Les recettes de Vincent – 1. la terrine de foie gras de canard

Terrine de Foie Gras de canard (testée par l’équipe)

Recette :

– Dénerver le foie gras et le plonger dans un saladier d’eau froide dans lequel vous aurez placé des glaçons et du gros sel afin d’enlever le sang restant ;

– Frotter les morceaux de foie avec le mélange suivant (pour 1kg de foie):

2 cuillères à café de sel

1 cuillère à café de poivre blanc

1 cuillère à café de mélange des épices suivantes : poivre noir, cannelle, muscade et curcuma ;

– Placer le foie dans un récipient ;

– Recouvrir le foie avec un mélange d’alcool (pour 1kg de foie):

2 cuillères à soupe de cognac

2 cuillères à soupe de vin moelleux (Monbazillac, Jurançon…) ;

– Laisser reposer 12 heures ;

– Sortir le foie du récipient et le recouvrir d’un film plastique résistant au four, l’arroser de ce qui reste de marinade. Fermer hermetiquement le film plastique avec les morceaux de foie à l’intérieur ;

– Préchauffer le four à 100° puis enfourner et mettre le four à 180° pendant 20 minutes ;

– Récupérer les morceaux de foie et les disposer dans une terrine. Recouvrir avec le gras
restant dans le film plastique, laisser refroidir en disposant un objet lourd sur le foie
afin de le compacter ;

– Attendre au moins 48h avant de déguster.

Bon appétit

LA terrine !

LA terrine !

Localisation magnétique des structures de combustions

par Aurélie Brodard

Au cours de la campagne de mars 2010, le travail sur les structures de combustion a été poursuivi lors de deux chantiers.

Dans un premier temps, Aurélie Brodard aidée d’Albane Burens ont effectué la suite des mesures de susceptibilité magnétique avec un KT9 (capteur de contact de susceptibilité magnétique) sur plusieurs secteurs de la grotte.

Les mesures réalisées en 2008 sur la sole foyère (secteur 13) ont été complétées afin d’avoir une cartographie de susceptibilité magnétique complète de la zone choisie pour l’étude des paléotempératures par le couplage thermoluminescence / susceptibilité magnétique.

prise de mesures au KT9 autour de la sole foyère (secteur 13)

Prises de mesures au KT9 autour de la sole foyère

Dans le secteur 8, une zone charbonneuse avait été repérée. Les mesures de susceptibilité magnétique ont permis de confirmer la présence d’un foyer ainsi que de préciser sa délimitation.

Enfin, dans le secteur 13, la zone fouillée met en évidence plusieurs foyers. Cette zone a été choisie comme seconde zone « laboratoire » (la première étant la sole) pour la thèse d’Aurélie. Un des foyers repérés va être prélevé pour permettre l’évaluation des paléotempératures par couplage thermoluminescence / susceptibilité magnétique d’une part, et pour établir un nouveau point de référence de la variation séculaire du champ magnétique terrestre, courbe utilisée pour les datations en archéomagnétisme. Avant tout prélèvement de la structure, il était nécessaire d’avoir une cartographie de susceptibilité magnétique de toute cette zone.

Dans un second temps, François Lévêque et Vivien Mathé ont poursuivi la recherche de structures de combustion par imagerie magnétique dans les secteurs qui accueilleront les prochaines passerelles (secteurs 3 et 8). Le protocole opératoire a été modifié dans le but d’accroître la vitesse d’acquisition ainsi que d’optimiser la répartition spatiale des mesures. L’assistance de Vincent Léglise (INSA) a été nécessaire pour le géoréférencement des mesures dynamiques. L’analyse des données, qui nécessitera la fusion des données de géoréférencement et celles de mesure de champ magnétique devrait permettre de confirmer la présence et de préciser la localisation de structures de combustion suspectée sous la couche d’argile amenée par les écoulements d’eau.

La grotte laboratoire des Fraux labellisée « Site d’Étude en Écologie Globale » par le CNRS

L’Institut Écologie et Environnement du CNRS a crée, le 1er mars 2010, pour une durée de 4 ans, un site d’étude en Écologie Globale (SEEG) dédié à l’étude pluri et interdisciplinaire de la grotte des Fraux. Adossé au laboratoire GEODE, UMR 5602, le SEEG est dirigé par Albane Burens, membre de l’équipe scientifique des Fraux.

Le projet déposé auprès de l’INEE envisage Les Fraux comme une « grotte laboratoire », concue comme un lieu d’observations, d’expérimentations mais aussi de modélisation d’un paléo-écosystème souterrain anthropisé. La concentration d’activités humaines exercées dans ces espaces confinés, telle qu’elle procède de choix sociaux-culturels, constitue un atout pour étudier les interactions des sociétés avec leur environnement. Par l’alternance de phases où s’exercent des contraintes anthropiques fortes et d’étapes de retour vers des fonctionnements « naturels », déconnectés des agents anthropiques directs, le milieu souterrain constitue un excellent candidat aux approches multi-proxy.

Le projet ambitionne de développer une approche intégrée, à l’échelle d’un site archéologique exceptionnel (grotte ornée de l’âge du Bronze). Cette approche englobe l’ensemble des étapes de la recherche, depuis l’acquisition de données, la mise en œuvre de protocoles d’observations, l’expérimentation, jusqu’à la modélisation, en mettant également l’accent sur le volet formation. 

Le projet se construit autour de 6 chantiers thématiques d’observation et d’acquisition de données :

– Chantier 1 – Etude du paléo-karst, reconnaissance du réseau ;

– Chantier 2 – Micro-topographie, lasergrammétrie, modélisation 3D ;

– Chantier 3 : Étude des dispositifs anthropiques et des ensembles mobiliers ;

– Chantier 4 : Étude des œuvres pariétales  ;

– Chantier 5 : Caractérisation et datation des paléo-feux ;

– Chantier 6 : Paléo-écologie.

L’enjeu de la création de ce SEEG est de mettre en œuvre des thèmes transverses qui répondent aux objectifs d’expérimentation et de modélisation propres au projet. Dans cette perspective il s’agira d’une part de poursuivre l’acquisition de données et, d’autre part, de mettre en place des outils interdisciplinaires d’expérimentation et de modélisation.

Cet objectif nécessite de mettre en œuvre des moyens spécifiques pour :

  1. l’archivage et la mise en commun des données au sein d’une BDD en 3D ;
  2. l’acquisition de référentiels actuels (analogues expérimentaux) ;
  3. le développement d’outils de modélisation spécifiques au milieu souterrain.

 

prospections géophysiques  (F. Levêque - LIENSs)

prospections géophysiques (F. Levêque - LIENSs)

 

 

 

La grotte des Fraux dans le Journal du CNRS

Dans son numéro de janvier/février 2010, le journal du CNRS a ouvert ses colonnes à la grotte des Fraux. La revue a souhaité évoquer  la mission de numérisation conduite dans la cavité en début d’année. Cet article met en avant le partenariat scientifique entre l’INSA de Strasbourg, la société FARO et le CNRS. 

journal CNRS

extrait du journal du CNRS de janvier / février 2010

Test de couplage laserscanning/photographie par le cabinet Pérazio (Février 2010)

Par Raphaelle Bourrillon

Dès l’engagement du projet d’études de la grotte des Fraux en 2007, le Ministère de la Culture et de la Communication avait, en accord avec l’équipe scientifique, mandaté le cabinet Guy Pérazio pour réaliser un test de faisabilité sur l’acquisition en très haute définition (infra millimétrique) d’un panneau orné de la grotte. Ce test a pu être réalisé début février 2010, suite à l’aménagement de surfaces de circulation (passerelles) dans les secteurs concernés par ce test.

Ce test vient en complément du relevé lasergrammétrique global de la cavité réalisé par l’équipe de l’INSA Strasbourg.

Lors de cette courte mission, l’équipe Perazio a utilisé un scanner Leïca (HDS 6100) pouvant générer 55 millions de points par prise de vue et proposant une acquisition du nuage de points ultra rapide (environ 2 min). Ce matériel peut être contrôlé à distance par un PDA ce qui n’est pas négligeable lorsque l’opérateur est éloigné des parois (fig. 1).

 

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

L’acquisition du nuage de points géoréférencé a demandé 9 prises de vues recouvrant l’ensemble des parois. Des sphères, disposées de façon régulière au sol, facilitent le remontage des différentes prises de vues. Dans une seconde étape, des clichés des parois ont été pris (vues d’ensemble puis haute résolution de détails) ; ils permettront de texturer le nuage de points.

 

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Le panneau des « Echelles » (tracés digités) a fait l’objet d’une couverture photographique détaillée, en lumière rasante (fig. 2). L’enjeu est de mettre à l’épreuve la technique du relevé sur un support photographique (« orthophotographie »), généré ici par le logiciel de 3D. La 3D est ici utilisée comme support technique au relevé, qui sera par la suite positionné sur le nuage de points et viendra texturer le modèle virtuel.

Le traitement post-terrain des données obtenues est une étape relativement longue ; le retour est attendu dans le courant du printemps 2010.