Les gestes à l’intérieur de la grotte : préservation des sols archéologiques

La circulation à l’intérieur de la cavité (entre 1989 et 2007), précédemment à l’intervention de l’équipe scientifique, a par endroit sensiblement altéré les sols archéologiques. C’est pourquoi nous avons,dès le début de notre intervention dans le réseau,  souhaité avoir pour priorité la préservation des sols archéologiques, des parois de la cavité et des vestiges mobiliers. L’équipe a mis en place un protocole de travail qui va de la constitution de binôme dont chacun des membres assure la surveillance de l’autre, à la sélection d’un matériel permettant de minimiser les impacts, en passant par  une gestion rationalisée de l’occupation du réseau en évitant le croisement des équipes.

 

 

Sur le cliché ci –dessus, on voit par exemple l’usage systématique de tapis gonflé d’air servant de support aux équipements photographiques ou topographique (absence de traces de pieds photo…) et de chaussons en néoprène ne laissant aucune empreinte de pied sur les sols argileux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.