La grotte des Fraux dans le Journal du CNRS

Dans son numéro de janvier/février 2010, le journal du CNRS a ouvert ses colonnes à la grotte des Fraux. La revue a souhaité évoquer  la mission de numérisation conduite dans la cavité en début d’année. Cet article met en avant le partenariat scientifique entre l’INSA de Strasbourg, la société FARO et le CNRS. 

journal CNRS

extrait du journal du CNRS de janvier / février 2010

Test de couplage laserscanning/photographie par le cabinet Pérazio (Février 2010)

Par Raphaelle Bourrillon

Dès l’engagement du projet d’études de la grotte des Fraux en 2007, le Ministère de la Culture et de la Communication avait, en accord avec l’équipe scientifique, mandaté le cabinet Guy Pérazio pour réaliser un test de faisabilité sur l’acquisition en très haute définition (infra millimétrique) d’un panneau orné de la grotte. Ce test a pu être réalisé début février 2010, suite à l’aménagement de surfaces de circulation (passerelles) dans les secteurs concernés par ce test.

Ce test vient en complément du relevé lasergrammétrique global de la cavité réalisé par l’équipe de l’INSA Strasbourg.

Lors de cette courte mission, l’équipe Perazio a utilisé un scanner Leïca (HDS 6100) pouvant générer 55 millions de points par prise de vue et proposant une acquisition du nuage de points ultra rapide (environ 2 min). Ce matériel peut être contrôlé à distance par un PDA ce qui n’est pas négligeable lorsque l’opérateur est éloigné des parois (fig. 1).

 

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

PDA sans fil permettant de contrôler le scan à distance

L’acquisition du nuage de points géoréférencé a demandé 9 prises de vues recouvrant l’ensemble des parois. Des sphères, disposées de façon régulière au sol, facilitent le remontage des différentes prises de vues. Dans une seconde étape, des clichés des parois ont été pris (vues d’ensemble puis haute résolution de détails) ; ils permettront de texturer le nuage de points.

 

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Couverture photographique en haute résolution du panneau des « Echelles » (secteur 13)

Le panneau des « Echelles » (tracés digités) a fait l’objet d’une couverture photographique détaillée, en lumière rasante (fig. 2). L’enjeu est de mettre à l’épreuve la technique du relevé sur un support photographique (« orthophotographie »), généré ici par le logiciel de 3D. La 3D est ici utilisée comme support technique au relevé, qui sera par la suite positionné sur le nuage de points et viendra texturer le modèle virtuel.

Le traitement post-terrain des données obtenues est une étape relativement longue ; le retour est attendu dans le courant du printemps 2010.

Première datation C14 pour la grotte des Fraux

Durant la campagne de terrain 2008, plusieurs échantillons ont été prélevés en vue de la réalisation de datations radiocarbone. Le premier résultat vient de nous être transmis.

Cette datation a été effectuée sur un charbon de bois prélevé dans la paroi de la galerie 9. Interprété comme un résidu carbonisé de dispositif d’éclairage (torche ?), cet élément se trouve de manière indéniable en position primaire. Le résultat obtenu en décembre 2009 montre qu’avec une probabilité de 95.4%, la date se situe entre 1450 et1290 bc. Ce résultat, en conformité avec les faits archéologiques, couvre une plage de temps comprise entre la seconde moitié du 15ème siècle et le début du 13ème siècle avant notre ère, soit la fin du Bronze moyen et les touts débuts du Bronze final. Cette date vient corroborer les données typo-chronologiques déduites de l’examen des mobiliers céramiques. Certains éléments mobiliers sont attribuables à la fin du Bronze moyen, et notamment les pièces de type «groupe des Duffaits ». La compatibilité entre la datation et certains mobiliers céramiques nous incite à retenir cette date comme un premier jalon chronologique de l’occupation de la grotte des Fraux.

Prélèvement d'un charbon de bois pour analyse 14C à l'intérieur d'un trou de torche (secteur 9 de la grotte)

Prélèvement d'un charbon de bois pour analyse 14C à l'intérieur d'un trou de torche (secteur 9 de la grotte)

De Chauvet à Lascaux : approche critique des ensembles ornés anté-magdaléniens franco-ibériques

C’est dans le cadre d’une thèse de doctorat – brillamment soutenue à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne début décembre – que Stephane Petrognani a développé une approche critique des ensembles ornés français et ibères antérieurs à la période magdalénienne.

Ce jeune préhistorien co-responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux avec Raphaelle Bourrillon, a souhaité, dans son travail, mettre l’accent sur plusieurs phénomènes saillants. Parmi eux figure une  relative continuité dans les « traditions artistiques » des groupes aurignaciens, gravettiens et solutréens (continuité illustrée notamment par certains choix stylistiques caractéristiques de la période anté-magdalénienne : têtes de chevaux en « bec de canard », vue frontale des encornures de bisons, concavité de la ligne ventrale des mammouths…). Ces manières de faire se marginalisent ou disparaissent complètement de la palette des artistes magdaléniens, marquant un profond contraste entre une phase « ancienne » et une phase magdalénienne de l’art pariétal paléolithique.

Stephane Petrognani traite notamment dans son mémoire divers aspects éclairant la complexité des manifestations artistiques à travers des « traditions » circonscrites dans le temps et dans l’espace. Ces manières de faire illustrent une pluralité des comportements symboliques des Hommes du début du Paléolithique supérieur. Les variations temporelles  comme territoriales qu’il a observées ont fait, pendant près de 15 000 ans, l’originalité des groupes humains qui peuplent l’Ouest de l’Europe, et celle de leurs cultures successives (entre 33000 et 17000 BP).

Les conclusions que Stephane Petrognani  tire de la comparaison inter-spécifique du traitement de l’extrémité des membres (sur la base d’une analyse statistique des figures complètes de chevaux anté-magdaléniens), du traitement des bois de cervidés ou du rendu de la perspective des cornes de bovinés, mettent en avant la baisse de la diversité dans l’éventail des ressources stylistiques : la norme graphique imposée par le groupe se rigidifie et l’artiste préhistorique voit son champ des possibilités graphiques diminuer considérablement jusqu’à se figer dans une quasi- exclusivité de certains traitements formels.

Ce phénomène de diminution de la « liberté » dans la réalisation des codes iconographiques, de plus en plus normalisés, permet de reconsidérer la place de l’artiste paléolithique dans la société et traduit vraisemblablement une évolution de cette société. Cette « liberté » qui diminue au fil du temps, à travers des codes de représentations de plus en plus stricts, est-elle le reflet d’une organisation sociale de plus en plus complexe, contrôlant de plus en plus ses propres images et ses productions symboliques ?

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon sorbonne

mardi 8 décembre 2009 - soutenance de la thèse de Stephane Petrognani à l'université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le jury était composé de Nicole Pigeot, Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet.

Le jury était composé de Nicole Pigeot (directrice de thèse, Professeur à l'université de Paris I), Michel Barbazza, Margaret Conkey, Carole Fritz, César Gonzalez Sainz et Georges Sauvet).

Pétroglyphes amérindiens des Antilles et de Guyane

Par Yves Billaud

En mission dans les Antilles et en Guyane (dans le cadre d’une évaluation du potentiel archéologique des eaux intérieures des DOM), il m’a été donné la possibilité de visiter plusieurs sites à pétroglyphes.

La Guadeloupe

En Guadeloupe plus de 1200 gravures sont recensées sur 27 sites. Les thématiques sont variées (visages, anthropomorphes, « bébés emmaillotés » ou totems, zoomorphes,…) tout comme les techniques (gravure, piquetage, plus exceptionnellement peintures).

La plupart des sites sont à proximité de cours d’eau, comme par exemple les Roches Caraïbes sur la rivière du Plessis où plusieurs grands blocs entourent un bassin profond portant des gravures ainsi que plusieurs visages travaillés en ronde bosse.

YB 01

Dans le secteur de Trois-Rivières, plusieurs ensembles ont été découverts. L’un d’entre eux – caractérisé par une forte densité et une importante variété des figurations – est à l’origine de la création d’un parc archéologique. Sur le site de la Plage des Galets, plusieurs blocs portant des gravures entourent une petite source. Deux grands anthropomorphes y sont mis en scène : l’un (masculin) au dessus de la source, l’autre (féminin) au niveau de l’eau, en position d’accouchement

YB 02

YB 03

Constituée pour partie de calcaires, la Guadeloupe possède un karst original, constitué de vastes gouffres largement ouverts sur l’extérieur. Deux abris, plus ou moins profonds, ont livré des ensembles de figurations. Sur l’île de Marie Galante, au Morne Rita, on trouve principalement des visages « simples ».

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Vue de la côte de Marie Galante depuis l'entrée de la grotte du Morne Rita

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Blocs portant des figurations (masquées par la végétation) et faune cavernicole spécifique de grands crabes de terre.

Du matériel archéologique a pu être recueilli à proximité immédiate de plusieurs sites, mais aucun lien stratigraphique ne permet de le relier directement aux figurations. Ce matériel se rapporte aux cultures saladoïde et postsaladoïde (troumassoïde et suazoöde). Le consensus actuel est de placer le développement des représentations rupestres entre le IVe et le IXe siècle de notre ère.

La Martinique

La Martinique compte seulement deux sites répertoriés qui n’ont pu être vus : l’un étant situé dans une propriété privée ; l’autre dans une forêt littorale envahie par l’eau au moment de notre passage.

La Guyane

En Guyane, une vingtaine de sites ont été recensés, principalement autour de Cayenne. Cette répartition correspond probablement à un biais d’observation lié aux difficultés de pénétration du territoire. Il s’agit essentiellement de gravures mais aussi de quelques peintures et géoglyphes, figurations réalisées avec des petits blocs sur des dalles rocheuses. Elles ne sont pas sans évoquer certaines formes actuelles d’ « installations » ou de « land art »).

Le registre iconographique comporte principalement des anthropomorphes comme deux grandes figurations de la Roche de la Crique Pavé sur la commune de Remire-Montjoly :

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Anthropomorphe de la partie droite des blocs ; sous la figure, le trait horizontal associé à la série de traits verticaux est parfois interprété comme un calimbé, pièce vestimentaire similaire à un pagne.

Le plus grand ensemble est celui de la Carapa sur la commune de Kourou. Un affleurement linéaire présente près de 250 figurations sur une longueur de 50 m. Les trois quarts correspondent à des anthropomorphes au tracé filiforme. Ils présentent des variations dans la disposition des membres (en M ou en W), le nombre de doigts, la coiffe. Les autres figurations sont des serpentiformes, des pisciformes, des losanges quadrillés,… Des séries de cupules ont également été répertoriées.

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

les roches de la Carapa sous leur bâtiment de protection

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

détail d'une roche avec plusieurs générations de frises d'anthropomorphes

Parmi les zoomorphes, le serpent – qui occupe une grande place dans la mythologie amérindienne – est régulièrement présent. Le Serpent de Pascaud, sur la commune de Remire-Montjoly, est interprété, en raison de la position caractéristique du corps en grecque,  comme un crotalidé venimeux, appellé serpent-carreaux.

YB 09

Antilles -Guyane

Les gravures des Antilles et de Guyane font partie, avec celles des grandes Antilles, d’un projet d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, mentionnons plusieurs traces d’activités humaines conservées sur des supports rocheux : les polissoirs. Leur typologie est variée : fuseau, rainure, ovalaire, à protubérance centrale,… Ils sont très répandus le long des cours d’eau voire dans leurs lits et sont tout particulièrement abondants sur les sauts.

YB 10

Polissoirs en fuseau en bordure du saut Maripa sur l'Oyapock (sur l'autre rive, le Brésil...)

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Site à polissoirs dans l'embouchure du Mahury

Pour en savoir plus :

Mazière M. (2008) – Art rupestre amérindien en Guyane française. Matoury : Ibis rouge éd., 166 p. : 183 fig.
Sanz N. éd. (2008) – L’art rupestre dans les Caraïbes. Vers une inscription transnationale en série sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Paris : Unesco, 372 p. : ill. (World Heritage Papers 24).

Automne pluvieux à la grotte des Fraux : ambiance sonore…

La dernière session de travail à la grotte des Fraux s’est effectuée dans un environnement particulièrement humide : le temps était à la pluie.

Peu profond, le réseau souterrain des Fraux recueille presque en temps réel les eaux d’écoulement qui s’infiltrent par les failles. C’est ainsi que certaines parties de la cavité ont été légèrement noyées, à l’image des secteurs 2 et 4 (voir le billet du 8 novembre).

Ces écoulements prennent tantôt la forme de gouttières, tantôt la forme de ruisselets courant le long des parois de la cavité.

"Gouttoir" du secteur 4 (photo prise en période sèche)

"Gouttoir" du secteur 4 (photo prise en période sèche : le gouttoir est ici inactif)

Ces écoulements s’accompagnent d’un environnement sonore que nous avons souhaité partager avec vous par le biais d’une courte vidéo : nous avons filmé un petit écoulement d’eau dans le secteur 2, à proximité de l’entrée actuelle de la grotte. Découvrez l’environnement sonore qui nous a accompagné tout au long de cette campagne sur le terrain…

La pluie tombe toujours plus fort sur un toit percé [Proverbe japonais]

Cette semaine a connu une nouvelle étape dans l’équipement de la cavité. Suite à la pose cet automne du premier lot de passerelles de circulation, c’est cette fois l’accès à la grotte des Fraux qui a été radicalement transformé par l’installation d’un toit en bac acier.

Nouvel aménagement de l'entrée de la grotte des Fraux

Nouvel aménagement de l'entrée de la grotte des Fraux

Cette couverture permettra d’une part de protéger l’entrée de la grotte, et facilitera d’autre part le stockage temporaire de matériel de fouille pendant les descentes sous terre. Cet auvent a déjà été grandement apprécié cette semaine, alors que le temps « était à la pluie » ; en témoigne l’inondation de certains secteurs du réseau, rendus temporairement inaccessibles sous peine d’endommager les sols archéologiques.

Inondations dans le secteur 4

Inondations dans le secteur 4

Gageons que le proverbe japonais « La pluie tombe toujours plus fort sur un toit percé » augure d’un temps clément pour notre prochaine mission…

Localisation et caractérisation des foyers de la grotte des Fraux : du Master 2 à la thèse de doctorat…

Au mois de juin 2009, Aurélie Brodard a soutenu son master 2 Pro de Sciences et Technologies (mention physique) à l’université de Bordeaux 1. Le mémoire de stage qu’Aurélie a conduit sous la co-direction de Pierre Guibert et François Lévêque avait pour sujet la localisation et la caractérisation des foyers de la grotte des Fraux. Son travail a été placé sous la co-tutelle de deux laboratoires de recherche : le CRP2A de Bordeaux (Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie) et le LIENSs de la Rochelle (Littoral, Environnement et Sociétés).

Couverture du mémoire de Master 2 Pro d'Aurélie Brodard

Couverture du mémoire de Master 2 Pro d'Aurélie Brodard

La grotte des Fraux, de par la qualité exceptionnelle de son état de conservation, offrait à Aurélie l’opportunité d’en faire un site de développement méthodologique, tout particulièrement pour les approches archéométriques. C’est ainsi qu’a été amorcée une approche exploratoire sur la localisation et la caractérisation des températures des foyers.

La première partie de son mémoire était dédiée à la localisation des structures de combustion via d’une part des mesures de champ magnétique couplées à une poursuite laser et, d’autre part, des mesures de susceptibilité magnétique permettant de spatialiser les foyers sur des surfaces étendues et d’appréhender leur profondeur.

La seconde partie de son mémoire est consacrée à la caractérisation des paléo-températures de la sole foyère du secteur 13 de la grotte, selon 2 méthodes : la thermoluminescence et le magnétisme. La thermoluminescence des grains de quartz a permis à Aurélie, après établissement de courbes de référence thermique, d’associer à chaque prélèvement du foyer une paléo-température. Des mesures réalisées en laboratoire sur des blocs d’argile provenant de la grotte ont quant à elles montré que la susceptibilité magnétique croît avec la température de chauffe atteinte. Le couplage entre thermoluminescence et susceptibilité magnétique sur les prélèvements de la sole foyère a permis d’établir une relation entre paléo-température et susceptibilité magnétique.

Ainsi, dans ce mémoire, Aurélie a t’elle développé une nouvelle méthode de prospection en milieu souterrain appliquée à la détection des foyers, mais aussi une nouvelle méthodologie de caractérisation des paléo-températures des structures de combustion.

Ce nouveau champ de recherche pluridisciplinaire a naturellement conduit Aurélie Brodard – sur les conseils de ses directeurs de Master 2 – a poursuivre son travail sur les Foyers de la grotte des Fraux dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulé : « Reconstruction d’éléments du cadre de vie de populations de l’âge du Bronze : une caractérisation de structures de combustion de la Grotte des Fraux (Dordogne) par les effets de la chauffe sur les minéraux (luminescence et magnétisme), modélisation, interprétation archéologique ».

La thèse, inscrite à l’université de Bordeaux 3, fait l’objet d’une allocation ministérielle. Le travail, qui consiste en la caractérisation thermique de foyers (tels qu’ils témoignent de l’impact d’une occupation humaine sur un site) sera co-dirigé par Pierre Guibert du CRP2A et François Lévêque du LIENSs.

Un couplage entre magnétisme et thermoluminescence permettra de caractériser un état de chauffe et d’établir une cartographie des paléo-températures atteintes par le support sédimentaire de foyers, ce qui est inédit dans la communauté. Ce projet devrait aboutir à la mise au point d’un nouvel outil de caractérisation des environnements occupés par l’Homme. Les données seront calibrées en termes d’énergies mises en jeu grâce à des expérimentations archéologiques, ce qui servira de base à une modélisation des feux.

Aurélie dans la grotte des Fraux

Aurélie dans la grotte des Fraux

Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences

Mercredi 4 novembre, Raphaelle Bourrillon (préhistorienne responsable du relevé et de l’étude des représentations pariétales de la grotte des Fraux en collaboration avec Stephane Petrognani) a brillamment soutenu sa thèse de doctorat consacrée aux représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur en Europe.

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Raphaelle Bourrillon soutenant sa thèse de doctorat à l'Univeristé de Toulouse II le Mirail

Les membres du jury (Michel Barbaza [directeur de thèse], Carole Fritz, Françoise Frontisi-Ducroux, Georges Sauvet, Denis Vialou et Randal White) ont attribué à Raphaelle le titre de docteur en Préhistoire, et l’ont gratifiée des félicitations du jury, à l’unanimité.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Les membres du jury de la thèse de Raphaelle Bourrillon, quelques minutes avant la soutenance.

Raphaelle a présenté de façon synthétique son travail qui s’appuie sur une analyse détaillée des variations graphiques, formelles et syntaxiques des représentations humaines sexuées. Le corpus qu’elle a rassemblé à été intégré dans une base de données hiérarchisée qu’elle à soumise à différents traitements statistiques dont l’Analyse Factorielle des Correspondances. Son examen de la diversité des représentations humaines (sur le plan synchronique et diachronique) a montré d’une part l’existence d’invariants appartenant au domaine des universaux, et, d’autre part, de variations qui peuvent être révélatrices de traditions culturelles distinctes.

Les figures féminines et masculines entières, ainsi que les segments corporels isolés (sexes), présentent des divergences et des convergences formelles, régionales et chronologiques, qui permettent de proposer une carte de la circulation de cette thématique et, par extension, des groupes humains.

L’importance accordée aux figurations féminines et masculines a varié au cours du temps, de même que leur traitement graphique respectif. C’est ainsi que les représentations masculines entières n’apparaissent réellement qu’au cours du Magdalénien moyen, ce qui ouvre le champ d’une réflexion sémiologique sur la place symbolique de l’homme et de la femme dans l’art paléolithique et dans les traditions socio-culturelles des groupes.

La soutenance s’est tenue à l’université de Toulouse II le Mirail, à la maison de la recherche.

Titre : The human gendered representations in the art of Upper Palaeolithic: diversity, reminiscences, continuity

Abstract : This work concerns the gendered human representations throughout the European Upper Palaeolithic. An hierarchical Database was designed and used to analyse syntactic and formal variability. Various statistical treatments such as Correspondence Factor Analysis allow us to analyse this variability, from a synchronic and a diachronic point of view, and show the existence of invariants which may be regarded as universals and fluctuations probably due to distinct cultural traditions. Complete male and female figurations (as well as isolated sexual segments) show a complex pattern of formal convergences and divergences, both regionally and chronologically, allowing us to draw maps of possible territorial entities between which the theme may have circulated. The attention paid to woman and man has largely varied during the Upper Palaeolithic, the complete representations of men being very rare before the Middle Magdalenian. The differential emphasis on man and woman at various periods is probably related to changes in their symbolic and semiotic status and probably to changes in the socio-cultural traditions.

Keywords: Upper Palaeolithic, formal variability, syntax, Correspondence Factor Analysis, human figures, semiotics.

Archives documentaires : une couverture photographique des galeries de la grotte des Fraux

Préalablement à la pause des premières passerelles dans la partie gauche de la grotte (cf. le billet posté hier sur ce blog), nous avons procédé courant 2008 et 2009 à la réalisation d’une couverture photographique en haute définition de l’ensemble des galeries destinées à être équipées de ces structures de circulation. Le principal objectif de cette couverture photographique était de préserver une vision de la grotte « dans son jus », c’est-à-dire dans l’état dans lequel elle a été découverte il y a 20 ans à présent.

Au moment de sa découverte, comme au moment où nous avons pénétré la première fois en ces lieux, l’impression qui se dégageait de la cavité était celle d’un site fossilisé, resté intact, où les gestes du passé étaient encore presque palpables… Cette impression était liée, rappelons le, au fait que le porche de la grotte (seul ancien accès connu à ce jour) s’était effondré à la fin de l’âge du Bronze, « sanctuarisant » ainsi ce site qui restera préservé jusqu’au moment de sa découverte en 1989.

Si la pause de passerelles de circulation va dans le sens d’une indispensable préservation de l’exceptionnel état de conservation de ce site, leur présence dans le réseau « dénature » la vision des lieux et nous éloigne de fait de la perception de l’espace des premiers occupants. Depuis l’aménagement de la première partie de la cavité, notre propre perception de la grotte a évolué ; cette évolution est également liée au raccordement électrique du réseau qui nous permet depuis plusieurs mois de disposer d’éclairages froids sous terre.

La seconde tranche de travaux, destinée à aménager la partie droite du réseau (les secteurs 3, 4, 8 et 7), est programmée pour le début de l’année 2010. Cela nous a contraint à réaliser une campagne supplémentaire en novembre, dont l’objet est la couverture photographique des secteurs concernés par l’équipement.

La photographie ci-dessous rassemble quelques vues prises cette semaine des secteurs 3, 5 et 8. Le reste de la semaine nous permettra de finaliser les prises de vues des galeries et sols archéologiques (malgré un climat fortement pluvieux et la présence de forts ruissellements dans la cavité).

 

réseau droit de la grotte : couverture photographique des secteurs destinés à être équipés de passerelles de circulation

réseau droit de la grotte : couverture photographique des secteurs destinés à être équipés de passerelles de circulation. Photographies publiées avec l'aimable autorisation de Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte.

 

Pose des premières passerelles à la grotte des Fraux

La pose du premier lot de passerelles a été réalisée cet automne, dans le réseau gauche de la cavité, sous le contrôle et avec l’assistance du Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine.

Ces platelages de circulation, destinés à préserver les sols archéologiques restés intacts depuis la fin de l’âge du Bronze, cheminent le long du secteur 13 (qui abrite les panneaux ornés les plus spectaculaires de la grotte) et le secteur 18 (dit « galerie des foyers »).

passerelles installées dans le secteur 13

passerelles installées dans le secteur 13

Ces passerelles ont été posées de façon à éviter les structures archéologiques et le mobilier céramique qui jalonne le sol. Les pieds impactent peu au sol ; les plateaux permettent une circulation aisée, le dépôt de matériel, et surtout un accès facilité aux parois en cours d’étude.

Amovibles, les plateaux permettent aux membres de l’équipe scientifique de poursuivre leurs investigations (fouille, analyses, prélèvements…).

les plateaux amovibles des paserelles

les plateaux amovibles des passerelles

Une deuxième tranche d’équipement du réseau aura lieu en début d’année prochaine, dans la partie droite de la grotte.

Projet de film documentaire sur la grotte des Fraux

Filmer la grotte des Fraux, enregistrer les différents temps de la recherche, suivre l’évolution des travaux et études autour de la cavité sur le temps longs, fixer les instants de fouilles et d’études à l’intérieur comme à l’extérieur du réseau… une entreprise qui resterait encore utopique si nous n’avions pas rencontré cette année Marc Azema, le réalisateur de la société de production Passé simple :

http://www.passesimple.net/Passe_Simple_presentation_generale_022006.pdf

Marc Azéma est réalisateur de films documentaires pour la télévision, de fictions (courts métrages, dessins animés) mais aussi de films de muséographie. Archéologue de formation et docteur en Préhistoire, il s’est récemment intéressé au site des Fraux et a été séduit par l’idée de s’affranchir de la réalisation d’un documentaire uniquement centré sur le site archéologique, pour élargir son approche à la construction des temps de la recherche, autour des différenys chantiers ouverts sur le site : archéologie, relevé pariétal, 3D, archéométrie…

Une première visite du site l’été dernier lui a permis de filmer quelques rush.

Marc Azéma dans la grotte des Fraux

Marc Azéma dans la grotte des Fraux : premiers repérages à l'aide d'un matériel léger

Marc Azema filme les foyers du secteur 13

Marc Azema filme les foyers du secteur 13

Marc Azema filme les panneaux ornés du secteur 13

Marc Azema filme les panneaux ornés du secteur 13 de la grotte

Dorénavant, Marc Azéma suivra l’équipe lors des sessions de travail aux Fraux…

Soutenance de diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet : premier diplôme autour de la grotte des Fraux

Les 16 et 17 septembre derniers se sont tenues, à l’INSA de Strasbourg, les journées de la Topographie.

Vue des locaux strasbourgeois de l’INSA

Vue des locaux strasbourgeois de l’INSA

À cette occasion, Benoît Cazalet, membre de l’équipe scientifique des Fraux depuis 2008 et élève ingénieur de l’INSA Strasbourg a soutenu son mémoire de diplôme d’ingénieur INSA (spécialité topographie). Son mémoire, intitulé « Numérisation 3D de la grotte des Fraux (Dordogne, France) par lasergrammétrie et photogrammétrie » a été conduit sous la direction de Pierre Grussenmeyer et Tania Landes.

Couverture du diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet

Couverture du diplôme d’ingénieur INSA de Benoît Cazalet

Toute l’équipe félicite chaleureusement Benoît pour son diplôme et profite de ce billet pour le remercier de l’important travail de topographie et traitement 3D qu’il a opéré aux Fraux, sous la tutelle de Samuel Guillemin et Pierre Grussenmeyer.

benoit

Benoît, le jour de la soutenance de son diplôme d'ingénieur INSA

Bon vent Benoît !

Relevé des panneaux ornés du secteur 13 (salle du pillier)

par R. Bourrillon et St. Petrognani

Après avoir effectué la couverture photographique des parois ornées du secteur 13 de la grotte, au printemps dernier, le relevé analytique des panneaux pouvait commencer. Parmi ces panneaux, on compte celui que nous avons dénommé PIID, constitué de « scalariformes » (motifs en forme d’échelles). Dans l’état actuel de notre connaissance du réseau, ce panneau concentre les motifs les plus complexes de la cavité. Il est question d’une construction verticale, composée de tracés digités, répétée quatre fois sur moins d’un mètre de paroi.

C’est sur cette même paroi droite de la Salle du Pilier que se développe le panneau PIVD (dit « Grand Panneau »), ensemble graphique le plus important de la grotte des Fraux. Là, de larges tracés digitaux horizontaux se superposent à des séries de tracés verticaux parallèles qui s’organisent en séquences régulières. L’analyse in situ a mis en évidence la présence d’un signe scalariforme comparable au panneau décrit précédemment. Elle a permis de déterminer la grande variabilité des largeurs et sections des différents tracés.

Il s’agissait pour nous, au cours de cette session, de compléter et d’ajuster les relevés amorcés en laboratoire au cours du mois de mai. Dans les mois à venir, ces relevés « bruts » (dessinés sur rodoïde) seront scannés et traités par infographie en vue d’une future publication.

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau sur rodoïde

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau sur rodoïde

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau

Secteur 13 : relevé du Grand Panneau

Analyse et démontage de trois ensembles fauniques en connexion anatomique (secteur 13, salle du pilier)

En prévision du démontage des vestiges issus des sols archéologiques fouillés dans le secteur 13 (démontage rendu nécessaire par la pause prochaine de platelages de circulation à l’intérieur du secteur 13) Jean-Denis Vigne (archéozoologue et Directeur de Recherche au CNRS à l’UMR7209, Museum, Paris) a souhaité réaliser une série d’observations in situ sur trois ensembles d’ossements animaux trouvés en connexion anatomique, sur l’horizon (unité stratigraphique) 13015. Il a pu ainsi procéder à l’enregistrement précis des relations spatiales existant entre les pièces anatomiques impliquées dans chacune des trois connexions observées, préalablement à leur prélèvement – prélèvement qui aurait empêché toute observation sur les conditions exactes de dépôt des membres ainsi que sur l’éventuelle dynamique de dispersion post-dépositionnelle des ossements. Les premières observations seront complétées par des analyses conduites en laboratoire et une étude tracéologique des pièces.

– Les observations ont d’abord été conduites sur un membre antérieur gauche de jeune suiné. Le membre de ce jeune animal, apparemment mort à l’âge de 5 à 6 mois, aurait été déposé au pied du talus de la salle du pilier (en bordure de la zone foyère), en connexion anatomique parfaite. Au fil de la décomposition du membre, les éléments les plus légers ont été entraînés dans le sens de la pente ; les membres les plus lourds auraient pour leur part été translatés sur une distance moindre. Les premières observations réalisées sur le terrain conduisent Jean-Denis à ne pas écarter l’hypothèse que cet ensemble aurait pu être déposé avec les masses musculaires attenantes, ce qui évoquerait d’avantage un acte symbolique qu’un relief de repas. Cela reste à vérifier par l’analyse tracéologique.

Prise de mesures - par Jean-Denis Vigne - des décalages post-dépositionnels entre épiphyse et diaphyse sur le membre antérieur gauche d’un jeune suiné (secteur 13, salle du pilier).

Prise de mesures - par Jean-Denis Vigne - des décalages post-dépositionnels entre épiphyse et diaphyse sur le membre antérieur gauche d’un jeune suiné (secteur 13, salle du pilier).

– Le second ensemble observé correspond à trois os de la première rangée du carpe droit d’un jeune suiné, proche en âge de l’individu précédant et lui aussi, en parfaite connexion anatomique. Cet ensemble pourrait s’apparenter à un déchet d’un repas.

– Le troisième ensemble correspond à une cheville droite de suiné adulte, en l’occurrence un sanglier mâle de gros gabarit, probablement acquis par la chasse. Les premières observations tendent à penser que cet ensemble relève également d’un déchet de consommation.

Où se situait l’entrée de la grotte des Fraux à l’âge du Bronze ?

L’accès actuel à la grotte des Fraux s’opère par un petit puits artificiel, lequel résulte de l’effondrement en 1989 d’une partie de la voûte de la cavité. À ce jour, nous ignorons la localisation exacte de l’entrée qu’empruntaient les “occupants” de la grotte à la fin de l’âge du Bronze. Nous ignorons également tout de la morphologie de cet ancien accès. S’agissait-il d’un petit porche ? Ou bien le versant était-il déjà colmaté par des dépôts de pente, laissant apparaître de petites infractuosités ?

La grotte des Fraux constitue un tout petit réseau horizontal. Cette spécificité permet de situer assez précisément l’altitude à laquelle devait se trouver l’ouverture de la cavité. L’orientation des galeries permet également d’estimer la position de l’entrée primitive, aujourd’hui effondrée, à hauteur de l’actuel parking aménagé à quelques mètres de l’entrée actuelle.

Pour tenter d’en reconstituer la forme, nous avons réalisé la numérisation d’une partie du versant – au profil adouci – où devait se situer l’entrée (ou l’une des entrées) permettant d’accéder à la cavité. Lorsque le modèle numérique de terrain sera réalisé, nous pourrons projeter le volume des galeries numérisées, et ainsi proposer une restitution topographique et morphologique du versant, tel qu’il se présentait à la fin de l’âge du Bronze. Le couplage avec de prospections géophysiques sera nécessaire pour préciser le niveau de pertinence des hypothèses.

Géolocalisation par GPS
Géolocalisation par GPS

Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l'âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin permettent au scanner « photon » Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées
Numérisation en 3D du versant sur lequel se situait l’accès à la grotte des Fraux à la fin de l’âge du Bronze. Les sphères disposées à dessin (en arrière plan sur la photo) permettent au scanner photon Faro d’opérer l’assemblage des scènes numérisées.

Relevé du grand panneau orné du secteur 13

par Raphaelle Bourrillon et Stephane Petrognani

Dans une perspective de corrélation du travail 3D mené par l’équipe de l’INSA de Strasbourg (UMR MAP 694) et du relevé des parois ornées, nos efforts se sont concentrés ces deux derniers jours sur le « Grand Panneau » (secteur 13, paroi droite). À la suite de l’enregistrement descriptif des manifestations sur les fiches de terrain, un croquis de lecture détaillé a pu être réalisé.

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du Grand Panneau

Stephane en train de réaliser le croquis de la partie gauche du "Grand Panneau" (secteur 13)

Cette étape, indispensable, permet d’enregistrer des informations graphiques (identification des représentations), techniques (tracés digités, gravures…), métriques (mesures des tracés) et stratigraphiques (mise en évidence des différentes phases d’élaboration du panneau orné). Enfin, dans une dernière étape de ce travail, nous avons procédé à la prise de clichés en haute résolution de l’ensemble du panneau sur lesquels nous réaliserons le relevé graphique, ainsi que de détails révélant la superposition des tracés.

Exemple de superposition de tracés digités sur le « Grand Panneau »

Exemple de superposition de tracés digités sur le Grand Panneau du secteur 13. Cliché publié avec l'aimable autorisation d'Edmond Goineaud, propriétaire de la grotte des Fraux.

Ces informations nous permettrons à plus long terme de comparer les panneaux entre eux mais, également, entre les différents secteurs ornés de la cavité. L’étude concomitante des sols, les données de l’archéométrie et le scan 3D du secteur vont nous permettre de restituer ces manifestations graphiques dans leur contexte social et culturel.

À la poursuite du champ magnétique

À la suite du test de couplage des approches de thermoluminescence et magnétiques réalisées en octobre 2008 – notamment dans le secteur 18, au niveau d’une aire fortement rubéfiée correspondant à une structure de combustion – François Lévêque a considéré que le levé du profil en prospection magnétique (procédé non destructif) aurait gagné en finesse a bénéficier de davantage de données par unité d’espace. L’un des objectifs de cette nouvelle campagne de prospection magnétique est de parvenir à produire une haute résolution spatiale de la variation du champ magnétique et de générer des données 3D de cette variation. Pour pallier au manque de données, François a décidé de passer à un mode d’acquisition dynamique (en continu) en réalisant un positionnement déconnecté de l’acquisition des mesures du champ magnétique avec la station trimble (aimablement prêtée à l’équipe par la société GEOTOPO). Cette station permet de localiser, au cm près, un prisme solidarisé au capteur de champ magnétique. Les deux séries temporelles de mesures sont synchronisées.

prospection magnétique

prospection magnétique via un mode d'acquisition dynamique solidarisant capteur de champ magnétique et prisme.

Cette opération a été réalisée sur plusieurs m3, sur la zone cible prospectée en octobre, autour du foyer F4. En moins d’une heure, cette opération a permis d’acquérir quelque 16 000 points de mesure à comparer aux 400 points de mesure acquis l’an passé (en 2 heures de temps, sur une surface d’environ 10 m2).

Scan 3D de la galerie des foyers (secteur 18)

Les journées de lundi et mardi ont été consacrées à la numérisation 3D de la galerie 18, longue d’une trentaine de mètres. Ce travail, réalisé à l’aide du scanner Photon Faro et d’une station Trimble VX a mobilisé 4 personnes. L’exiguité des lieux – la galerie est par endroits haute d’à peine 1,20 m et large de 80 cm – a complexifié la manipulation des appareillages. Pour compléter le travail de numérisation, Pierre Grussenmeyer a effectué une série de photographies numériques en haute résolution (15 M) des parois du secteur 18 dans le but de “texturer” le modèle 3D.

À l’occasion de cette manipulation, l’équipe a accueilli un étudiant de l’INSA-Strasbourg, actuellement stagiaire chez GEOTOPO, Franck Lamure.

Relevé des sphères au Trimble VX par Franck.

Relevé des sphères au Trimble VX par Samuel, Franck et Benoît.

L’équipe de l’INSA-Strasbourg profite de ce billet pour saluer Anne !

En préalable à la numérisation

relevé des sols archéologiques su secteur 18

relevé des sols archéologiques du secteur 18

Un des objectifs de cette nouvelle opération de terrain aux Fraux est le scan 3D du secteur 18 (dit galerie aux foyers), dans le prolongement du secteur 13. Les nombreux foyers en cuvette qui jalonnent cette galerie font par ailleurs l’objet d’une étude archéomagnétique en cours. Avant que d’amorcer le scan de cette partie du réseau, nous finalisons ce week-end le travail de relevé manuel et photographique des sols archéologiques en place (structures de combustion, mobilier…) ainsi que l’état des lieux de cette portion de la galerie.