Le réseau : relevé et observations

 

La campagne 2008 illustre parfaitement les différents niveaux de précision successivement mis en œuvre dans les relevés de la cavité. Ainsi, le scan 3D s’appuie sur un ensemble de points géoréférencés lesquels reprennent des stations d’un cheminement topographique classique lui même calqué sur un levé « spéléologique ».

Mais le corollaire du gain de précision et de détails est un matériel plus volumineux et une lourdeur de mise en œuvre. Les techniques simples, malgré leur faible précision, gardent donc tout leur intérêt pour obtenir un premier levé de la cavité dans un temps réduit et ceci surtout pour des endroits d’accès difficile.

Cette année, le levé « spéléologique » (consistant en un cheminement dans les galeries avec, de station à station, une mesure de la distance, de l’azimuth et de la pente ainsi que des dimensions du conduit) a donc été utilisé sur la base du premier relevé établi par Olivier Ferullo et Thierry Baritaud pour :

– reprendre 150 m de galeries afin d’assurer une série de rattachements ;

– lever 140 m de galeries pour lesquels existait seulement un croquis ;

– lever 290 m de galeries qui n’étaient pas encore indiquées.

 

A l’issue de ces nouveaux levés, le développement total de la grotte est notablement étendu. Cette augmentation est moins marquée pour l’emprise globale de la cavité. En effet, le réseau est extrêmement labyrinthique et pourrait même être qualifié de réticulé, deux orientations préférentielles étant dominantes.

Seule une faible part des nouvelles galeries relevées présentent des traces du passage des hommes de l’âge du Bronze. L’importance des incursions (en terme de distance à l’entrée supposée) pourra donc être précisée.

Pour le réseau lui même, les observations faites en 2007 sont confirmées : creusement en régime noyé avec développement de chenaux de voûte, phase de décolmatage provoquant, par appel au vide, le décrochement de portion de paroi.

Un des points nouveaux est l’existence de sections importantes de galerie caractérisées par un remplissage argileux observable sur 2 à 3 m de hauteur. L’une des coupes montre au moins une interruption dans la sédimentation argileuse suivie d’une phase de reprise d’érosion avec une importante chenalisation. La sédimentation reprend ensuite avec un comblement essentiellement sableux puis une nouvelle séquence d’argiles varvées.

 

colmatage argileux d'un conduit

colmatage argileux d'un conduit

 

séquence d'argiles varvées interrompue par une phase de chenalisation

séquence d'argiles varvées interrompue par une phase de chenalisation

 

L’évolution « récente » du réseau est marquée par :

– des effondrements de dalles du plafond pouvant, en quelques points, aller jusqu’à un développement de véritables « fontis » ;

– en un endroit, l’intrusion d’argile à galets depuis une probable communication ancienne avec la surface ;

 

talus d'argile à graviers

talus d'argile à graviers

 

– le surcreusement de portion de galeries avec le développement de chenaux entaillant les remplissages. Les écoulements parcourant ces chenaux ne sont actifs qu’en période de fortes précipitations. Ils se perdent dans des points d’absorption profonds de 3 à 5 m.

 

chenal entaillant le remplissage argileux d'une galerie

chenal entaillant le remplissage argileux d'une galerie

Enfin, si les traces anthropiques ne sont présentes que dans une faible partie des galeries nouvellement topographiées, celles de grands carnivores sont omniprésentes avec des griffades nombreuses sur de larges surfaces des parois ou dans l’argile des remplissages.

 

paroi abondamment griffée

paroi abondamment griffée

 

empreinte de patte sur un talus d'argile

empreinte de patte sur un talus d'argile


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.