lundi 12 / mardi 13 novembre 2007

Deuxième sondage dans la galerie 10

Un second sondage a été réalisé dans la galerie 10, le long d’une paroi, en direction du fond du boyau. Cette zone est pour partie recoupée par une rigole qui incise les horizons archéologiques. Celle-ci a canalisé les eaux de ruissellement qui ont, consécutivement à l’ouverture de la cavité, circulé dans la grotte. Ce sondage a porté sur une surface d’environ 0,80m², partiellement perturbée par ces ruissellements. Les coupes naturelles provoquées par les incisions de la rigole laissaient apparaître la présence de plusieurs niveaux archéologiques ; il nous est apparu nécessaire de préciser la nature et la puissance du remplissage.

coupe.jpg Secteur 10 – coupe du sondage opéré le long de la paroi

Ce second sondage a permis de mettre en évidence une stratigraphie puissante de 30 cm. Le sommet de la séquence se compose d’un sédiment gravelo-sablonneux produit par la vidange du lac collinaire. Ce dernier recouvre un horizon brun comportant du mobilier archéologique très fragmenté et des charbons de bois. Sous cette couche se développe une couche argileuse beige, de type varves.

varves.jpg Vue de détail de l’argile présentant de fins litages

Le feuilletage et les fentes de dessication pourraient traduire un mode de déposition opéré à intervalles réguliers (saisons ?). Quoi qu’il en soit, cette unité stratigraphique traduit un épisode « d’abandon » ou d’interruption de la fréquentation de cette partie de la cavité.

Sous cette couche, nous observons la présence d’un horizon très charbonneux. Vers la base de la séquence, la densité des galets et des blocs de grès s’accroît, le sédiment devient davantage sableux. La fouille a été interrompue à l’approche d’un horizon compact, localement induré. Compte tenu de l’étroitesse de la surface de fouille, la poursuite de la reconnaissance de la stratigraphie devra s’accompagner d’une lecture spatiale plus large.

Ce sondage montre la présence d’une stratigraphie des dépôts, phénomène qui traduit l’inscription dans la durée des phénomènes sédimentaires et archéologiques. La formation de varves, dont il faudra vérifier la nature de la formation et de l’extension, permet de relativiser à l’échelle de cette petite galerie l’idée d’une occupation événementielle au profit d’une inscription dans les rythmes d’un temps plus long.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.