Où se situait l’entrée de la grotte des Fraux à l’âge du Bronze ?

L’accès actuel à la grotte des Fraux s’opère par un petit puits artificiel, lequel résulte de l’effondrement en 1989 d’une partie de la voûte de la cavité. À ce jour, nous ignorons la localisation exacte de l’entrée qu’empruntaient les « occupants » de la grotte à la fin de l’âge du Bronze. Nous ignorons également tout de la morphologie de cet ancien accès. S’agissait-il d’un petit porche ? Ou bien le versant était-il déjà colmaté par des dépôts de pente, laissant apparaître de petites infractuosités ?

La grotte des Fraux constitue un tout petit réseau horizontal. Cette spécificité permet de situer assez précisément l’altitude à laquelle devait se trouver l’ouverture de la cavité. L’orientation des galeries permet également d’estimer la position de l’entrée primitive, aujourd’hui effondrée, à hauteur de l’actuel parking aménagé à quelques mètres de l’entrée actuelle.

Pour tenter d’en reconstituer la forme, nous avons réalisé la numérisation d’une partie du versant – au profil adouci – où devait se situer l’entrée (ou l’une des entrées) permettant d’accéder à la cavité. Lorsque le modèle numérique de terrain sera réalisé, nous pourrons projeter le volume des galeries numérisées, et ainsi proposer une restitution topographique et morphologique du versant, tel qu’il se présentait à la fin de l’âge du Bronze. Le couplage avec de prospections géophysiques sera nécessaire pour préciser le niveau de pertinence des hypothèses.

Géolocalisation par GPS
Géolocalisation par GPS

Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l'âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin permettent au scanner « photon » Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées
Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l’âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin (en arrière plan sur la photo) permettent au scanner photon Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées.

Relevé du grand panneau orné du secteur 13

par Raphaelle Bourrillon et Stephane Petrognani

Dans une perspective de corrélation du travail 3D mené par l’équipe de l’INSA de Strasbourg (UMR MAP 694) et du relevé des parois ornées, nos efforts se sont concentrés ces deux derniers jours sur le « Grand Panneau » (secteur 13, paroi droite). À la suite de l’enregistrement descriptif des manifestations sur les fiches de terrain, un croquis de lecture détaillé a pu être réalisé.

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du Grand Panneau

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du "Grand Panneau" (secteur 13)

Cette étape, indispensable, permet d’enregistrer des informations graphiques (identification des représentations), techniques (tracés digités, gravures…), métriques (mesures des tracés) et stratigraphiques (mise en évidence des différentes phases d’élaboration du panneau orné). Enfin, dans une dernière étape de ce travail, nous avons procédé à la prise de clichés en haute résolution de l’ensemble du panneau sur lesquels nous réaliserons le relevé graphique, ainsi que de détails révélant la superposition des tracés.

Exemple de superposition de tracés digités sur le « Grand Panneau »

Exemple de superposition de tracés digités sur le Grand Panneau du secteur 13. Cliché publié avec l'aimable autorisation d'Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte des Fraux.

Ces informations nous permettrons à plus long terme de comparer les panneaux entre eux mais, également, entre les différents secteurs ornés de la cavité. L’étude concomitante des sols, les données de l’archéométrie et le scan 3D du secteur vont nous permettre de restituer ces manifestations graphiques dans leur contexte social et culturel.

À la poursuite du champ magnétique

À la suite du test de couplage des approches de thermoluminescence et magnétiques réalisées en octobre 2008 – notamment dans le secteur 18, au niveau d’une aire fortement rubéfiée correspondant à une structure de combustion – François Lévêque a considéré que le levé du profil en prospection magnétique (procédé non destructif) aurait gagné en finesse a bénéficier de davantage de données par unité d’espace. L’un des objectifs de cette nouvelle campagne de prospection magnétique est de parvenir à produire une haute résolution spatiale de la variation du champ magnétique et de générer des données 3D de cette variation. Pour pallier au manque de données, François a décidé de passer à un mode d’acquisition dynamique (en continu) en réalisant un positionnement déconnecté de l’acquisition des mesures du champ magnétique avec la station trimble (aimablement prêtée à l’équipe par la société GEOTOPO). Cette station permet de localiser, au cm près, un prisme solidarisé au capteur de champ magnétique. Les deux séries temporelles de mesures sont synchronisées.

prospection magnétique

prospection magnétique via un mode d'acquisition dynamique solidarisant capteur de champ magnétique et prisme.

Cette opération a été réalisée sur plusieurs m3, sur la zone cible prospectée en octobre, autour du foyer F4. En moins d’une heure, cette opération a permis d’acquérir quelque 16 000 points de mesure à comparer aux 400 points de mesure acquis l’an passé (en 2 heures de temps, sur une surface d’environ 10 m2).

Scan 3D de la galerie des foyers (secteur 18)

Les journées de lundi et mardi ont été consacrées à la numérisation 3D de la galerie 18, longue d’une trentaine de mètres. Ce travail, réalisé à l’aide du scanner Photon Faro et d’une station Trimble VX a mobilisé 4 personnes. L’exiguité des lieux – la galerie est par endroits haute d’à peine 1,20 m et large de 80 cm – a complexifié la manipulation des appareillages. Pour compléter le travail de numérisation, Pierre Grussenmeyer a effectué une série de photographies numériques en haute résolution (15 M) des parois du secteur 18 dans le but de « texturer » le modèle 3D.

À l’occasion de cette manipulation, l’équipe a accueilli un étudiant de l’INSA-Strasbourg, actuellement stagiaire chez GEOTOPO, Franck Lamure.

Relevé des sphères au Trimble VX par Franck.

Relevé des sphères au Trimble VX par Samuel, Franck et Benoît.

L’équipe de l’INSA-Strasbourg profite de ce billet pour saluer Anne !