Localisation magnétique des structures de combustions

par Aurélie Brodard

Au cours de la campagne de mars 2010, le travail sur les structures de combustion a été poursuivi lors de deux chantiers.

Dans un premier temps, Aurélie Brodard aidée d’Albane Burens ont effectué la suite des mesures de susceptibilité magnétique avec un KT9 (capteur de contact de susceptibilité magnétique) sur plusieurs secteurs de la grotte.

Les mesures réalisées en 2008 sur la sole foyère (secteur 13) ont été complétées afin d’avoir une cartographie de susceptibilité magnétique complète de la zone choisie pour l’étude des paléotempératures par le couplage thermoluminescence / susceptibilité magnétique.

prise de mesures au KT9 autour de la sole foyère (secteur 13)

Prises de mesures au KT9 autour de la sole foyère

Dans le secteur 8, une zone charbonneuse avait été repérée. Les mesures de susceptibilité magnétique ont permis de confirmer la présence d’un foyer ainsi que de préciser sa délimitation.

Enfin, dans le secteur 13, la zone fouillée met en évidence plusieurs foyers. Cette zone a été choisie comme seconde zone « laboratoire » (la première étant la sole) pour la thèse d’Aurélie. Un des foyers repérés va être prélevé pour permettre l’évaluation des paléotempératures par couplage thermoluminescence / susceptibilité magnétique d’une part, et pour établir un nouveau point de référence de la variation séculaire du champ magnétique terrestre, courbe utilisée pour les datations en archéomagnétisme. Avant tout prélèvement de la structure, il était nécessaire d’avoir une cartographie de susceptibilité magnétique de toute cette zone.

Dans un second temps, François Lévêque et Vivien Mathé ont poursuivi la recherche de structures de combustion par imagerie magnétique dans les secteurs qui accueilleront les prochaines passerelles (secteurs 3 et 8). Le protocole opératoire a été modifié dans le but d’accroître la vitesse d’acquisition ainsi que d’optimiser la répartition spatiale des mesures. L’assistance de Vincent Léglise (INSA) a été nécessaire pour le géoréférencement des mesures dynamiques. L’analyse des données, qui nécessitera la fusion des données de géoréférencement et celles de mesure de champ magnétique devrait permettre de confirmer la présence et de préciser la localisation de structures de combustion suspectée sous la couche d’argile amenée par les écoulements d’eau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.