De Chauvet à Lascaux : approche critique des ensembles ornés anté-magdaléniens franco-ibériques

C’est dans le cadre d’une thèse de doctorat – brillamment soutenue à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne début décembre – que Stephane Petrognani a développé une approche critique des ensembles ornés français et ibères antérieurs à la période magdalénienne.

Ce jeune préhistorien co-responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux avec Raphaelle Bourrillon, a souhaité, dans son travail, mettre l’accent sur plusieurs phénomènes saillants. Parmi eux figure une  relative continuité dans les « traditions artistiques » des groupes aurignaciens, gravettiens et solutréens (continuité illustrée notamment par certains choix stylistiques caractéristiques de la période anté-magdalénienne : têtes de chevaux en « bec de canard », vue frontale des encornures de bisons, concavité de la ligne ventrale des mammouths…). Ces manières de faire se marginalisent ou disparaissent complètement de la palette des artistes magdaléniens, marquant un profond contraste entre une phase « ancienne » et une phase magdalénienne de l’art pariétal paléolithique.

Stephane Petrognani traite notamment dans son mémoire divers aspects éclairant la complexité des manifestations artistiques à travers des « traditions » circonscrites dans le temps et dans l’espace. Ces manières de faire illustrent une pluralité des comportements symboliques des Hommes du début du Paléolithique supérieur. Les variations temporelles  comme territoriales qu’il a observées ont fait, pendant près de 15 000 ans, l’originalité des groupes humains qui peuplent l’Ouest de l’Europe, et celle de leurs cultures successives (entre 33000 et 17000 BP).

Les conclusions que Stephane Petrognani  tire de la comparaison inter-spécifique du traitement de l’extrémité des membres (sur la base d’une analyse statistique des figures complètes de chevaux anté-magdaléniens), du traitement des bois de cervidés ou du rendu de la perspective des cornes de bovinés, mettent en avant la baisse de la diversité dans l’éventail des ressources stylistiques : la norme graphique imposée par le groupe se rigidifie et l’artiste préhistorique voit son champ des possibilités graphiques diminuer considérablement jusqu’à se figer dans une quasi- exclusivité de certains traitements formels.

Ce phénomène de diminution de la « liberté » dans la réalisation des codes iconographiques, de plus en plus normalisés, permet de reconsidérer la place de l’artiste paléolithique dans la société et traduit vraisemblablement une évolution de cette société. Cette « liberté » qui diminue au fil du temps, à travers des codes de représentations de plus en plus stricts, est-elle le reflet d’une organisation sociale de plus en plus complexe, contrôlant de plus en plus ses propres images et ses productions symboliques ?

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon sorbonne

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le jury était composé de Nicole Pigeot, Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet.

Le jury était composé de Nicole Pigeot (directrice de thèse, Professeur à l'université de Paris I), Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet).