Colère ou désespoir ?

 

Dans le discours du 22 février, prononcé à l’occasion du lancement de la réflexion pour une Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation, Nicolas Sarkozy a tenu des propos témoignant de sa méconnaissance profonde du dispositif national de la recherche scientifique et infamants envers les chercheurs français.

http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2259&cat_id=7

A l’instar de Marie Pascale Doutriaux (Université de Paris Sud), j’ai entendu qu’en qualité de chercheur au CNRS nous étions «  Mauvais, non performants, archaïques, idéologues, partisans, conservateurs, aveugles, refusant de voir la réalité, immobilistes, ayant des mentalités à changer, installés dans le confort de l’autoévaluation et travaillant dans des structures obsolètes, archaïques et rigides ».

 

Ces propos excessifs ont suffisamment irrités les chercheurs pour que le conseil scientifique du CNRS s’indigne des contre vérités énoncées et du ton volontairement provocateur avec lequel ils ont été tenus.  http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/recomman.htm#26012009

 « Le Conseil scientifique du CNRS réuni le 27 janvier 2009 s’associe à la forte émotion des personnels de la recherche provoquée par le discours du Président de la République du 22 janvier 2009. Il s’indigne de l’énoncé de contre-vérités manifestes appuyées sur des éléments partiels et des erreurs concernant la recherche française, notamment en ce qui concerne son mode d’évaluation. Ce discours lui semble procéder de la provocation. Le Conseil scientifique du CNRS exprime donc sa profonde réprobation. »

 

En conduisant une attaque idéologique en règle, c’est-à-dire en opposant le conservatisme des chercheurs de gauche aux force du progrès qui se situeraient, au dire du Président de la République Française, à la droite de l’échiquier politique, Nicolas Sarkozy place le débat hors du champs scientifique :

 « Nous avons des domaines d’excellence reconnus et enviés dans le monde entier, mathématiques, physique et aux sciences de l’ingénieur. Mais ces admirables chercheurs et ces points forts – j’ose le dire -ne sont-ils pas l’arbre qui cache la forêt ? Ne servent-ils pas parfois d’alibi aux conservateurs de tous poils, que l’on trouve à droite en nombre certain et à gauche en nombres innombrables. Je dis innombrables à gauche car ils sont plus nombreux ».

Par ces propos partisans, le Président de la République adopte une position idéologique, et c’est dorénavant sur ce terrain que nous nous situerons pour parler du dispositif national de la recherche scientifique.

J’invite les collègues qui se sont sentis mis en cause à signer la pétition http://excuses-sarkozy.fr.nf/ 

Laurent Carozza Chargé de recherche au CNRS


5 réflexions sur « Colère ou désespoir ? »

  1. Des excuses, ce serait la moindre des choses. Quand la mauvaise foi croise l’ignorance et la démagogie, on obtient l’image parfaite de la bêtise pure. Consternant chez un président de la République.
    Eric Robert

  2. On se demande s’il n’y pas que la vérité qui blesse parfois? Le CNRS fait des travaux inestimable pour la culture française mais nombre de chercheurs n’ont ils pas tendance à trop se reposer sur leurs lauriers? Alors bien sur dés qu’un ministre veut mettre tous ce beau monde au travail, des dents grincent…que ce messieurs sachent que dans le privé ça ne se passerait pas ainsi! De toute façon la Culture française prend de plus en plus de retard, nous sommes à la traine vis à vis de pays comme l’Espagne ou l’Italie…que faire? Attendre et pleurer notre patrimoine qui chaque jour disparait. Quel meilleurs exemple que la grotte de Lascaux à jamais perdue?
    Quelle abération également de na pas associer à vos recherches les inventeurs et chercheurs précédents qui ont travaillé sur le site!!! Là encore un bel exemple de “guéguerre”! Qui mieux qu’eux peut expliquer les subtilités du peuplement de l’age du bronze en Périgord? Quelqu’un de Rennes? de Lille?…je suis septique. Encore peut être s’agit il de snobisme pro/amateur? La valeur du travail des amateur est considérable et une part importante des publications en est la preuve…Et oui ce sont ceux les moins payés qui sortent le plus d’article! C’est sur qu’aprés il n’y a pas de réforme à faire au niveau de la recherche…
    En tout cas, le travail que vous faite sur le site est trés intéressant et suffisament rare pour ne pas le féliciter. Veuillez excuser ma plume (ou mon clavier) cynique mais il y a des choses qui m’echappent dans notre socièté. Enfin n’allez pas croire que je fait l’apologie de notre gouvernement, loin de là l’idée mais il faut parfois ouvrir les yeux.

    bien cordialement

    Thomas

  3. Cher Thomas, merci de votre commentaire qui n’est en rien cynique. Je vais essayer de répondre à vos interrogations relatives à la grotte des Fraux, mais également aux remarques liées à la politique scientifique et culturelle dans notre société. Les deux sont intimement liées.

    Par politique, je me réfère à l’organisation du pouvoir et à son exercice le plus général, c’est-à-dire aux affaires publiques de la cité, et non à une conception particulière de l’exercice du pouvoir, même si la frontière entre ces deux notions est mouvante. Dans ce sens, depuis le début de l’opération d’étude de la grotte des Fraux, nous avons mis en place ce blog dont l’un des objectif est de donner aux citoyens, quels qu’ils soient, et quel que soit leur intérêt pour la recherche archéologique, des éléments d’informations sur les travaux conduits à la grotte des Fraux. Ainsi, le blog est conçu comme un journal dans lequel nous consignons, au fur et à mesure du déroulement de nos investigations, les procédures et les techniques mises en œuvre, mais également l’état de notre réflexion et de nos hypothèses de travail. Ainsi, lorsque viendra le moment de « juger » l’action de notre équipe, nos contradicteurs disposeront d’informations dont nous ignorons aujourd’hui la portée.

    Il m’a également semblé opportun de mentionner en miroir de l’activité scientifique, au gré du temps, les moments forts qui marquent l’évolution des structures scientifiques. Il ne s’agit pas d’une tribune, mais de « signaler » des moments de rupture ou de mutation dans le dispositif national de la recherche. Ce parti pris est le mien, et non celui de l’équipe, mais j’assume totalement mes prises de position. En contrepartie de cette libre expression, vous exercez un droit de réponse qu’il est naturel de publier, tant qu’il n’est pas diffamatoire. C’est pourquoi je ne répondrais pas sur la première partie de votre propos sur le CNRS.

    En revanche, la seconde partie de votre intervention appelle quelques remarques, notamment sur la place de l’archéologie dite « amateur ». La distinction entre archéologie « amateur » et « professionnelle » est une conception relativement récente au regard de l’histoire de la discipline. Cette notion d’archéologues professionnels est apparue pleinement il y a moins de 25 ans, au milieu des années 1980, probablement avec l’essor de l’archéologie préventive. Ainsi, j’ai été un archéologue amateur lorsque j’ai commencé mes premières fouilles à la grotte de la Garenne dans le département du Tarn, et ce n’est que bien plus tard que j’ai fait de ma passion d’« amateur » mon métier. Je ne pense pas que cette distinction soit efficiente, si ce n’est qu’elle accompagne une mutation de notre société qui reconnaît comme archéologue une catégorie socio-professionnelle qui exerce son métier au service de l’Etat, dans les collectivités territoriales, auprès d’associations ou bien, depuis peu de temps, dans des entreprises privées. Contrairement à vous, je pense que l’archéologie du début des années 2000 est en prise directe avec la société et son mode d’organisation, tournée vers des transferts des compétences de l’Etat vers d’autres modes d’organisation (instituts pour le CNRS ou l’INRAP ; collectivités locales et entreprises privées…).

    En fait si les acteurs de l’archéologie sont multiples, la seule cohérence des recherches conduites dans ce domaine scientifique repose sur l’évaluation des résultats obtenus par les chercheurs, et c’est bien là que nous nous retrouvons sur les propos tenus récemment sur les chercheurs par le Président de la République. En tant que responsable de la fouille de la grotte des Fraux, cette fouille est évaluée chaque année par la Commission Interrégionale de l’Archéologie qui émet un avis et des prescriptions (les CIRA sont composées des acteurs de la recherche CNRS, Université, Ministère de la Culture, INRAP, Collectivités Territoriales et des archéologues amateurs). En tant que chercheur, je suis évalué tous les 2 ans par le CNRS, et tous les ans mon employeur dispose de mon Compte Rendu d’Activité (CRAC) qui signale toutes mes publications, mes participations à des colloques, mes recherches à l’étranger… De surcroît, lorsque je dépose un projet de recherche thématique, comme c’est le cas pour la grotte des Fraux, ce projet est également évalué avant d’obtenir un financement. Ainsi, les recherches que nous conduisons à la grotte des Fraux font l’objet d’évaluations plusieurs fois par an, et, lorsqu’elles sont financées, elles font l’objet de rapports justifiant la nature du travail accompli, les résultats obtenus et leur valorisation scientifique.

    Mais peu importe qu’elle soit amateur ou professionnelle, la pratique archéologique repose sur son évaluation par les pairs. C’est là où je ne suis pas votre raisonnement sur la « valeur du travail des amateurs » que l’on opposerait à celle des archéologues dits professionnels. Vous le dites vous-même, les publications sont là pour montrer le dynamisme d’un chercheur, sa capacité à innover et à proposer de nouvelles voies de recherche. Là encore, il me semble dangereux de généraliser et d’opposer comme vous le faites archéologues amateurs et professionnels ! Pour ma part, je me soumets sans craintes à l’évaluation bibliométrique, bien qu’il faille prendre avec beaucoup de prudence les procédés automatisés qui se développent dans les instances d’évaluation internationales comme au CNRS.

    Pour conclure cette réponse déjà trop longue, je me dois de répondre à la seconde partie de votre propos concernant une supposée « guéguerre ». Pour ma part, j’ai soumis en toute transparence un programme de recherche auprès de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique ; programme qui proposait de réunir une équipe autour d’objectifs précis. Mon projet est un projet scientifique, et mon objectif est de réunir une équipe susceptible d’explorer des nouvelles pistes de recherche. Je revendique par conséquent le droit à la liberté de construire mon équipe avec des chercheurs de mon choix, issus ou non de la région aquitaine. Et pourquoi serai-il choquant qu’un chercheur lillois vienne travailler en Aquitaine ? Et pourquoi pas un chercheur roumain ou japonais ?

    Le dispositif actuel de la recherche va vers l’internationalisation, je dirai vers une « globalisation » pour être provocateur. C’est bien dans cette culture de l’excellence et de l’évaluation que nous poussent nos organisations sociales, avec, pour corollaire, une transformation du dispositif de la recherche dont vous avez souligné certains des avatars, à l’image de la déconnexion entre le chercheur et le citoyen éclairé (amateur).

    Cet espace champslibres est donc un espace politique !

    Laurent Carozza

  4. Je tiens a vous remercier pour cette réponse fort intéressante et franche.
    Primo je tiens a vous féliciter pour votre travail sur ce site rare et aussi pour ce blog qui a le méérite de mettre en lumière vos recherches, il est clair et compréhensible aux simple érudits que nous sommes. En tout cas il est malheureusement trop rare.
    Je suis un amateur et j’espere un jour devenir “pro” mais je dois dire que certaines remarque de ces soit disant pro sont trés blessantes pour les simple amateur que nous sommes.En tout cas, il y a des “pro” qui n’ont pas eut peur de m’aider et je dois beaucoup à un membre du CNRS.

    Enfin je regrette que la place des amateurs ne soit pas plus présnete dans l’archéologie officielle comme elle le fut il y a quelques années. Je comprend évidement que la part technologique et la complexité qu’elle a entrainé y est pour beaucoup mais qu’elle tristesse de voir des sites perdu a jamais faute de fouille même superficielle…car malheureusement l’INRAP n’est pas partout et bien des communes ou particuliers n’ont que faire de la loi…

    Voila, en tout cas encore une fois je vous remerci de votre réponse.
    bonnes recherches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.