Recherches croisées

Billet rédigé par par Eric Robert (post-doctorant USM 103 MNHN, UMR-7041)

 

Ma participation à cette campagne d’étude de la grotte des Fraux est l’occasion de pratiquer et de comparer plusieurs travaux archéologiques engagés en milieu souterrain.

Le premier d’entre eux a été le relevé des représentations pariétales. Après avoir déterminé les séquences de réalisation des différents tracés abstraits digités, nous avons procédé –  Stephane Petrognani et moi – à l’enregistrement graphique de ces tracés (voir les billets de Stephane pour le détail de la procédure). Cette étape décisive permet d’affiner la lecture, de préciser les superpositions et reprises éventuelles de certains tracés, ainsi que de faire figurer les reliefs de la paroi.

Le lien étroit entre représentations pariétales et mobilier, constant dans les galeries de la grotte, se manifeste au pied du panneau orné du secteur 13 sur lequel nous avons travaillé cette semaine, par la présence d’une série de céramiques en place. La vision constante de ces objets pendant le relevé nous rappelle en permanence le contexte si exceptionnel de ce site.

 

 

Cette campagne est aussi l’occasion de participer à d’autres volets de la recherche, notamment par la fouille d’un nouveau sondage dans le secteur 10, et par le relevé de sol archéologique dans le secteur 13. A chaque fois, l’association entre domaine pariétal et paléosol est étroite.

Ainsi le dégagement des premières couches du sondage ouvert du secteur 10, dans des conditions rendues difficiles par la forte humidité due à la météo, s’est fait à l’aplomb d’une représentation associant 5 tracés en zigzag, image caractéristique de la grotte des Fraux (alors qu’il nous est totalement inconnu dans le domaine pariétal paléolithique).

 

 

Fouille du sondage 3 (secteur 10)

 

Quant au relevé des structures dans le secteur 13, autour du point topographique 117, il est l’occasion de pratiquer une autre approche du relevé. Celui-ci, à la différence du pariétal, ne se fait pas sur photo, mais en parallèle avec la prise de vue. Les mesures effectuées au sol, à partir du point topographique, servent d’appui à la restitution au 1/10ème des structures en place (artefacts, pierres, nature des sols…).

 

 

Relevé des sols archéologiques du secteur 13

 

Le relevé représente une référence témoin d’un état de la surface à un moment donné (avant ou après un nettoyage ou une fouille par exemple), là où le relevé pariétal apporte un éclaircissement sur la forme ou la nature de l’élément représenté.

La réalisation conjointe de ces opérations archéologiques dans un même site constitue ainsi un moyen rare (pour un préhistorien pariétaliste) d’aborder simultanément intra situ les différents témoins de production matérielle et de choix culturels de sociétés humaines (d’une même période).  

Pour une histoire de la découverte de la grotte des Fraux

Le projet scientifique porté par notre équipe se construit autour d’une approche globale, incluant en outre la dimension historique de la découverte de la grotte et la mise en place de son étude. C’est dans cet esprit que nous avons souhaité très rapidement travailler sur les archives relatives à la grotte (articles de presse / articles scientifiques / affiches…) comme sur les témoignages oraux que nous recueillons.

Le recensement des articles scientifiques et informations disponibles en ligne a été réalisé l’an passé ; celui des articles de presse (presse régionale, bulletins municipaux et intercommunaux…)  a pu être rapidement mené à bien grâce à l’assistance des propriétaires de le grotte qui ont mis à notre disposition la revue de presse depuis la date de la découverte du réseau. Articles et affiches ont été scannés, dépouillés et analysés dans le double objectif d’établir un calendrier précis de la découverte, des visites organisées et de la mise en place de sa consolidation et de son étude d’une part, et de l’évolution progressive de la représentation de la grotte dans l’imaginaire des propriétaires, des partenaires de l’opération, comme du grand public.

Ce premier billet de la rubrique « historique de la découverte »  est consacré au calendrier des évènements, tels que relayés dans les médias. Son étude critique fera l’objet d’un autre billet, rédigé à l’aune des témoignages oraux que nous nous proposons de recueillir dans un avenir très proche.

 

Calendrier d’une découverte –

– 15 novembre 1989 :

Découverte de la grotte des Fraux par Edmond Goineaud (propriétaire des lieux) et première exploration du réseau par des membres de l’association ACRE (source : bulletin d’information intercommunal n°2).

 

– entre le 15 novembre 1989 et le 14 décembre 1989 :

Communication en cascade de la découverte de la grotte des Fraux auprès du maire de Saint-Martin-de-Fressengeas, des gendarmes, du sous-préfet, puis des « scientifiques ».

 

– jeudi 14 décembre 1989

Visite de la grotte par des représentants de la direction régionale des antiquités préhistorique (Ministère de la Culture et de la Communication), d’un représentant du service départemental d’archéologie, d’un correspondant des antiquités historiques en Dordogne et d’un membre du Centre National de Préhistoire de Périgueux (CNP).

Fermeture de la grotte par une grille.

 

– 15 décembre 1989

Parution d’un premier article dans la presse régionale (Sud-Ouest) titrant  » Un trésor de l’âge du Bronze » et relatant la découverte d’un trésor scientifique datant de 1400/900 avant notre ère, rapidement protégé par des spécialistes. Il mentionne la rumeur d’une découverte de pièces d’or… Une photographie prise à l’entrée de la grotte illustre l’article ; le propriétaire de la grotte et son fils figurent sur le cliché.

 

 

Un autre article intitulé « Un Lascaux de l’âge du BronzeDécouverte archéologique près de Thiviers. Grâce à la discrétion des inventeurs et des propriétaires, le site sera bien préservé  » relate la visite de la grotte par les spécialistes la veille, et les libations proposées par les propriétaires aux convives. Mention est faite de chapelet de foyers, de traces d’aménagement au sol, de céramiques…

 

 

– 16 décembre 1989

L’article «  Le Lascaux de l’âge du Bronze «  fait part d’un mastic dans l’article paru la veille dans le même journal.

 

– décembre 1989

Parution d’un court article dans le bulletin municipal « La gazette de Saint-Martin » relate la découverte du site et donne une courte description des trouvailles tout en précisant que la grotte est sous contrôle des archéologues (entrée de la grotte condamnée).

 

– fin décembre 1989 :

Premiers relevés photographiques des parois de la grotte et des vases découverts dans le réseau par le correspondant des antiquités historiques en Dordogne et le représentant du CNP.

 

– non daté :

« L’agriculteur » reprend les éléments déjà publiés par sud-Ouest.

 

– 2 janvier 1990

Publication du papier « À Saint-Martin-de-Fressengeas, la « psychose du trou » : les spéléologues à l’origine de la découverte de la grotte des Fraux sont sollicités pour diagnostiquer tous les « trous » découverts dans la région !

 

– janvier 1990 :

Un article dédié aux sports de plein air mentionne la spéléologie et la découverte la découverte récente d’un Lascaux de l’âge du bronze à st-Martin-de-Fressengeas par un groupe de spéléologues amateurs.

 

– avril 1990 :

Annonce dans plusieurs médias (presse papier) des 2 séances de projections de diapositives organisées par l’association l’ACRE (en présence de 2 archéologues) autour de la présentation de la grotte des Fraux.

 

– samedi 28 avril 1990  et dimanche 29 avril 1990

L’association l’ACRE organise dans la salle polyvalente 2 séances payantes de projection relatives à La grotte des Fraux en présence des archéologues.

 

– début mai 1990 :

Sud-Ouest relève le succès des 2 séances de présentation de la grotte des Fraux par les spéléologues de l’association l’ACRE et des archéologues.

 

– 9 aout 1990 :

Le propriétaire du site fait paraître dans Sud-Ouest l’interdiction de toute projection de diapositives relatives à la grotte sans son autorisation écrite

 

– 14 septembre 1990 :

Le journal Sud-Ouest  annonce la diffusion par France 2 du reportage « Les enfants de Lascaux », regardé par Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte des Fraux.

 

Le même jour dans les pages « Sarlat » paraît un article « L’âge du Bronze est aussi un  âge d’or

sous-titre : Une soirée gauloise déguisée conclura ce soir le très sérieux premier colloque européen de protohistoire de Beynac, sur l’âge du Bronze final » mentionnant la tenue d’un colloque européen de protohistoire à Beynac (sur le Bronze final), en présence du propriétaire de la grotte des Fraux et de  son fils.

 

 

– juillet 2006 :

Le Bulletin d’information intercommunal mentionne le projet de consolidation de la grotte.

 

Nous sommes preneurs de toutes infomations relatives à la découverte de la grotte des Fraux

Les gestes à l’intérieur de la grotte : préservation des sols archéologiques

La circulation à l’intérieur de la cavité (entre 1989 et 2007), précédemment à l’intervention de l’équipe scientifique, a par endroit sensiblement altéré les sols archéologiques. C’est pourquoi nous avons,dès le début de notre intervention dans le réseau,  souhaité avoir pour priorité la préservation des sols archéologiques, des parois de la cavité et des vestiges mobiliers. L’équipe a mis en place un protocole de travail qui va de la constitution de binôme dont chacun des membres assure la surveillance de l’autre, à la sélection d’un matériel permettant de minimiser les impacts, en passant par  une gestion rationalisée de l’occupation du réseau en évitant le croisement des équipes.

 

 

Sur le cliché ci –dessus, on voit par exemple l’usage systématique de tapis gonflé d’air servant de support aux équipements photographiques ou topographique (absence de traces de pieds photo…) et de chaussons en néoprène ne laissant aucune empreinte de pied sur les sols argileux.

Relevé des parois ornées – suite

Suite à la couverture photographique d’un panneau et au remontage numérique en mosaïque des clichés, nous sommes entrés dans une phase préparatoire au relevé in situ.

Le tirage papier à 85% de la taille réelle du panneau a été effectué sur la base d’un assemblage des clichés (mosaïque).

 

 

tirage papier de la mosaïque photographique

 

Ce document de travail servira de base à l’analyse des tracés. Ce travail est systématiquement effectué dans la grotte, face à la paroi, dans un soucis de contrôle des tracés (ombrage, recoupements…). Un film transparent, sur lequel la phase d’analyse et d’enregistrement sera notée, est appliqué sur la mosaïque photographique.

 

 application du film transparent sur la mosaïque

motion pour la défense du CNRS

Aujourd’hui, Mardi 27 Mai 2008, les personnels CNRS et les doctorants et post doctorant participant à la fouille archéologique de la grotte des Fraux se déclarent solidaires des personnels de la recherche en grève contre la réforme du CNRS et pour la défense de la recherche publique.

 

Motion votée à l’unanimité des présents.

Prise de contact : premières impressions d’Eric Robert (post doc – UMR 7041 et USM 103 du MNHN)

Présent pour cette campagne de printemps 2008, la troisième depuis le début de l’étude du site en 2007, j’accompagne Stephane Petrognani (doctorant Paris 1 chargé de l’étude pariétale sous la responsabilité de C. Fritz et G. Tosello) afin de l’assister dans la réalisation des premiers relevés des représentations de la grotte.

La première descente, effectuée dimanche, a été l’occasion de faire mes premiers pas dans la grotte des Fraux, un site aux caractéristiques exceptionnelles, notamment par la présence de sols archéologiques recelant un riche matériel en place : céramiques entières ou fragments, ossements, foyers (…) côtoient les représentations, gravures ou tracés digitées.

 

Cette prise de contact est l’occasion de prendre conscience de la diversité de ces représentations, réparties dans les différentes galeries : de nombreuses séries de digitations parallèles ainsi que des tracés géométriques complexes radicalement distincts du corpus abstrait habituel de l’art paléolithique européen.

 

Les deux premières séances de travail ont permis de mettre en place la lecture du panneau de tracés digités, qui fera l’objet des premiers relevés dans cette campagne (secteur 13 – point topo 119).

Malgré l’humidité de la zone d’accès de la grotte, nous sommes au sec pour engager les premières observations, notamment pour déterminer la chronologie des traits. Cette étape préalable au relevé consiste en effet à faciliter la lecture en déterminant l’ordre de réalisation de chacun des traits par l’équivalent d’un « diagramme de Harris » appliqué à l’art pariétal. Les différentes séquences de réalisation des 28 tracés digités qui composent le panneau sont ainsi reconstituées.

D’autres observations complémentaires sur le contexte du panneau clôturent cette étape du travail, avant de s’attaquer au relevé en lui-même.

Relevé des parois ornées

billet rédigé par Stephane Petrognani (doctorant à l’université Paris I)

 

L’une des prérogatives dégagées lors de la session de novembre 2007 était la mise en place d’une étude pariétale des secteurs 11 / 13, en cohérence avec la priorité d’aménagement de passerelles dans cet espace. L’installation des passerelles n’ayant pas encore commencé, il a fallu réfléchir à l’approche analytique à mettre en place.

Nous concentrerons notre premier travail de relevé sur un panneau du secteur 13 (au niveau du point topographique 119), constitué de tracés digités, pour enregistrer les interventions anthropiques, bien sûr, mais également les facteurs liés au contexte pariétal comme la morphologie du support ou la présence de griffades. Un relevé sur base photographique avec traitement infographique est choisi. Le principe de cette méthode se résume en 4 étapes essentielles :

 

– une couverture photographique de la paroi prenant en compte les contraintes d’orthogonalité et de distance ;

                       

– un traitement infographique basé sur l’élaboration d’une mosaïque photographique tirée ensuite sur papier (étape actuellement en cours) ;

 

– un travail in situ d’enregistrement à l’aide d’un système de décalque sur film transparent ;

 

– une numérisation des relevés avec la constitution d’une charte graphique précisant les gravures, tracés digités…, mais également les artefacts naturels.

 

 

mosaïque photographique du panneau en cours d’étude

cliché publié avec l’aimable autorisation d’Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte

 

 

Dès la prochaine campagne d’étude, l’intervention de spécialistes de l’imagerie 3D de l’UMR MAP de Strasbourg, ouvrira des perspectives complémentaires en terme de relevé et de visualisation de la cavité dans sa globalité.

Le temps est à l’orage !

Dimanche 25, premier jour de fouille et de relevé de la campagne de printemps à la grotte des Fraux. La matinée a été consacrée à l’équipement de la cavité et à l’installation du matériel de fouille. Les intempéries de ce printemps pluvieux ont entraîné un affaissement du talus  permettant l’accès à la cavité, bloquant de la sorte la porte métallique. Quelques travaux de terrassement à prévoir pour l’équipe.

chemin d\'accès au sas d\'entrée de la grotte

Vers 14 heures, premiers signes d’un orage. 14h30 coups de tonnerre et pluie ininterrompue jusqu’à 18h30. Dans la grotte, on entend le rythme des gouttoirs s’intensifier. Puis ce sont les ruissellements, petits filets d’eau ; rigoles qui se gonflent. A proximité de l’entrée de la cavité, les parois suintent. L’eau s’infiltre dans les failles depuis la surface et vient grossir le flux de rigoles. Le réseau est actif ! 

A l’extérieur, le drainage installé au-dessus de la cavité montre toute son efficacité. Le tuyau de 200 mm présente un débit impressionnant.

 

drainage des eaux de ruissellement

 

L’accès à la cavité est devenu boueux ; et se transforme en un petit ruisseau. A 17 heures, nous arrêtons de fouiller ; le sondage 2 du secteur 10 est noyé.

 

sondage 2 noyé Il devient difficile d’extraire les sceaux de sédiment de la cavité tant l’accès vertical est devenu boueux. Dans la grotte, l’accès à la galerie de gauche devient impraticable et le cône d’éboulis draine les eaux de surface.

21h30, il pleut toujours ! Nous avons de la chance, la station de météo France pour la région de Nontron se situe précisément à Saint-Martin-de-Fressengeas, à quelques encablures de la grotte des Fraux. Les prévisions pour les jours à venir ne sont pas des plus optimistes…