Lieu de vie ou lieu de passage ?

La fouille d’une zone test se poursuit depuis le début de la semaine dans le secteur 13. Le décapage d’une surface de 5 m² a été réalisé dans une zone où les piétinements et les perturbations ont provoqué un léger compactage des vestiges. Les mobiliers de l’horizon supérieur (Us 13011) ont parfois été déplacés de quelques centimètres ou soulevés par les passages successifs. On observe ainsi des petits blocs de grès déplacés dont on discerne l’empreinte de la position primaire.

La fouille de l’horizon sous-jacent (Us 13015) dévoile un horizon puissant de 1 à 2 cm formé d’un épandage de tessons de céramiques et de fragments osseux. Les vestiges sont inégalement répartis. Au centre de la zone, un foyer à plat est matérialisé par une surface rubéfiée. Parmi les vestiges gravitant autour du dispositif foyer, de nombreux restes osseux de faune domestique  correspondent à de jeunes individus (épiphyses non soudées). Les multiples connexions anatomiques observées, dont certaines concernent des membres, témoignent de rejets ayant subi peu de perturbations post-dépositionnelles.

vue d'une patte en connexion anatomique

vue d'une patte en connexion anatomique

 

Les investigations stratigraphiques conduites ponctuellement montrent que cet horizon repose sur une couche charbonneuse peu épaisse (Us 13016 puissante de moins de 1 cm) vierge de tout mobilier anthropique. Le démontage du sol 13015 permettra, à l’appui d’une plus grande surface fouillée, de compléter cette observation. Des témoins ont été laissé en place  de manière à réaliser des prélèvements micro-morphologiques. Un échantillon a été prélevé sur un sol, en marge d’une zone remaniée.

La fouille de ce secteur est aujourd’hui achevée et elle va faire l’objet d’une micro-topographie à l’aide d’un scan 3D. Ce relevé viendra compléter le plan de la zone dressé au 1/5ème ainsi que les prises de vues des détails ou des configurations particulières. Après le dépouillement de ces différentes sources, nous envisageons de poursuivre ponctuellement la fouille. Avant toute chose, l’ensemble des sédiments qui a été prélevé selon un pas régulier devra faire l’objet de tamisages.

 

Premières impressions

Les premières impressions, au moment où nous interrompons la fouille de ce secteur avant d’engager son analyse spatiale, sont celles d’une zone « d’habitat » caractérisée par un épandage de rejets domestiques – céramiques fragmentées et restes osseux – gravitant autour d’une structure de combustion. Ce type de dispositif pourrait décrire un petit campement, c’est-à-dire l’aménagement d’une petite zone de vie sur une zone plane, adossée d’un côté à un talus argileux et de l’autre à une série de blocs décrochés du plafond de la grotte et formant un empierrement hétérogène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.