Art pré et protohistorique dans la vallée de Côa (Portugal)

En mission au Portugal dans le cadre d’un projet de recherche développé en partenariat avec l’université de Porto (PHC Pessoa «  Rôle et fonction des enceintes monumentales dans la construction des territoires chalcolithiques en Europe occidentale : regards croisés sur la France méridionale et le nord du Portugal »), nous avons été invités par nos collègues portugais à rencontrer l’équipe du Parc Archéologique de la Vallée de Côa.

Ce contact très fructueux nous a permis, outre la visite de sites archéologiques fantastiques, de visiter le laboratoire de recherche en charge du relevé et de l’étude des œuvres pariétales. En nous présentant la chaîne du traitement de l’information, depuis le relevé jusqu’à la restitution, nous avons pu échanger des points de vue avec nos collègues et nous enrichir de leur expérience.

Organisme public dépendant de l’Institut Portugais d’Archéologie (IPA), le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) a pour mission de gérer, protéger et faire connaître l’art rupestre de la zone protégée de la Vallée du Côa. Il organise également des visites destinées au public (environ 70 personnes/jour). Le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) occupe une surface d’environ 20 800 hectares.

parc archéologique de la vallée de Côa - Foz Côa

Trois sites d’art rupestre sont ouverts à la visite : Penascosa, Canada do Inferno et Ribeira de Piscos. La visite de ces sites se fait au départ du centre du Parc Archéologique à Vila Nova de Foz Côa, ou de Castelo Melhor pour accéder aux sites de Penascoa ou encore de Muxagata pour visiter Ribeira de Piscos.

Les gravures paléolithiques de la Vallée du Côa sont réparties en 24 unités différentes, le long des rives du Côa, sur les derniers 17 km.

La visite du site de Ribeira de Piscos nous a permis d’observer la grande diversité des techniques mises en œuvre (gravures, rainurages, piquetages). La richesse de cette palette et la nature même du support, formé de plaques verticales de schistes lisses, livrent des figures d’une étonnante expressivité. La fuidité du trait permet de retranscrire, comme pour l’auroch de la roche 3, les détails de la posture et du port de corne. Les détails des mouvements et du comportement ont été saisis et transposés.

La visite des sites de la confluence du Côa avec le Duro nous a permis d’observer les gravures datant de l’âge du Fer. Guerriers à tête d’oiseau, chevaux, chiens, incarnent la réalité de sociétés pour lesquelles le pouvoir s’exerce au travers des signes de la domination et de la violence. Ainsi, la roche 3 de Vermelhosa montre des guerriers affrontés munis de lances et de boucliers.

Mais où se trouve l’âge du Bronze ? Question récurrente lorsque l’on traite de cette période. Si des peintures ou des représentations antropomorphes se rapportent à la période de la fin du Néolithique et au début des âges des Métaux, aucun ensemble cohérent ne peut attribué à la seconde moitié du second millénaire avant notre ère. Ce constat, qui n’est pas propre à la vallée de Côa, nous interroge une fois encore sur les changements sociaux-culturels qui interviennent durant le second millénaire avant notre ère dans l’ensemble de l’Europe.

L’inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en décembre 1998 donne au PAVC la mission de gérer tout à la fois la protection du site et la divulgation vers le public des œuvres pré et protohistoriques. La construction d’un nouveau musée qui domine la vallée du Douro ouvre une nouvelle page du développement culturel et touristique. Nous attendons avec impatience l’inauguration prochaine de ce centre d’interprétation. Comment allier protection du site, divulgation au public et développement économique ? Nous suivrons de près l’expérience de nos collègues portugais.

Nous tenons à remercier très chaleureusement António Martinho Baptista (directeur adjoint du PAVC) de nous avoir accueilli au PAVC et André Santos, archéologue, de nous avoir accompagnés et fait découvrir la grande diversité des sites gravés paléolithiques et protohistoriques.

Pour plus d’informations, consulter le site internet du Parc Archéologique de la Vallée de Côa : http://www.ipa.min-cultura.pt/coa/

L’historique de la découverte est présenté dans un article de Luis Luis paru dans Les Nouvelles del’Archéologie, 82, 4e trimestre 2000, pp.47-52 http://www.ipa.mincultura.pt/coa/sh__research_articles__folder/NDA.pdf