Mercredi 14 / jeudi 15 novembre 2007

Ces deux journées de terrain ont été consacrées à la consolidation de la documentation (vérification des plans, levé des sections, description des sondages). L’équipe des pariétalistes a également employé ces deux journées à renseigner la base de données et l’indexation des très nombreuses photographies réalisées durant cette campagne.

bdd.jpg

Jeudi 15 au soir, l’équipe a présenté devant les élus de la commission tourisme du Conseil Communautaire de la Communauté de Commune des Pays Thibériens les travaux engagés pendant cette première campagne de fouille et les orientations pour les années à venir. Cette rencontre a été l’occasion de présenter le blog de la grotte des Fraux aux élus et aux représentants des associations présentes lors de cette réunion.

Avant dernier jour de la campagne de fouille sur le terrain, la journée de vendredi 16 a été consacrée au « déséquipement » de la cavité. L’ensemble du matériel de fouille et de topographie a été remonté à la surface. Les dernières heures de la journée ont ainsi permis d’indexer les photographies et de réaliser des sauvegardes de la documentation.

Samedi 17, fin de la première année de fouille à la grotte des Fraux. L’échéance de remise du rapport pointe déjà à l’horizon…

lundi 12 / mardi 13 novembre 2007

Deuxième sondage dans la galerie 10

Un second sondage a été réalisé dans la galerie 10, le long d’une paroi, en direction du fond du boyau. Cette zone est pour partie recoupée par une rigole qui incise les horizons archéologiques. Celle-ci a canalisé les eaux de ruissellement qui ont, consécutivement à l’ouverture de la cavité, circulé dans la grotte. Ce sondage a porté sur une surface d’environ 0,80m², partiellement perturbée par ces ruissellements. Les coupes naturelles provoquées par les incisions de la rigole laissaient apparaître la présence de plusieurs niveaux archéologiques ; il nous est apparu nécessaire de préciser la nature et la puissance du remplissage.

coupe.jpg Secteur 10 – coupe du sondage opéré le long de la paroi

Ce second sondage a permis de mettre en évidence une stratigraphie puissante de 30 cm. Le sommet de la séquence se compose d’un sédiment gravelo-sablonneux produit par la vidange du lac collinaire. Ce dernier recouvre un horizon brun comportant du mobilier archéologique très fragmenté et des charbons de bois. Sous cette couche se développe une couche argileuse beige, de type varves.

varves.jpg Vue de détail de l’argile présentant de fins litages

Le feuilletage et les fentes de dessication pourraient traduire un mode de déposition opéré à intervalles réguliers (saisons ?). Quoi qu’il en soit, cette unité stratigraphique traduit un épisode « d’abandon » ou d’interruption de la fréquentation de cette partie de la cavité.

Sous cette couche, nous observons la présence d’un horizon très charbonneux. Vers la base de la séquence, la densité des galets et des blocs de grès s’accroît, le sédiment devient davantage sableux. La fouille a été interrompue à l’approche d’un horizon compact, localement induré. Compte tenu de l’étroitesse de la surface de fouille, la poursuite de la reconnaissance de la stratigraphie devra s’accompagner d’une lecture spatiale plus large.

Ce sondage montre la présence d’une stratigraphie des dépôts, phénomène qui traduit l’inscription dans la durée des phénomènes sédimentaires et archéologiques. La formation de varves, dont il faudra vérifier la nature de la formation et de l’extension, permet de relativiser à l’échelle de cette petite galerie l’idée d’une occupation événementielle au profit d’une inscription dans les rythmes d’un temps plus long.

dimanche 11 novembre 2007

par Yves Billaud

La reprise de la topographie de la cavité a également été l’occasion de réaliser diverses observations sur les conduits karstiques. Leur morphologie et leur organisation sont sous la double contrainte de la lithologie et de la tectonique.

L’encaissant est caractérisé par une séquence sédimentaire hétérogène avec l’alternance de bancs de calcaires argileux et de grés. L’épaisseur des différentes strates allant de 30 cm à 2 m. La série présente une structure simple, sans déformation notable, avec un pendage faible. Par contre, elle est affectée par un dense réseau de diaclases présentant deux directions préférentielles.

Des chenaux de voûte et des remplissages argileux plus ou moins rythmés indiquent une première phase de creusement en régime noyé avec le développement de galeries paragénétiques. Par la suite, au moins une phase de soutirage a provoqué le décolmatage partiel du réseau. Un effet secondaire a été la déstabilisation des parois, phénomène accentué par l’hétérogénéité de l’encaissant. Il en est résulté des effondrements de blocs, voire de dalles ou des décollement en masse selon les joints de strates. A la jonction de grandes galeries se sont alors développé des salles au sol occupé par des chaos.

section_galerie_DSC07757.JPG

galerie avec chenal de voûte, surcreusements latéraux dans un banc gréseux.

Section_galerie_et_s_d_DSC07821.JPG

galerie avec chenal de voûte et remplissage rythmé. Au sol, dalles effondrées ; au loin, décollement en masse selon un joint de strates.

samedi 10 novembre 2007

Par Raphaelle Bourrillon et Stéphane Pétrognani

Après une première prise de contact et la visite des trois galeries accessibles, nous avons pris la décision d’effectuer un travail de prospection systématique des parois, matérialisé par une prise de notes référençant les motifs ornés et les vestiges archéologiques rencontrés (avec prises de clichés et repérages topographiques).
raph_-steph.jpg

•Secteurs 11-13 Galerie où les manifestations sont présentes en quasi-continuité, avec une domination de « panneaux » de tracés digités verticaux organisés et rythmés.

13-116-_-moins-280-G-3_copie.jpg

•Secteurs 1-3 Identification de motifs se distinguant par leur forme. Les techniques présentent des variantes par rapport aux secteurs 11-13, avec une fréquence importante de gravures fines.

•Secteur 10 (prospection en cours) S’introduisant cette fois dans le secteur actuellement en partie sondé, nous remarquons une quasi-absence des tracés digités et une nette domination des motifs en « zigzag », parfois isolés, mais la plupart du temps regroupés et organisés.

10-103-_-30-D_copie.jpg

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.

jeudi 8 /vendredi 9 novembre 2007

Les travaux de topographie se poursuivent dans les grandes salles des parties accessibles du réseau. Les reports de points nous permettent de raccorder le plan du réseau sur le cadastre actuel. Un sondage de 1 m² est ouvert dans la galerie du secteur 10. Les sols de cette dernière sont recouverts de galets et d’un sédiment gravelo-sablonneux gris clair. La vidange de la retenue collinaire dans la cavité a transporté des matériaux à plus de 15 mètres à l’intérieur de cette galerie étroite.

entree-secteur10.jpg Des rigoles, incisées dans les sols archéologiques, drainent les eaux de ruissellement. On observe dans ces sédiments la présence de tuile et de briques roulées, ainsi que de petits fragments de faïence blanche. Vers le fond de la partie accessible de ce boyau, qui se perd sans que l’on puisse en déterminer l’extrémité, les eaux d’écoulement s’infiltrent et forment de courts tunnels dans le sédiment archéologique argileux. Ailleurs, les surplombs formés par les avancées du profil sinueux de la paroi masquent des chenaux et des rigoles souterraines.
fin-secteur-10.jpg

Le choix de l’implantation du premier sondage a été guidé par la présence de mobilier déposé dans un joint de sédimentation de la roche et par la proximité d’expressions pariétales, situées à moins d’un mètre de la fouille. L’objectif de ce premier sondage est d’estimer la puissance des colluvions qui recouvrent la surface du boyau. Il s’agit également de rechercher la présence de sols archéologiques et d’en évaluer la datation.
sondage01.jpg

charbon-sond.-01.jpg

mercredi 7 novembre 2007

Secteur 10 : relevé du plan de la galerie

Le secteur 10, situé à proximité de l’actuelle entrée de la grotte des Fraux, est recouvert d’un horizon détritique lié à la vidange du lac collinaire. Par endroits, les horizons archéologiques sont entaillés par des rigoles d’écoulement des eaux. Ce phénomène érosif a ponctuellement dégagé du mobilier archéologique.
ceramique.jpg

Ce matériel, aujourd’hui en position secondaire, est principalement composé de céramique non tournée et de faune. Il a été relevé en plan au 1/20ème, positionné sur le plan détaillé de la galerie et systématiquement mesuré et photographié.
relev_.jpg

Pour l’heure, l’équipe a décidé de ne pas prélever le matériel. Une réflexion sur la pertinence de déplacer ou d’extraire de la cavité des objets déposés à l’âge du Bronze sera menée dans les semaines à venir. Un inventaire (couplé à une base de données), débuté cette semaine, recensera à terme l’ensemble du mobilier de la grotte.

Parallèlement, le travail de topographie s’est poursuivi dans la vaste galerie gauche du réseau.

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.

un nouvel occupant des lieux

Cette semaine, un jeune triton marbré a posé ses valises à l’entrée de la cavité. Nouvelle mascotte de l’équipe, il nous a incité à créer ue nouvelle rubrique sur le blog, dédiée aux « autres occupants » de la cavité. Merci de vos éclairages à venir sur l’identification de certaines bestioles encore inconnues des membres de l’équipe.

triton.jpg

Mardi 6 novembre 2007

Mardi : l’équipe s’est scindée en deux Les travaux de topographie se poursuivent. Le réseau de points topographiques disposés par Olivier Ferrulo (SRA Aquitaine) et Thierry Baritaud (SDAP) est recalé au théodolite. Yves et Christine Billaud ont pris en charge cette opération engagée durant la campagne de juin 2007.

topo04.jpg

Ce travail permet à l’équipe de disposer d’un maillage serré de points topographiques et d’axes de relevés.

topo05.jpg

Outre les anciens points topographiques, de nombreux nouveaux points ont été disposés. Les nouveaux points sont numérotés à partir de 100 et matérialisés par des fiches jaunes.

topo02.jpg

topo01.jpg

topo03.jpg

Sur la base de ce canevas, les travaux de relevé du plan de la cavité ont été engagés dans la galerie de droite, topographiée lors de la campagne de juin. Le dessin des horizons de surface est réalisé à l’échelle du 1/20ème. La cartographie de l’horizon de surface permet ainsi de localiser les zones où les sols archéologiques sont conservés et de matérialiser sur un plan les parties remaniées par les fréquentations antérieures à notre intervention archéologique ou les parties détruites par l’effondrement des blocs du plafond ou recouvertes par les colluvions issus de la vidange du lac collinaire. Les premiers vestiges ont ainsi pu être repérés. Avec ces premières découvertes, se pose la question de la gestion des mobiliers. Comment intervenir pour l’étude ce de mobilier ? pouvons-nous le déplacer ?


Le point 101 est positionné en fond de galerie. Le point topo 33 est matérialisé par une étiquette verte posée à plat sur une dalle d’effondrement. Le point central a été repris comme référence moyenne de ce point.

lundi 5 novembre 2007

L’objectif de cette première semaine de travail est de compléter la topographie des zones accessibles de la cavité, préalablement à la mise en place des platelages de circulation dans les secteurs oùl es paléosols sont préservés. Après avoir réalisé en juin 2007, avant la mise en place de ce blog, le calage de points dans la partie droite du réseau, nous nous attelons à présent aux secteurs (galeries et salles) de la partie droite de la cavité.


C’est pour permettre à l’équipe d’intervenir dans de bonnes conditions d’accès que l’élargissement d’un boyau s’est avéré indispensable. blog1.jpg
Un cône d’éboulis argilo-graveleux est venu colmater les galeries au moment où le lac collinaire s’est déversé dans la grotte il y a quelques années. Dans la matinée de lundi, quelques 400 litres de sédiments ont été évacués de la grotte par l’étroiture du puits d’accès.
blog02.jpg

blog03.jpg

blog04.jpg

blog05.jpg

dimanche 4 novembre : retour sur le terrain

La première journée sur le terrain a été consacrée à la cartographie (relevé en plan) de la zone de l’actuelle entrée de la cavité. Sur la maille de points géoréférencés, le contour des parois a été tracé à l’aide d’un télémètre.

blocs

Des blocs effondrés jalonnent cette zone recouverte de colluvions issusde la vidange du lac collinaire.

topo laurent

Travaux d’aménagement de l’entrée de la cavité

Les travaux d’aménagement de la grotte des Fraux se poursuivent. Après la mise en sécurité réalisée à l’intérieur de la cavité, c’est le dispositif d’entrée qui vient d’être modifié.

porte d'entrée

Le puits d’entrée a été coiffé d’un bâtiment en dur et d’une porte blindée. Les drainages réalisés autour du bâtiment permettent de mieux drainer les eaux de ruissellement et de stopper l’accumulation de végétaux et de matières organiques dans la cavité. Conçu par Thierry Baritaud (ingénieur du patrimoine au SDAP de Dordogne), les travaux de construction ont été achevés à la fin du mois d’octobre. La réalisation de cet ouvrage, parce qu’il facilite l’accès au monde souterrain, marque le démarrage effectif de l’étude archéologique de la grotte des Fraux.

porte d'entrée 3

Cette opération a fait l’objet d’un suivi par le Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine en la personne d’Olivier Ferullo. Ces travaux ont bénéficié de l’aide de la commune de Saint-Martin-de-Fressengeas et de la communauté de communes des pays thibériens.

porte d'entrée 2

l’esprit du blog

Pourquoi un blog ?

Ce projet de blog est issu d’une proposition de Marin Dacos – responsable de Revues.org – et d’une volonté de notre part de communiquer différemment autour de la recherche en sciences sociales.

L’idée de départ est simple : la recherche se construit par touches, par cumul. Réflexions, débats, contradictions (…) participent de ce processus de construction de la recherche dont la richesse de la démarche réside dans les bifurcations et les buissonnements. Le plus souvent, ces temps de la recherche se réduisent à des moments où l’équipe se retrouve à huis clos pour débattre, échanger, confronter idées et hypothèses. D’autres instants clé – à l’image des colloques, conférences ou publications collectives – relèvent de ce même processus : aiguiser ses arguments pour présenter l’état, souvent partiel, de ses hypothèses et de ses réflexions.

Ces temps de la recherche sont codifiés, encadrés, balisés, conférant à l’approche scientifique une part de mystère aux yeux du grand public. Si la communauté scientifique s’accommode de cette pratique – car elle en partage les codes et les sous-entendus – le profane et le curieux peuvent rester circonspects quant à la manière dont sont transmises ces parcelles de connaissances.

Bien que l’archéologie bénéficie auprès du public citoyen d’un profond engouement, elle n’en est pas moins sujette aux dérives obscurantistes : ainsi les folles rumeurs sur l’origine extra-terrestre d’Ötzi (l’homme des glaces daté du Chalcolithique découvert dans le Tyrol autrichien) ; les polémiques et tergiversations liées à la malédiction de Toutankhamon ; les atermoiements sur l’authenticité du disque Bronze moyen de Nebra. Ce sentiment se trouve d’autant plus exacerbé que les recherches touchent à des thèmes en prise directe avec les questionnements de nos sociétés contemporaines, confrontées à l’accélération des rythmes des changements environnementaux, sociaux et culturels.

Le monde particulier de l’art et de la grotte, avec tout ce que ces domaines véhiculent comme images et imaginaires mais également comme interdits, incarne les difficultés de confrontation à un objet de recherche particulier. Parce que la communauté scientifique et le public accèdent avec difficulté à ces milieux physiques et mentaux, notre volonté est de mettre à disposition des chercheurs et des citoyens ces éléments de réflexion.

Cette posture pourra sembler schizophrénique ! Comment allier tout à la fois le bon déroulement d’un programme de recherche – tel qu’il requiert de peser les hypothèses, de tester les protocoles, de valider ces résultats …) – et la divulgation de données brutes, non abouties et susceptibles d’être contredites ! C’est là tout l’enjeu de ce blog de chercheurs : communiquer très rapidement des données sur un portail scientifique tout en se donnant la liberté de se contredire et de se déjuger. Telle est l’idée qui nous a séduits dans ce projet.

Quelle forme donner à ce blog ? Pour un archéologue, le cahier de fouille – autrement appelé « carnet de terrain » – constitue le lien, la mémoire entre les premiers coups de truelle et la publication. Le carnet de fouille constitue, à chaque instant d’élaboration de la recherche, le document clé auquel il est fait référence. Ce journal de fouille constitue une pièce maîtresse : l’archéologue y consigne, outre les données de terrain, ses impressions, ses remarques, ses interrogations. Souvent griffonné, support de croquis et de schéma, le journal accompagne le chercheur comme le carnet l’architecte. Une fois la fouille achevée et publiée, ce journal, acteur et témoin de la recherche, revêt un statut d’archive.

Notre objectif est de faire de ce blog un carnet de fouille interactif, à la fois témoin de la fouille qui s’engage, archive de la recherche. Il se veut également le fruit d’un échange auquel nous vous convions.

« l’intellectuel collectif de Pierre Bourdieu »

Quelques lignes extraites de l’ouvrage « Célébration du génie colérique » de Michel Onfray. L’image de « l’intellectuel collectif » , telle que proposée par le sociologue Pierre Bourdieu, est modestement reprise par l’équipe animant ce blog.

… Pierre Bourdieu met les résultats en commun. Contre le foisonnement classique de l’intellectuel solitaire, isolé, il propose l' »intellectuel collectif » susceptible d’augmenter les forces par un travail d’équipe. Ses livres- parfois co-signés, construits à partir de recherches arrêtées en groupe, rédigés à l’aide de questionnaires élaborésà plusieurs, d’enquêtes dépouillées-, ses articles, sa revue, ses séminaires, ses cours démontrent la possibilité, ici et maintenant du corporatisme de l’universel appelé de ses voeux pour s’opposer à la figure médiatique solitaire dominante …

Extrait de : Célébration du génie colérique de Michel Onfray éditions Galilée ISBN 2-7186-0558-8

M. Onfray - celebration du genie colerique

Merci à Pierre pour le prêt « prolongé » de cet ouvrage

Rapide historique d’une découverte

Laurent Carozza, le 8-07-2007

Quand il a vu se vider le lac collinaire qu’il avait creusé quelques années auparavant, un agriculteur du Périgord Vert, Monsieur Edmond Goineaud, était loin de se douter de ce qui se passait sous ses pieds ! Le fond du petit lac laissait en effet apparaître une étroiture obscure. Des spéléologues s’aventurèrent alors pour explorer ce réseau et expliquer les raisons pour lesquelles le lac s’était soudainement vidé. Après avoir déblayé les sédiments qui obstruaient la faille, la réponse ne tarda pas à surgir. Le plafond d’une grotte venait de céder et donnait accès, pour la première fois depuis la Préhistoire récente, au réseau de galeries de la grotte des Fraux. Constatant la présence de vestiges archéologiques, les spéléologues prévenaient Monsieur Norbert Aujoulat, Conservateur du Patrimoine au Ministère de la Culture (Centre National de Préhistoire de Périgueux) et Monsieur Chrisitian Chevillot, archéologue, qui firent les premières observations (document annexé).

Cette première mission d’étude permit, par arrêté du 24 octobre 1995, l’inscription de la Grotte des Fraux au titre des © Monuments historiques :

« Catégorie : Site archéologique, grotte ornée époque de construction : âge du Bronze historique : Vestiges de l’ âge du Bronze. Témoignages d’art pariétal. décor : décor rupestre propriété de la commune ; propriété d’une personne privée date protection MH : 1995/10/24 : inscrit MH type d’étude : recensement immeubles MH N° notice : PA00135171, 1995 »

Depuis sa découverte en 1989, la grotte des Fraux a été mise volontairement en « sommeil » jusqu’à aujourd’hui, pour des raisons de sécurité. En effet, de grosse dalles instables menaçaient de s’affaisser et des blocs du plafond de se détacher.

positionnement d'étais à la verticale de dalles du plafond menaçant de s'effondrer

Le contexte géologique particulièrement instable, formé de dalles de grès et d’horizons davantage marneux, génère un environnement particulier dont la faible profondeur du réseau accentue cette impression d’instabilité.

boulonnage de dalles du plafond menaçant de se détacher

Après une expertise du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, concluant à la nécessité de prendre des mesures de protection en raison des risques d’évolution du réseau, la Communauté de Communes du Pays de Thiviers, avec l’appui et sous contrôle technique des services du Ministère de la Culture (service régional de l’archéologie d’Aquitaine et service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Dordogne ) a mis en œuvre des mesures de consolidation et d’aménagement du dispositif d’entrée dans le réseau (photos ci-dessous).

mise en place d'étais dans les galeries sensibles

Après un appel d’offre passé en janvier 2006, les travaux ont été réalisés par l’entreprise Ozone International (Saint-Genis des fontaines), permettant ainsi d’engager l’étude et la protection du site.

injection de résine dans un joint de sédimentation

Aujourd’hui, une seconde campagne d’aménagement de la cavité est engagée avec la mise en place de dispositifs de circulation. L’équipe pourra ainsi circuler dans le réseau tout en protégeant les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze.

mise en place de témoins dans les fissures apparues récemment

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.

présentation des membres de l’équipe scientifique

L’équipe de chercheurs constituée autour de l’étude de la grotte des Fraux rassemble archéologues, spécialistes de l’art, de la protohistoire comme de la préhistoire, environnementalistes (…) issus d’institutions telles le CNRS, le Ministère de la Culture, l’université… L’équipe vous sera présentée, au fur et à mesure de la prise de parole de ses membres sur le blog. Ceux d’entre nous qui ne souhaitent pas prendre part à ce dialogue en ligne resteront « invisibles » sur le blog.

laurent.jpg

Laurent CAROZZA
Chargé de recherche au CNRS à l’UMR 5602 Géode « géographie de l’environnement » – Maison de la Recherche de l’Université du Mirail – 5, Allées A. Machado – 31058 TOULOUSE Cedex 1 laurent.carozza@univ-tlse2.fr

Laurent est détenteur de l’autorisation de fouille de la grotte des Fraux. Chercheur spécialiste de l’âge du Bronze, il travaille sur les relations culturelles, techniques et symboliques des sociétés protohistoriques avec leur environnement. Il développe une approche du processus de complexification sociale sous l’angle des innovations technologiques et de l’interrelation société-environnement. Ses thèmes de recherche de prédilection sont : Origine et diffusion de la première métallurgie : la grande mutation ? ; caractérisation des systèmes culturels par les comportements techno-économiques et symboliques vis-à-vis du métal ; de l’identité à la pratique : les aires culturelles protohistoriques ; l’interrelation société-environnement : rythmes et causalités du processus de mutation des sociétés protohistoriques ; la dimension symbolique des sociétés protohistoriques.

    portrait albane

    Albane BURENS CAROZZA
    Ingénieur d’études au CNRSUMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes – 390 avenue de Pérols – 34970 Lattes. Ingénieur(e) au CNRS, Albane travaille sur les nouvelles méthodes d’appui aux sciences humaines et sociales, principalement en matière d’édition et de diffusion de l’information scientifique. Administrateur du blog « Champs libres », elle en est également le modérateur. Ses thèmes de recherches concernent : l’origine et la diffusion de la première métallurgie ; la dimension symbolique des sociétés protohistoriques : les manifestations pariétales à l’âge du Bronze ; formes et fonctions de l’habitat pré et protohistorique.

    Y. Billaud

    Yves BILLAUD (photo C. Enndewell)
    Ingénieur de recherche au DRASSM, Ministère de la Culture 58 bis rue des Marquisats 74 000 Annecy UMR 6565 de Chrono-Écologie yves.billaud@culture.gouv.fr Ingénieur de recherche au Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous Marines (Ministère de la Culture), Yves est géologue de formation. Sa thèse est consacrée au paléokart des Phosphorites du Quercy. Spécialiste du monde souterrain, il a notamment repris la topographie de la grotte Cosquer (Clottes et al. 2005) et dirigé une opération archéologique dans la Fontaine de Vaucluse. Archéologue protohistorien, il intervient principalement sur les habitats littoraux de l’âge du Bronze (Lac du Bourget…).Yves supervise la topographie de la grotte des Fraux.

    C. Billaud

    Christine BILLAUD
    Responsable d’une grotte aménagée touristique dans le sud-est de la France (grotte préhistorique de Thais, Saint-Nazaire-en-Royans, Drome) Christine possède une riche expérience archéologique terrestre comme lacustre. Elle a suivi une formation en géologie à Lyon I et pratique couramment spéléologie et plongée souterraine.

    portrait de stephane Petrognani

    Stephane PETROGNANI
    Doctorant à l’université de Paris I UMR 7041 ArScan clarkpetro@yahoo.frDoctorant en archéologie à l’université de Paris Iet membre du Centre de Recherche et d’Etude pour l’Art Préhistorique, Stéphane prépare une thèse consacrée à une nouvelle perception de l’art pariétal « ancien », une approche critique des ensembles ornés aurignaciens, gravettiens et solutréens. Depuis plusieurs années, il se forme aux méthodes de relevé pariétal sur le site de Marsoulas, sous la direction de Carole Fritz et Gilles Tosello.

    raphi.jpg

    Raphaelle BOURILLON
    Doctorante à l’université de Toulouse-le-Mirail UMR 5608 TRACES, CREAP raphaelle.bourrillon@univ-tlse2.frDoctorante en archéologie à l’université de Toulouse-le-Mirail et membre du Centre de Recherche et d’Etude pour l’Art Préhistorique, Raphaelle prépare une thèse consacrée aux représentations sexuées à caractère humain dans l’art du Paléolithique supérieur européen. Cette recherche a pour principal objectif la détermination de groupes culturels et l’observation de la circulation d’une thématique au cours du Paléolithique supérieur européen via un travail de terrain et une approche synoptique puis statistique des données. Elle participe depuis plusieurs années aux campagnes d’étude de l’art pariétal de la grotte de Marsoulas (chantier dirigé par Carole Fritz et Gilles Tosello).

    carole02.jpg

    Carole FRITZ
    Chargé de recherche au CNRSUMR 5608 TRACES, CREAPUniversité Toulouse le Mirail 2 carole.fritz@univ-tlse2.fr
    Chercheur spécialisé en art paléolithique, Carole travaille notamment sur la gravure magdalénienne. Elle est membre du Centre de Recherche et d’Etude pour l’Art Préhistorique et de l’UMR toulousaine TRACES où elle développe une recherche axée autour de diverses thématiques : l’art paléolithique d’Europe occidentale ; l’archéologie des grottes et abris ornés- la méthodologie des arts rupestres et mobiliers.

    portrait de G. Tosello

    Gilles TOSELLO
    UMR 5608 TRACES, CREAP Université Toulouse le Mirail 2 
    mail : gilles.tosello@wanadoo.fr
    page perso : http://pagesperso-orange.fr/gilles.tosello
    Diplômé en arts graphiques, Gilles Tosello est docteur en Préhistoire. Depuis 1985, il exerce son métier de plasticien dans des domaines variés, revues et ouvrages grand public, expositions, musées etc… Sa double compétence lui a permis d’acquérir un profil professionnel original. Il peut intervenir dans tout projet lié à la communication culturelle et en particulier à l’étude de l’art des origines…

    portrait de pierre Grusenmeyer

    Pierre GRUSSENMEYER
    Professeur des Universités à l’INSA de Strasbourg Equipe MAP-PAGE (Photogrammétrie Architecturale et GEomatique) UMR MAP n°694 24, Bd de la victoire 67084 STRASBOURG Cedex Professeur et Directeur du Département Génie Civil et Topographie, Pierre est responsable de l’équipe de recherche PAGE (Photogrammétrie Architecturale et GEomatique) de l’UMR MAP 694 (Modèles et simulations pour l’Architecture, l’urbanisme et le Paysage) sous les tutelles du CNRS et du Ministère de la Culture et de la Communication. L’équipe MAP-PAGE, basée à l’INSA, est rattachée à l’Ecole Doctorale ED269 (Mathématiques, Sciences de l’Information et de l’Ingénieur) de l’Université de Strasbourg. Ses thèmes de recherche concernent : la documentation du patrimoine culturel par photogrammétrie et lasergrammétrie ; la photogrammétrie rapprochée (génie civil et métrologie) ; le développement de systèmes topométriques mobiles ; l’intégration des données spatiales dans les systèmes d’information tridimensionnels.

    samuel2.jpg

    Samuel GUILLEMIN
    Technicien de classe exceptionnelle à l’INSA Strasbourg Equipe MAP-PAGE (Photogrammétrie Architecturale et GEomatique) UMR MAP n°694 24, Bd de la victoire 67084 STRASBOURG CedexTechnicien au sein du département génie civil et topographie de l’INSA de Strasbourg, Samuel produit et exploite des données numériques en 3D à l’aide du scanner laser terrestre et des systèmes de photogrammétrie numérique de l’équipe MAP-PAGE UMR 694.Ses projets les plus marquants :1994-1997 : restitutions photogrammétriques de vestiges archéologiques en collaboration avec l’Ecole Française d’Athènes1996-1999 : Missions en Egypte dans le cadre de la Coopération en photogrammétrie entre l’ENSAIS et l’Université du Caire.2001-2004 : Réalisation de Modèles Tridimensionnels Urbain (Le Havre, Strasbourg, Montpellier)2005-2007 : Réalisation de Modèles Numériques de Terrains de Glaciers (Mer de Glace et Argentières) dans le cadre de l’ACI MEGATOR.2006-2008 : Relevés lasergrammétriques du lycée international des pontonniers de Strasbourg, du château d’Andlau (Alsace), de l’abbaye de Niedermunster (Alsace) et du musée des moulages de l’Université de Strasbourg.

     

    photo noelle

Noelle PROVENZANO
Chargée de recherche au CNRS à l’UMR 5140 “Archéologie des Sociétés Méditerranéennes” – 390 avenue de Pérols – 34970 Lattes — noprovenzano@interfree.it
Noëlle est spécialiste de la technologie des matières osseuses dans les sociétés protohistoriques du Néolithique final et de l’Age du Bronze. Elle travaille notamment sur les productions sur matières dures animales dans la culture des Terramare (Italie) où elle étudie les interactions des différents systèmes techniques et analyse les comportements techniques, économiques et sociaux et leurs implications dans la structuration sociale des sociétés protohistoriques.

Pierre GUIBERT

Ingénieur de Recherche au CNRS UMR 5060, Institut de Recherche sur les Archéomatériaux – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, Maison de l’Archéologie (IRAMAT-CRP2A), 33607 Pessac (guibert@u-bordeaux3.fr).

Physico-chimiste de formation initiale, Pierre Guibert est titulaire d’un doctorat et d’une HDR archéomatériaux et spécialiste de chronologie par thermoluminescence. Son activité scientifique est organisée autour d’objectifs méthodologiques (amélioration des méthodes, ouverture vers de nouveaux champs d’application) et archéologiques (Préhistoire et Archéologie médiévale). Il est actuellement directeur de l’IRAMAT-CRP2A et responsable du RTP Archéométrie. À la Grotte des Fraux, il se propose d’utiliser la thermoluminescence sur les grains de quartz présents dans les foyers de la Grotte des Fraux afin d’établir une échelle d’intensité et une cartographie des états de chauffe. Un couplage avec la susceptibilité magnétique des minéraux chauffés mesurée in situ permettra d’affiner la caractérisation des foyers des Fraux.

 

Didier GALOP

Chargé de Recherche CNRS à l’UMR 5602 – GEODE
Bureau C236 Maison de la Recherche de l’Université du Mirail
5, Allées A. Machado – 31058 TOULOUSE Cedex 1
didier.galop@univ-tlse2.fr

Didier Galop travaille essentiellement sur l’anthropisation des écosystèmes et l’histoire de l’environnement ainsi que sur les relations climat / sociétés. Il est responsable du Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Paysage et environnement : de la reconstruction du passé aux modèles prospectifs ».

Ses principales activités de recherche s’articulent autour de :
 – l’approche palynologique des dynamiques de l’anthropisation en milieux montagnards (Pyrénées, Massif central, Montagne noire, Alpes, Monts Apusènes (Roumanie) et plus largement du sud de la France (Littoraux atlantique (Pays basque, Landes, Saintonge) et méditerranéen (Languedoc-Roussillon) ;
– les recherches sur les dynamiques du climat dans les Pyrénées (reconstitution quantitatives en collaboration avec le LCE) ;
– les recherches sur l’évolution paléoenvironnementale des Petites-Antilles (Ile de Saint-martin) ;
– le paléoenvironnement et relation climat société dans les basses terres Maya (Petèn guatemaltèque, Mexique) ;
– les recherches méthodologiques sur la calibration fonctionnelles des signatures polliniques d’anthropisation ;
– le développement de nouvelles approches et de nouveaux bio-indicateurs appliqués à la reconstitution des dynamiques d’anthropisation.

 

François LÉVÊQUE

Maître de conférences HDR à l’université de la Rochelle – UFR Sciences et Technologie

Département des Sciences de la Terre – UMR 6250 « Littoral, Environnement et Sociétés »

email : fleveque@univ-lr.fr

http://perso.univ-lr.fr/fleveque/

 

François Lévêque, géophysicien spécialiste du magnétisme environnemental, conduit sur le terrain  des recherches sur la mesure des anomalies magnétiques et en laboratoire sur la caractérisation des matériaux. Ses travaux portent plus particulièrement sur la contamination en éléments traces métalliques, sur les processus pédologiques et plus généralement sur les évolutions du paléoenvironnement. Sa thèse était consacrée à l’étude paléomagnétique de gisements fossilifères.


 

 

Vivien MATHÉ

Maître de conférences à l’université de la Rochelle – UFR Sciences et Technologie

Département des Sciences de la Terre – UMR 6250 « Littoral, Environnement et Sociétés »

vmathe@univ-lr.fr

http://perso.univ-lr.fr/vmathe/

 

Vivien Mathé est spécialisé en imagerie géophysique de surface et en magnétisme environnemental. Il développe des recherches appliquées à l’archéologie et aux sciences du sol. Sa thèse portait sur les signaux magnétiques dans les sols.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Benoît CAZALET

Benoît est étudiant à l’INSA de Strasbourg dans la spécialité Topographie.

benoit.cazalet@insa-strasbourg.fr

 

Nadia Cantin

 

 

 

 

 

 

 

Nadia CANTIN

Nadia est ingénieur d’études au CNRS à l’UMR 5060 – Institut de Recherche sur les Archéomatériaux – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, Maison de l’Archéologie (IRAMAT-CRP2A), 33607 Pessac.

Sa spécialité est l’étude archéométrique des céramiques archéologiques. Ses connaissances en pétrographie l’amène aujourd’hui à s’intéresser aux grès de la grotte des Fraux. À partir de la caractérisation de ces matériaux, elle participera au travail de détermination des processus de dégradation qui entrent en jeu.

nadia.cantin@u-bordeaux3.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurélie BRODARD

Aurélie est étudiante à l’université de Bordeaux 3 en Master 2 Pro « Matériaux du Patrimoine Culturel ». Physicienne de formation, elle effectue cette année (sous la direction de Pierre Guibert, François Lévêque et Vivien Mathé) un stage sur la caractérisation et la localisation de foyers de la grotte des Fraux. C’est dans le but de reconstituer les paléotempératures des foyers de la cavité et de réaliser une cartographie de ces structures par mesure d’anomalie magnétique qu’Aurélie contribuera au travail de couplage des méthodes TL et magnétique.

 

Jean-Denis VIGNE

Directeur de recherche au CNRS – UMR7209 Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements

Museum National d’Histoire Naturelle – Département Ecologie et gestion de la biodiversité – Bât. 56, 55 rue Buffon – CP 56 – 75005 Paris

Archéozoologue, Jean-Denis Vigne est directeur de recherches au CNRS ; il dispense également un enseignement au Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris). Il dirige le laboratoire de bio archéologie « Archéozoologie, archéobotanique » du muséum, le réseau européen Bioarch, le groupe de travail international « Archéozoologie et Génétique », ainsi que plusieurs programmes de recherche nationaux ou internationaux. En se fondant principalement sur l’analyse des ossements animaux issus de sites archéologiques, il a contribué à documenter la Préhistoire et l’Histoire des cultures insulaires méditerranéennes et à documenter leurs interactions avec la biodiversité et l’environnement. Il fonde son travail sur des analyses archéozoologiques enracinées dans une forte activité de terrain et sur une perception structuraliste des relations homme-animal (systèmes techniques ou symboliques). Il travaille actuellement sur plusieurs projets de recherche relatifs aux débuts de l’élevage, notamment en Asie centrale, à Chypre et dans le Midi de la France.