Relevé systématique des restes fauniques de la grotte des Fraux

par Jean-Denis Vigne et Juliette Knockaert

Lors de la mission qui s’est déroulée du 19 au 25 avril dernier, Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne ont parcouru l’ensemble des galeries de la grotte des Fraux et relevé tous les restes d’animaux qui apparaissaient au sol, sur les corniches, dans les éboulis ou, parfois, fichés dans les parois.

Chacun des 367 vestiges ou groupes de vestiges a fait l’objet d’une couverture photographique, d’une identification anatomique et taxonomique et d’une description. Ce travail a été réalisé à vue, ou à partir des clichés grossis à l’écran, car il n’était évidemment pas question de toucher les objets.

Couverture photographique de restes fauniques du secteur 28 de la grotte des Fraux

Couverture photographique de restes fauniques du secteur 28 de la grotte des Fraux

Les premiers résultats permettent de distinguer quatre grandes catégories de vestiges fauniques :

–       les restes d’ours des cavernes, souvent recouverts de calcite et enfouis sous les grands éboulis tardiglaciaires ; une quarantaine de restes ont été repérés, mais il est probable que des centaines d’ossements sont enfouis au plus profond des sédiments de la grotte ; ils sont à rapprocher des très nombreuses griffades qui balafrent les parois de la grotte, y compris dans les galeries les plus reculées, ainsi que des bauges à ours ;

–       la grande faune de l’Âge du Bronze, dominante (123 restes), déchets de consommation relégués contre les parois, autour des zones d’occupation humaine ou, plus rarement, déposés dans des lieux particuliers (corniches, fentes de la paroi), parfois regroupés avec de grandes portions de céramiques. Le porc (ou sanglier) est dominant, mais les restes de veaux et de moutons sont également présents ;

–       la microfaune qui parsème le sol dans de nombreuses parties du réseau (72 accumulations répertoriées), composée principalement de rongeurs inféodés aux forêts du milieu de l’Holocène (mulot, campagnols) ; l’analyse des refus de tamis réalisée en 2013 suggère que ces vestiges viennent de pelotes de réjection de rapaces nocturnes ayant fréquenté les entrées du réseau à l’époque où il était ouvert, c’est-à-dire à l’Âge du Bronze ;

–       des restes de repas de renard accumulés dans les galeries : une soixantaine d’ossements de lièvre, une dizaine de restes de très jeunes porcelets, une trentaine de coquilles d’œufs de poules volés dans les fermes environnantes ; quelques rares os du petit canidé ainsi qu’un ou deux coprolithes récents confirment que des renards ont circulé dans les galeries à une date très récente ; c’est peut-être aussi de cette dernière étape d’ouverture très partielle du réseau que datent les quelques restes de chauves-souris (principalement du grand murin) trouvés ici et là.

Ces données feront l’objet d’une analyse plus poussée dans les mois à venir, analyse qui viendra compléter celle des restes de microfaune issus des tamisages et des quelques ossements de grande faune issus des rares secteurs fouillés durant les années précédentes.

Identification anatomique et taxonomique des restes fauniques du secteur 29 par Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne

Identification anatomique et taxonomique des restes fauniques du secteur 29 par Juliette Knockaert et Jean-Denis Vigne

 

Derniers relevés des panneaux ornés de la grotte des Fraux…

La mission organisée aux Fraux la semaine passée a permis de mettre en œuvre la dernière phase de relevé des expressions pariétales de la grotte des Fraux. Raphaëlle Bourrillon, Stephane Petrognani et Carole Dudognon ont pu enregistrer l’ensemble des panneaux ornés des derniers secteurs du réseau (8 et 9 principalement). Ils ont réalisé la couverture photographique, les croquis  et les mesures des panneaux, dont le relevé sera réalisé en laboratoire avant vérification sur le site.

tracés digités du secteur 7

tracés digités du secteur 7

 

étude des parois ornées de la grotte

étude des parois ornées du secteur 8 de la grotte

La galerie 8 est caractérisée par un nombre relativement limité de panneaux, ornés de tracés digités. Elle a également livré un motif en forme de méandre. De façon surprenante, un panneau de tracés parallèles finement gravés, situés sur la voûte, est très proche de tracés déjà répertoriés sur les voûtes des secteurs 9 et 10.

Les parois et le plafond du secteur 09 sont particulièrement surchargés : ils sont couverts, de façon quasi continue, de méandres verticaux, de tracés parallèles larges (organisés en bandes verticales), de quadrillages irréguliers mais aussi de chevrons tracés au pigment noir, ce qui est exceptionnel aux Fraux.

secteur 9 : décor de chevrons tracés au charbon

secteur 9 : décor de chevrons tracés au charbon

Une prochaine mission permettra de vérifier la fidélité des relevés, mais aussi de géoréférencer les panneaux ornés à l’aide d’une station totale, dans le but de raccorder les relever au modèle géométrique 3D global de la grotte.

 

L’équipe remercie la famille Goineaud, propriétaire de la grotte des Fraux, pour l’autorisation de mise en ligne ces quelques photographies de la grotte.