bel entrelacs de tracés digités curvilignes.

Si la mise en station du scanner a nécessité la fabrication d’une embase spécifique, amarée sur les passerelles de circulation, la manipulation du bras articulé s’est avérée assez aisée, même si elle a nécessité une belle endurance de la part des opérateurs. Le bras, muni d’un scanner haute définition, a pu atteindre les endroits les plus inaccessibles et restituer en temps réel, sur écran, les tracés digités dessinés quelques 3400 ans plus tôt. Le relevé de ce panneau sera achevé au cours de la campagne de juin prochain.

Numérisation d'un panneau du secteur 18 de la grotte par Albane à l'aide du bras articulé

 

Numérisation d'un panneau du secteur 18 de la grotte par Sam à l'aide du bras articulé

Relevé des panneaux ornés du secteur 13 (salle du pillier)

par R. Bourrillon et St. Petrognani

Après avoir effectué la couverture photographique des parois ornées du secteur 13 de la grotte, au printemps dernier, le relevé analytique des panneaux pouvait commencer. Parmi ces panneaux, on compte celui que nous avons dénommé PIID, constitué de « scalariformes » (motifs en forme d’échelles). Dans l’état actuel de notre connaissance du réseau, ce panneau concentre les motifs les plus complexes de la cavité. Il est question d’une construction verticale, composée de tracés digités, répétée quatre fois sur moins d’un mètre de paroi.

C’est sur cette même paroi droite de la Salle du Pilier que se développe le panneau PIVD (dit « Grand Panneau »), ensemble graphique le plus important de la grotte des Fraux. Là, de larges tracés digitaux horizontaux se superposent à des séries de tracés verticaux parallèles qui s’organisent en séquences régulières. L’analyse in situ a mis en évidence la présence d’un signe scalariforme comparable au panneau décrit précédemment. Elle a permis de déterminer la grande variabilité des largeurs et sections des différents tracés.

Il s’agissait pour nous, au cours de cette session, de compléter et d’ajuster les relevés amorcés en laboratoire au cours du mois de mai. Dans les mois à venir, ces relevés « bruts » (dessinés sur rodoïde) seront scannés et traités par infographie en vue d’une future publication.

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau sur rodoïde

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau sur rodoïde

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau

Relevé du grand panneau orné du secteur 13

par Raphaelle Bourrillon et Stephane Petrognani

Dans une perspective de corrélation du travail 3D mené par l’équipe de l’INSA de Strasbourg (UMR MAP 694) et du relevé des parois ornées, nos efforts se sont concentrés ces deux derniers jours sur le « Grand Panneau » (secteur 13, paroi droite). À la suite de l’enregistrement descriptif des manifestations sur les fiches de terrain, un croquis de lecture détaillé a pu être réalisé.

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du Grand Panneau

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du "Grand Panneau" (secteur 13)

Cette étape, indispensable, permet d’enregistrer des informations graphiques (identification des représentations), techniques (tracés digités, gravures…), métriques (mesures des tracés) et stratigraphiques (mise en évidence des différentes phases d’élaboration du panneau orné). Enfin, dans une dernière étape de ce travail, nous avons procédé à la prise de clichés en haute résolution de l’ensemble du panneau sur lesquels nous réaliserons le relevé graphique, ainsi que de détails révélant la superposition des tracés.

Exemple de superposition de tracés digités sur le « Grand Panneau »

Exemple de superposition de tracés digités sur le Grand Panneau du secteur 13. Cliché publié avec l'aimable autorisation d'Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte des Fraux.

Ces informations nous permettrons à plus long terme de comparer les panneaux entre eux mais, également, entre les différents secteurs ornés de la cavité. L’étude concomitante des sols, les données de l’archéométrie et le scan 3D du secteur vont nous permettre de restituer ces manifestations graphiques dans leur contexte social et culturel.