Première datation C14 pour la grotte des Fraux

Durant la campagne de terrain 2008, plusieurs échantillons ont été prélevés en vue de la réalisation de datations radiocarbone. Le premier résultat vient de nous être transmis.

Cette datation a été effectuée sur un charbon de bois prélevé dans la paroi de la galerie 9. Interprété comme un résidu carbonisé de dispositif d’éclairage (torche ?), cet élément se trouve de manière indéniable en position primaire. Le résultat obtenu en décembre 2009 montre qu’avec une probabilité de 95.4%, la date se situe entre 1450 et1290 bc. Ce résultat, en conformité avec les faits archéologiques, couvre une plage de temps comprise entre la seconde moitié du 15ème siècle et le début du 13ème siècle avant notre ère, soit la fin du Bronze moyen et les touts débuts du Bronze final. Cette date vient corroborer les données typo-chronologiques déduites de l’examen des mobiliers céramiques. Certains éléments mobiliers sont attribuables à la fin du Bronze moyen, et notamment les pièces de type «groupe des Duffaits ». La compatibilité entre la datation et certains mobiliers céramiques nous incite à retenir cette date comme un premier jalon chronologique de l’occupation de la grotte des Fraux.

Prélèvement d'un charbon de bois pour analyse 14C à l'intérieur d'un trou de torche (secteur 9 de la grotte)

Prélèvement d'un charbon de bois pour analyse 14C à l'intérieur d'un trou de torche (secteur 9 de la grotte)

recherche exploratoire

Dans la perspective de soumettre un PEPS (Projets Exploratoires Pluridisciplinaire) auprès de l’Institut d’Ecologie et Environnement du CNRS (INEE), l’équipe qui conduit des recherches archéométriques sur les structures de combustion s’est réunie lundi à bordeaux, dans les locaux du CRP2A.

Les recherches engagées en 2008 de manière à spatialiser et reconstituer les paléo-températures des foyers en couplant magnétisme et thermo-luminescence font l’objet spécifique de ce projet. Ainsi, le magnétisme permet de dresser une cartographie des zones dont la modification du champs magnétique local révèle une thermo-tranformation ; la thermo-luminescence permettant quant à elle de reconstituer, par la capacité des quartz à enregistrer durablement une partie de l’énergie fournie par la radioactivité naturelle, un paléo-thermomètre susceptible de calibrer ce signal.

carte MAG

Le couplage, encore jamais expérimenté, de ces deux méthodes doit ainsi permettre de modéliser les feux en croisant ces différentes variables avec d’autres données (fonction, combustible, modélisation 3D de l’environnement…). 

http://www.cnrs.fr/edd/recherche/PEPS.htm