l’esprit du blog

Pourquoi un blog ?

Ce projet de blog est issu d’une proposition de Marin Dacos – responsable de Revues.org – et d’une volonté de notre part de communiquer différemment autour de la recherche en sciences sociales.

L’idée de départ est simple : la recherche se construit par touches, par cumul. Réflexions, débats, contradictions (…) participent de ce processus de construction de la recherche dont la richesse de la démarche réside dans les bifurcations et les buissonnements. Le plus souvent, ces temps de la recherche se réduisent à des moments où l’équipe se retrouve à huis clos pour débattre, échanger, confronter idées et hypothèses. D’autres instants clé – à l’image des colloques, conférences ou publications collectives – relèvent de ce même processus : aiguiser ses arguments pour présenter l’état, souvent partiel, de ses hypothèses et de ses réflexions.

Ces temps de la recherche sont codifiés, encadrés, balisés, conférant à l’approche scientifique une part de mystère aux yeux du grand public. Si la communauté scientifique s’accommode de cette pratique – car elle en partage les codes et les sous-entendus – le profane et le curieux peuvent rester circonspects quant à la manière dont sont transmises ces parcelles de connaissances.

Bien que l’archéologie bénéficie auprès du public citoyen d’un profond engouement, elle n’en est pas moins sujette aux dérives obscurantistes : ainsi les folles rumeurs sur l’origine extra-terrestre d’Ötzi (l’homme des glaces daté du Chalcolithique découvert dans le Tyrol autrichien) ; les polémiques et tergiversations liées à la malédiction de Toutankhamon ; les atermoiements sur l’authenticité du disque Bronze moyen de Nebra. Ce sentiment se trouve d’autant plus exacerbé que les recherches touchent à des thèmes en prise directe avec les questionnements de nos sociétés contemporaines, confrontées à l’accélération des rythmes des changements environnementaux, sociaux et culturels.

Le monde particulier de l’art et de la grotte, avec tout ce que ces domaines véhiculent comme images et imaginaires mais également comme interdits, incarne les difficultés de confrontation à un objet de recherche particulier. Parce que la communauté scientifique et le public accèdent avec difficulté à ces milieux physiques et mentaux, notre volonté est de mettre à disposition des chercheurs et des citoyens ces éléments de réflexion.

Cette posture pourra sembler schizophrénique ! Comment allier tout à la fois le bon déroulement d’un programme de recherche – tel qu’il requiert de peser les hypothèses, de tester les protocoles, de valider ces résultats …) – et la divulgation de données brutes, non abouties et susceptibles d’être contredites ! C’est là tout l’enjeu de ce blog de chercheurs : communiquer très rapidement des données sur un portail scientifique tout en se donnant la liberté de se contredire et de se déjuger. Telle est l’idée qui nous a séduits dans ce projet.

Quelle forme donner à ce blog ? Pour un archéologue, le cahier de fouille – autrement appelé « carnet de terrain » – constitue le lien, la mémoire entre les premiers coups de truelle et la publication. Le carnet de fouille constitue, à chaque instant d’élaboration de la recherche, le document clé auquel il est fait référence. Ce journal de fouille constitue une pièce maîtresse : l’archéologue y consigne, outre les données de terrain, ses impressions, ses remarques, ses interrogations. Souvent griffonné, support de croquis et de schéma, le journal accompagne le chercheur comme le carnet l’architecte. Une fois la fouille achevée et publiée, ce journal, acteur et témoin de la recherche, revêt un statut d’archive.

Notre objectif est de faire de ce blog un carnet de fouille interactif, à la fois témoin de la fouille qui s’engage, archive de la recherche. Il se veut également le fruit d’un échange auquel nous vous convions.

« l’intellectuel collectif de Pierre Bourdieu »

Quelques lignes extraites de l’ouvrage « Célébration du génie colérique » de Michel Onfray. L’image de « l’intellectuel collectif » , telle que proposée par le sociologue Pierre Bourdieu, est modestement reprise par l’équipe animant ce blog.

… Pierre Bourdieu met les résultats en commun. Contre le foisonnement classique de l’intellectuel solitaire, isolé, il propose l' »intellectuel collectif » susceptible d’augmenter les forces par un travail d’équipe. Ses livres- parfois co-signés, construits à partir de recherches arrêtées en groupe, rédigés à l’aide de questionnaires élaborésà plusieurs, d’enquêtes dépouillées-, ses articles, sa revue, ses séminaires, ses cours démontrent la possibilité, ici et maintenant du corporatisme de l’universel appelé de ses voeux pour s’opposer à la figure médiatique solitaire dominante …

Extrait de : Célébration du génie colérique de Michel Onfray éditions Galilée ISBN 2-7186-0558-8

M. Onfray - celebration du genie colerique

Merci à Pierre pour le prêt « prolongé » de cet ouvrage

Rapide historique d’une découverte

Laurent Carozza, le 8-07-2007

Quand il a vu se vider le lac collinaire qu’il avait creusé quelques années auparavant, un agriculteur du Périgord Vert, Monsieur Edmond Goineaud, était loin de se douter de ce qui se passait sous ses pieds ! Le fond du petit lac laissait en effet apparaître une étroiture obscure. Des spéléologues s’aventurèrent alors pour explorer ce réseau et expliquer les raisons pour lesquelles le lac s’était soudainement vidé. Après avoir déblayé les sédiments qui obstruaient la faille, la réponse ne tarda pas à surgir. Le plafond d’une grotte venait de céder et donnait accès, pour la première fois depuis la Préhistoire récente, au réseau de galeries de la grotte des Fraux. Constatant la présence de vestiges archéologiques, les spéléologues prévenaient Monsieur Norbert Aujoulat, Conservateur du Patrimoine au Ministère de la Culture (Centre National de Préhistoire de Périgueux) et Monsieur Chrisitian Chevillot, archéologue, qui firent les premières observations (document annexé).

Cette première mission d’étude permit, par arrêté du 24 octobre 1995, l’inscription de la Grotte des Fraux au titre des © Monuments historiques :

« Catégorie : Site archéologique, grotte ornée époque de construction : âge du Bronze historique : Vestiges de l’ âge du Bronze. Témoignages d’art pariétal. décor : décor rupestre propriété de la commune ; propriété d’une personne privée date protection MH : 1995/10/24 : inscrit MH type d’étude : recensement immeubles MH N° notice : PA00135171, 1995 »

Depuis sa découverte en 1989, la grotte des Fraux a été mise volontairement en « sommeil » jusqu’à aujourd’hui, pour des raisons de sécurité. En effet, de grosse dalles instables menaçaient de s’affaisser et des blocs du plafond de se détacher.

positionnement d'étais à la verticale de dalles du plafond menaçant de s'effondrer

Le contexte géologique particulièrement instable, formé de dalles de grès et d’horizons davantage marneux, génère un environnement particulier dont la faible profondeur du réseau accentue cette impression d’instabilité.

boulonnage de dalles du plafond menaçant de se détacher

Après une expertise du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, concluant à la nécessité de prendre des mesures de protection en raison des risques d’évolution du réseau, la Communauté de Communes du Pays de Thiviers, avec l’appui et sous contrôle technique des services du Ministère de la Culture (service régional de l’archéologie d’Aquitaine et service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Dordogne ) a mis en œuvre des mesures de consolidation et d’aménagement du dispositif d’entrée dans le réseau (photos ci-dessous).

mise en place d'étais dans les galeries sensibles

Après un appel d’offre passé en janvier 2006, les travaux ont été réalisés par l’entreprise Ozone International (Saint-Genis des fontaines), permettant ainsi d’engager l’étude et la protection du site.

injection de résine dans un joint de sédimentation

Aujourd’hui, une seconde campagne d’aménagement de la cavité est engagée avec la mise en place de dispositifs de circulation. L’équipe pourra ainsi circuler dans le réseau tout en protégeant les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze.

mise en place de témoins dans les fissures apparues récemment

Images publiées avec l’autorisation de Monsieur Edmond Goineaud (propriétaire de la grotte), réalisées dans le cadre de l’opération de recherche, à partir des œuvres originales contenues dans la grotte des Fraux.