Fin de campagne

Vendredi 6 juin s’est achevée la première campagne de fouille de l’année 2008. Les objectifs que nous nous étions assignés n’ont pu être tenus en raison des intempéries. Nous avions notamment programmé de poursuivre la fouille dans le secteur 10, petite galerie qui a livré une séquence stratigraphique intéressante, puisqu’elle signe une phase « d’interruption » dans la fréquentation de ce secteur de la grotte. Les sondages étant inondés, nous avons du revoir nos objectifs.

La campagne de printemps a par conséquent été mise a profit pour préparer la pose prochaine des passerelles (nettoyage, photographies et relevés des axes de circulation). Dans le secteur 13 plus particulièrement, nous avons réalisé un plan au 1/10e des zones qui seront recouvertes de platelages. Bien que localement altérés, les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze ont livré un mobilier céramique fragmenté. Le nettoyage des sols archéologiques a mis en évidence des zones où les blocs de grès affleurent. Un petit décapage, réalisé dans le secteur 13, a permis de dégager une structure de combustion.

 

Relevés des sols archéologiques au 1/10e

 

Cette fin de printemps pluvieux a rendu la campagne de fouille pénible ; les effondrements successifs du talweg permettant d’accéder au sas d’entrée en constituent le témoignage. A l’initiative de Dany Barraud (Conservateur Régional de l’Archéologie), des travaux vont être engagés dès cet été pour consolider et couvrir ce passage.

 

Sas d’entrée de la grotte – effondrement du talweg

 

Gageons que l’automne 2008 verra se mettre en place la première tranche de l’équipement de la cavité. Le programme de la campagne d’automne est chargé. Dès cet été, une mission de prise de vues sera réalisée en vue de préparer la campagne de relevés pariétaux qui se déroulera la seconde moitié du mois d’octobre. La venue de Pierre Guibert (IRAMAT Bordeaux) permettra la mise en œuvre d’un protocole d’échantillonnage en vue de la réalisation de mesures de Thermoluminescence sur les structures de combustion. Parallèlement, des tests palynologiques seront engagés par Didier Galop (GEODE, Toulouse) qui vient de rejoindre l’équipe. La dernière semaine du mois d’octobre verra l’intervention de nos collègues Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin de l’INSA de Strasbourg (MAP) ; ils réaliseront la première campagne de relevé 3D dans le secteur 13 de la grotte.

 

Le temps qui nous sépare de ces prochaines échéances sera notamment mis à profit pour réaliser la DAO et traiter les prélèvements qui ont été réalisés.

 

 

Fin de campagne !


3 réflexions sur « Fin de campagne »

  1. Bonjour,

    Je suis venue par hasard sur votre site de l’équipe archéologique. Je voudrais connaitre votre (vos) points de vue sur le bilan de l’utilisation de ce blog pour noter la progression du projet.

    – Avez-vous senti que ceux et celles qui allaient participer au début l’ont fait réellement? (je n’ai pas parcouru tous les posts encore)

    – Pourquoi avez-vous choisi ce moyen de communication? Pour en parler entre vous, pour noter des choses sur le moment afin de ne pas les oublier, pour communiquer avec le grand publique, … ?

    Je serais heureuse d’avoir un retour sur ces questions car je suis censée modérer une session lors du Science Blogging 2008 a Londres sur le thème du cahier de laboratoire ouvert. Merci infiniment.

  2. Au travers de ce blog, notre objectif est rechercher une manière nouvelle d’écrire la recherche ; la recherche en train de se faire. Alors que le temps de la recherche archéologique est long, que chacun des mots et des idées y est pesé, l’écriture du blog est plus immédiate, plus brute, et se rapproche véritablement de la pratique de terrain. Sur le terrain on discute, on teste des hypothèses, on envisage des pistes dont seules certaines sont validées. Mais le raisonnement qui conduit à écarter des hypothèses ou à tester une méthode ne sont que très rarement explicités. De fait, le blog s’adresse à tout le monde, au curieux, au citoyen contribuable qui finance pour parti ces recherches, à l’amateur d’archéologie ou aux collègues chercheurs qui peuvent suivre à un rythme qui n’est pas celui des publications scientifiques l’avancée des recherches. Car le blog n’est pas une publication scientifique dans la tradition des sites web qui se sont multipliés autour des projets de recherche ou des laboratoires. Nous concevons le blog comme une sorte de journal de fouille – bien qu’il n’en ait pas la forme – mais surtout comme des champs libres où par exemple on peut faire part de positions idéologiques ou politiques en relation avec le sujet (la grève des chercheurs par exemple !).
    La réponse à l’une de vos questions se trouve dans un des tout premiers commentaires fait par Françoise Audouze, directrice de recherche au CNRS « je ne suis pas sûre que les commentaires feront jaillir des interprétations radicalement neuves mais ils … peuvent éventuellement constituer des critiques constructives ou poser des questions qui mériteront réponse ».

    Il ne s’agit évidemment pas de communiquer au sein de l’équipe (même si on observe aujourd’hui que le blog permet d’officialiser certaines prises de parole), et encore moins en direction de la petite communauté des chercheurs spécialistes des questions de l’âge du Bronze. Il s’agit bien de construire une mémoire ; la mémoire de la recherche qui se construit au fil des opérations de terrain et des premiers résultats. Comme toute mémoire, la difficulté est de rester conscient qu’il s’agit d’une construction et que si certaines informations sont divulguées, d’autres ne sont pas encore mises en avant. Il s’agit là de la principale difficulté que nous avons rencontrée.

    Laurent Carozza

  3. Bonsoir,
    Notre expérience dans la rédaction d’un blog reste encore bien limitée. Notre projet a vu le jour en 2007 et est, dans un premier, resté relativement confidentiel, période de rodage oblige. Ces quelques mois de mise en route nous ont permis de nous confronter aux limites comme aux possibilités de cet exercice. Après une première sensation d’extrême liberté, nous avons vite pris conscience de l’autocensure que nous exercions sur nos posts. Auto-censure liée tant au respect des propriétés intellectuelles (données, images) qu’à l’appréhension du jugement de nos pairs sur la livraison « immédiate » d’un instant T de nos réflexions (ou plus précisément de nos interprétations), individuelles comme collectives, dans le feu de l’action sur le terrain.
    Cette période de rodage, alors que le site était encore en phase de gestation mais néanmoins hébergé sur le site institutionnel de Revues.org / UMS CLEO du CNRS, s’est égrainée de nombreuses réactions, toujours très positives de nos collègues. Malheureusement, ces réactions n’ont que très rarement pris la forme de commentaires dans le blog mais celle de courriels adressés à nos boîtes personnelles ! Cette nouvelle forme de communication scientifique, l’esprit de transparence que nous proposions de développer ont séduit sans toutefois parvenir à donner aux internautes l’envie de « passer à l’acte » en déposant un commentaire à nos billets. Et pourtant… pourtant les mails reçus portaient en eux le germe de discussions que nous aurions souhaité alimenter en ligne (tant sur des questions scientifiques que sur des aspects plus prosaïques).
    Mais l’équipe ne s’est pas découragée pour autant ; si nous avons souhaité développer cette expérience d’écriture, c’était justement dans le but de contribuer à faire évoluer (doucement et à l’échelle d’un modeste « carnet de terrain ») les modalités de communication scientifique.
    Nous sommes alors passés par une courte étape où l’outil est devenu un auxiliaire des échanges entre membres de l’équipe scientifique. Échanges d’idées et d’informations via le net pendant les phases de terrain avec les collègues restés en laboratoire. Cette phase à permis à chacun de s’approprier ce support, à présent étroitement associé au programme de recherche.
    Cette année, après avoir maturé notre projet, nous avons souhaité ouvrir plus largement le blog au grand public (d’abord vers les habitants de la communauté de communes qui accueille le site, puis vers un public plus large) et vers un lectorat de chercheurs élargi. L’adresse du blog a ainsi été affichée sur divers sites web, annuaires de blogs… Depuis cette semaine, le CNRS a affiché notre adresse sur le portail du département EDD.
    Cet élargissement de notre lectorat s’accompagnera nécessairement d’adaptations (billets plus pédagogiques, mise en ligne de courtes séquences vidéo filmées in situ…), mais nous souhaitons avant toute chose ne pas perdre de vue notre objectif, celui de mettre en ligne un carnet de terrain, reflet des activités de recherche interdisciplinaires menées dans la grotte des Fraux. Gageons que ce nouveau lectorat saura s’approprier les outils mis à sa disposition et créer un dialogue avec l’équipe.

    Albane Burens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.