Test de couplage laserscanning/photographie par le cabinet Pérazio (Février 2010)

Par Raphaelle Bourrillon

Dès l’engagement du projet d’études de la grotte des Fraux en 2007, le Ministère de la Culture et de la Communication avait, en accord avec l’équipe scientifique, mandaté le cabinet Guy Pérazio pour réaliser un test de faisabilité sur l’acquisition en très haute définition (infra millimétrique) d’un panneau orné de la grotte. Ce test a pu être réalisé début février 2010, suite à l’aménagement de surfaces de circulation (passerelles) dans les secteurs concernés par ce test.

Ce test vient en complément du relevé lasergrammétrique global de la cavité réalisé par l’équipe de l’INSA Strasbourg.

Lors de cette courte mission, l’équipe Perazio a utilisé un scanner Leïca (HDS 6100) pouvant générer 55 millions de points par prise de vue et proposant une acquisition du nuage de points ultra rapide (environ 2 min). Ce matériel peut être contrôlé à distance par un PDA ce qui n’est pas négligeable lorsque l’opérateur est éloigné des parois (fig. 1).

 

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

L’acquisition du nuage de points géoréférencé a demandé 9 prises de vues recouvrant l’ensemble des parois. Des sphères, disposées de façon régulière au sol, facilitent le remontage des différentes prises de vues. Dans une seconde étape, des clichés des parois ont été pris (vues d’ensemble puis haute résolution de détails) ; ils permettront de texturer le nuage de points.

 

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Le panneau des « Echelles » (tracés digités) a fait l’objet d’une couverture photographique détaillée, en lumière rasante (fig. 2). L’enjeu est de mettre à l’épreuve la technique du relevé sur un support photographique (« orthophotographie »), généré ici par le logiciel de 3D. La 3D est ici utilisée comme support technique au relevé, qui sera par la suite positionné sur le nuage de points et viendra texturer le modèle virtuel.

Le traitement post-terrain des données obtenues est une étape relativement longue ; le retour est attendu dans le courant du printemps 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.