Rapide historique d’une découverte

Laurent Carozza, le 8-07-2007

Quand il a vu se vider le lac collinaire qu’il avait creusé quelques années auparavant, un agriculteur du Périgord Vert, Monsieur Edmond Goineaud, était loin de se douter de ce qui se passait sous ses pieds ! Le fond du petit lac laissait en effet apparaître une étroiture obscure. Des spéléologues s’aventurèrent alors pour explorer ce réseau et expliquer les raisons pour lesquelles le lac s’était soudainement vidé. Après avoir déblayé les sédiments qui obstruaient la faille, la réponse ne tarda pas à surgir. Le plafond d’une grotte venait de céder et donnait accès, pour la première fois depuis la Préhistoire récente, au réseau de galeries de la grotte des Fraux. Constatant la présence de vestiges archéologiques, les spéléologues prévenaient Monsieur Norbert Aujoulat, Conservateur du Patrimoine au Ministère de la Culture (Centre National de Préhistoire de Périgueux) et Monsieur Chrisitian Chevillot, archéologue, qui firent les premières observations (document annexé).

Cette première mission d’étude permit, par arrêté du 24 octobre 1995, l’inscription de la Grotte des Fraux au titre des © Monuments historiques :

« Catégorie : Site archéologique, grotte ornée époque de construction : âge du Bronze historique : Vestiges de l’ âge du Bronze. Témoignages d’art pariétal. décor : décor rupestre propriété de la commune ; propriété d’une personne privée date protection MH : 1995/10/24 : inscrit MH type d’étude : recensement immeubles MH N° notice : PA00135171, 1995 »

Depuis sa découverte en 1989, la grotte des Fraux a été mise volontairement en « sommeil » jusqu’à aujourd’hui, pour des raisons de sécurité. En effet, de grosse dalles instables menaçaient de s’affaisser et des blocs du plafond de se détacher.

positionnement d'étais à la verticale de dalles du plafond menaçant de s'effondrer

Le contexte géologique particulièrement instable, formé de dalles de grès et d’horizons davantage marneux, génère un environnement particulier dont la faible profondeur du réseau accentue cette impression d’instabilité.

boulonnage de dalles du plafond menaçant de se détacher

Après une expertise du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, concluant à la nécessité de prendre des mesures de protection en raison des risques d’évolution du réseau, la Communauté de Communes du Pays de Thiviers, avec l’appui et sous contrôle technique des services du Ministère de la Culture (service régional de l’archéologie d’Aquitaine et service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Dordogne ) a mis en œuvre des mesures de consolidation et d’aménagement du dispositif d’entrée dans le réseau (photos ci-dessous).

mise en place d'étais dans les galeries sensibles

Après un appel d’offre passé en janvier 2006, les travaux ont été réalisés par l’entreprise Ozone International (Saint-Genis des fontaines), permettant ainsi d’engager l’étude et la protection du site.

injection de résine dans un joint de sédimentation

Aujourd’hui, une seconde campagne d’aménagement de la cavité est engagée avec la mise en place de dispositifs de circulation. L’équipe pourra ainsi circuler dans le réseau tout en protégeant les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze.

mise en place de témoins dans les fissures apparues récemment

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.


1 réflexion sur « Rapide historique d’une découverte »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.