Pétroglyphes amérindiens des Antilles et de Guyane

Par Yves Billaud

En mission dans les Antilles et en Guyane (dans le cadre d’une évaluation du potentiel archéologique des eaux intérieures des DOM), il m’a été donné la possibilité de visiter plusieurs sites à pétroglyphes.

La Guadeloupe

En Guadeloupe plus de 1200 gravures sont recensées sur 27 sites. Les thématiques sont variées (visages, anthropomorphes, « bébés emmaillotés » ou totems, zoomorphes,…) tout comme les techniques (gravure, piquetage, plus exceptionnellement peintures).

La plupart des sites sont à proximité de cours d’eau, comme par exemple les Roches Caraïbes sur la rivière du Plessis où plusieurs grands blocs entourent un bassin profond portant des gravures ainsi que plusieurs visages travaillés en ronde bosse.

YB 01

Dans le secteur de Trois-Rivières, plusieurs ensembles ont été découverts. L’un d’entre eux – caractérisé par une forte densité et une importante variété des figurations – est à l’origine de la création d’un parc archéologique. Sur le site de la Plage des Galets, plusieurs blocs portant des gravures entourent une petite source. Deux grands anthropomorphes y sont mis en scène : l’un (masculin) au dessus de la source, l’autre (féminin) au niveau de l’eau, en position d’accouchement

YB 02

YB 03

Constituée pour partie de calcaires, la Guadeloupe possède un karst original, constitué de vastes gouffres largement ouverts sur l’extérieur. Deux abris, plus ou moins profonds, ont livré des ensembles de figurations. Sur l’île de Marie Galante, au Morne Rita, on trouve principalement des visages « simples ».

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Du matériel archéologique a pu être recueilli à proximité immédiate de plusieurs sites, mais aucun lien stratigraphique ne permet de le relier directement aux figurations. Ce matériel se rapporte aux cultures saladoïde et postsaladoïde (troumassoïde et suazoöde). Le consensus actuel est de placer le développement des représentations rupestres entre le IVe et le IXe siècle de notre ère.

La Martinique

La Martinique compte seulement deux sites répertoriés qui n’ont pu être vus : l’un étant situé dans une propriété privée ; l’autre dans une forêt littorale envahie par l’eau au moment de notre passage.

La Guyane

En Guyane, une vingtaine de sites ont été recensés, principalement autour de Cayenne. Cette répartition correspond probablement à un biais d’observation lié aux difficultés de pénétration du territoire. Il s’agit essentiellement de gravures mais aussi de quelques peintures et géoglyphes, figurations réalisées avec des petits blocs sur des dalles rocheuses. Elles ne sont pas sans évoquer certaines formes actuelles d’ « installations » ou de « land art »).

Le registre iconographique comporte principalement des anthropomorphes comme deux grandes figurations de la Roche de la Crique Pavé sur la commune de Remire-Montjoly :

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Le plus grand ensemble est celui de la Carapa sur la commune de Kourou. Un affleurement linéaire présente près de 250 figurations sur une longueur de 50 m. Les trois quarts correspondent à des anthropomorphes au tracé filiforme. Ils présentent des variations dans la disposition des membres (en M ou en W), le nombre de doigts, la coiffe. Les autres figurations sont des serpentiformes, des pisciformes, des losanges quadrillés,… Des séries de cupules ont également été répertoriées.

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

Parmi les zoomorphes, le serpent – qui occupe une grande place dans la mythologie amérindienne – est régulièrement présent. Le Serpent de Pascaud, sur la commune de Remire-Montjoly, est interprété, en raison de la position caractéristique du corps en grecque,  comme un crotalidé venimeux, appellé serpent-carreaux.

YB 09

Antilles -Guyane

Les gravures des Antilles et de Guyane font partie, avec celles des grandes Antilles, d’un projet d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, mentionnons plusieurs traces d’activités humaines conservées sur des supports rocheux : les polissoirs. Leur typologie est variée : fuseau, rainure, ovalaire, à protubérance centrale,… Ils sont très répandus le long des cours d’eau voire dans leurs lits et sont tout particulièrement abondants sur les sauts.

YB 10

Polissoirs en fuseau en bordure du saut Maripa sur l'Oyapock (sur l'autre rive, le Brésil...)

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Pour en savoir plus :

Mazière M. (2008) – Art rupestre amérindien en Guyane française. Matoury : Ibis rouge éd., 166 p. : 183 fig.
Sanz N. éd. (2008) – L’art rupestre dans les Caraïbes. Vers une inscription transnationale en série sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Paris : Unesco, 372 p. : ill. (World Heritage Papers 24).

2 réflexions sur « Pétroglyphes amérindiens des Antilles et de Guyane »

  1. Très intéressant ce mini-article sur l’art rupestre des Antilles et de Guyane, cela m’a donné d’en connaître un peu plus et j’ai rendez-vous avec N. Sanz, de l’Unesco, pour en discuter début 2010.

  2. Bonjour, je trouve se petit comentaire super intéressant. Etant diplômé en archéologie, je me spécialise sur les civilisations amérindiennes d’Amérique du Sud et Central. En faisant mes recherches j’ai pu étudier les civilisations amérindiennes des Caraïbes et de Guyane et entre autre l’art rupestre de Guyane. J’aimerai avoir ample information sur les recherches en Guyane et surtout je souhaiterai intégrer une équipe de recherche en Guyane pour agrandire mes connaissace et en faire ma véritable spécialité.
    Pourriez-vous m’aider ou m’indiquer une adresse ou une personne qui pourrait m’orienter à se sujet.

    Merci pour votre attention et votre compréhension

    M.Mikaël ATTON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.