Recherches croisées

Billet rédigé par par Eric Robert (post-doctorant USM 103 MNHN, UMR-7041)

 

Ma participation à cette campagne d’étude de la grotte des Fraux est l’occasion de pratiquer et de comparer plusieurs travaux archéologiques engagés en milieu souterrain.

Le premier d’entre eux a été le relevé des représentations pariétales. Après avoir déterminé les séquences de réalisation des différents tracés abstraits digités, nous avons procédé –  Stephane Petrognani et moi – à l’enregistrement graphique de ces tracés (voir les billets de Stephane pour le détail de la procédure). Cette étape décisive permet d’affiner la lecture, de préciser les superpositions et reprises éventuelles de certains tracés, ainsi que de faire figurer les reliefs de la paroi.

Le lien étroit entre représentations pariétales et mobilier, constant dans les galeries de la grotte, se manifeste au pied du panneau orné du secteur 13 sur lequel nous avons travaillé cette semaine, par la présence d’une série de céramiques en place. La vision constante de ces objets pendant le relevé nous rappelle en permanence le contexte si exceptionnel de ce site.

 

 

Cette campagne est aussi l’occasion de participer à d’autres volets de la recherche, notamment par la fouille d’un nouveau sondage dans le secteur 10, et par le relevé de sol archéologique dans le secteur 13. A chaque fois, l’association entre domaine pariétal et paléosol est étroite.

Ainsi le dégagement des premières couches du sondage ouvert du secteur 10, dans des conditions rendues difficiles par la forte humidité due à la météo, s’est fait à l’aplomb d’une représentation associant 5 tracés en zigzag, image caractéristique de la grotte des Fraux (alors qu’il nous est totalement inconnu dans le domaine pariétal paléolithique).

 

 

Fouille du sondage 3 (secteur 10)

 

Quant au relevé des structures dans le secteur 13, autour du point topographique 117, il est l’occasion de pratiquer une autre approche du relevé. Celui-ci, à la différence du pariétal, ne se fait pas sur photo, mais en parallèle avec la prise de vue. Les mesures effectuées au sol, à partir du point topographique, servent d’appui à la restitution au 1/10ème des structures en place (artefacts, pierres, nature des sols…).

 

 

Relevé des sols archéologiques du secteur 13

 

Le relevé représente une référence témoin d’un état de la surface à un moment donné (avant ou après un nettoyage ou une fouille par exemple), là où le relevé pariétal apporte un éclaircissement sur la forme ou la nature de l’élément représenté.

La réalisation conjointe de ces opérations archéologiques dans un même site constitue ainsi un moyen rare (pour un préhistorien pariétaliste) d’aborder simultanément intra situ les différents témoins de production matérielle et de choix culturels de sociétés humaines (d’une même période).  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.