Reprise des hostilités

Pour les archéologues pariétalistes, cette semaine  sera consacrée à la prise de photographies et au mosaïquage des clichés des panneaux ornés du secteur 13 de la grotte des Fraux. Ce travail de prise de vue est précédé d’une étape de description des panneaux ornés et des entités graphiques sur la base d’une fiche type. Cette fiche a été adaptée à la grotte des Fraux, à partir d’un modèle plus spécialement conçu pour la période paléolithique.

 

Raphaelle et Stephane décrivant le grand panneau de la salle au pilier

Raphaelle et Stephane décrivant le grand panneau de la salle au pilier (secteur 13)

 

Fiche d'enregistrement des entités graphiques

Fiche d'enregistrement des entités graphiques

Ce travail préparatoire concerne les 11 panneaux du secteur 13, répartis sur une vingtaine de mètres linéaires. Il permettra le relevé manuel des panneaux lors de la prochaine campagne, en mai prochain.

L’objectif de l’équipe est de mener à terme l’étude du secteur 13 (archéologie, relevés pariétaux, 3D, topographie, étude archéométrique des foyers) pour la fin du programe triannuel de fouille.

Colère ou désespoir ?

 

Dans le discours du 22 février, prononcé à l’occasion du lancement de la réflexion pour une Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation, Nicolas Sarkozy a tenu des propos témoignant de sa méconnaissance profonde du dispositif national de la recherche scientifique et infamants envers les chercheurs français.

http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2259&cat_id=7

A l’instar de Marie Pascale Doutriaux (Université de Paris Sud), j’ai entendu qu’en qualité de chercheur au CNRS nous étions «  Mauvais, non performants, archaïques, idéologues, partisans, conservateurs, aveugles, refusant de voir la réalité, immobilistes, ayant des mentalités à changer, installés dans le confort de l’autoévaluation et travaillant dans des structures obsolètes, archaïques et rigides ».

 

Ces propos excessifs ont suffisamment irrités les chercheurs pour que le conseil scientifique du CNRS s’indigne des contre vérités énoncées et du ton volontairement provocateur avec lequel ils ont été tenus.  http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/recomman.htm#26012009

 « Le Conseil scientifique du CNRS réuni le 27 janvier 2009 s’associe à la forte émotion des personnels de la recherche provoquée par le discours du Président de la République du 22 janvier 2009. Il s’indigne de l’énoncé de contre-vérités manifestes appuyées sur des éléments partiels et des erreurs concernant la recherche française, notamment en ce qui concerne son mode d’évaluation. Ce discours lui semble procéder de la provocation. Le Conseil scientifique du CNRS exprime donc sa profonde réprobation. »

 

En conduisant une attaque idéologique en règle, c’est-à-dire en opposant le conservatisme des chercheurs de gauche aux force du progrès qui se situeraient, au dire du Président de la République Française, à la droite de l’échiquier politique, Nicolas Sarkozy place le débat hors du champs scientifique :

 « Nous avons des domaines d’excellence reconnus et enviés dans le monde entier, mathématiques, physique et aux sciences de l’ingénieur. Mais ces admirables chercheurs et ces points forts – j’ose le dire -ne sont-ils pas l’arbre qui cache la forêt ? Ne servent-ils pas parfois d’alibi aux conservateurs de tous poils, que l’on trouve à droite en nombre certain et à gauche en nombres innombrables. Je dis innombrables à gauche car ils sont plus nombreux ».

Par ces propos partisans, le Président de la République adopte une position idéologique, et c’est dorénavant sur ce terrain que nous nous situerons pour parler du dispositif national de la recherche scientifique.

J’invite les collègues qui se sont sentis mis en cause à signer la pétition http://excuses-sarkozy.fr.nf/ 

Laurent Carozza Chargé de recherche au CNRS

recherche exploratoire

Dans la perspective de soumettre un PEPS (Projets Exploratoires Pluridisciplinaire) auprès de l’Institut d’Ecologie et Environnement du CNRS (INEE), l’équipe qui conduit des recherches archéométriques sur les structures de combustion s’est réunie lundi à bordeaux, dans les locaux du CRP2A.

Les recherches engagées en 2008 de manière à spatialiser et reconstituer les paléo-températures des foyers en couplant magnétisme et thermo-luminescence font l’objet spécifique de ce projet. Ainsi, le magnétisme permet de dresser une cartographie des zones dont la modification du champs magnétique local révèle une thermo-tranformation ; la thermo-luminescence permettant quant à elle de reconstituer, par la capacité des quartz à enregistrer durablement une partie de l’énergie fournie par la radioactivité naturelle, un paléo-thermomètre susceptible de calibrer ce signal.

carte MAG

Le couplage, encore jamais expérimenté, de ces deux méthodes doit ainsi permettre de modéliser les feux en croisant ces différentes variables avec d’autres données (fonction, combustible, modélisation 3D de l’environnement…). 

http://www.cnrs.fr/edd/recherche/PEPS.htm

« Les Grands témoins de la Préhistoire » : les archives du Pôle International de la Préhistoire

Le Pôle International de la Préhistoire (PIP) œuvre depuis 1994 pour la valorisation culturelle des sites préhistoriques et la constitution d’un réseau de culture scientifique. Cette structure – qui réunit l’État, la DRAC Aquitaine, le Conseil Régional d’Aquitaine et le Conseil Général de la Dordogne – a lancé un vaste programme intitulé « Les Grands témoins de la Préhistoire », dont l’objectif est d’archiver les témoignages des principaux acteurs de la recherche préhistorique. Confronté à l’absence d’archives autour de sites majeurs de la Préhistoire aquitaine, le PIP a notamment décidé de réaliser les interviews filmées des propriétaires des plus importants sites préhistoriques de la région. Ce travail, débuté l’an dernier, a d’ores et déjà permis de réaliser une dizaine d’interviews.
C’est dans ce cadre que le Service Régional d’Archéologie d’Aquitaine (en les personnes de D. Barraud et O. Ferullo) a contacté notre équipe afin qu’elle contribue à l’interview des propriétaires de la grotte des Fraux sur les conditions de découverte du site.
Deux d’entre nous ont collaboré à la réalisation de cette interview, mercredi 3 décembre 2008, aux cotés de Claire Peyre (du PIP), de Pascal Magontier (réalisateur) et de Alain Martin (preneur de son).

mise en place des éclairages et micros avant le tournage

mise en place des éclairages et micros avant le tournage sous le regard de Damien

Pascal Magontier aux commandes

Pascal Magontier aux commandes

Les propriétaires de la grotte, Edmond et Marcelle Goineaud, se sont volontiers prêtés au jeu de l’interview – réalisée à leur domicile -, en relatant les conditions de la découverte et de l’exploitation scientifique du site, mais également en témoignant de leur vision personnelle de ce patrimoine archéologique. La fille des propriétaires et leur petit-fils Damien ont également accepté de partager le souvenir de leurs émotions lors de leurs premières visites du réseau et – pour la première d’entre eux – la façon dont elle a vécu la découverte puis les années de gel du site avant son exploitation scientifique. Le Maire de Saint-Martin-de-Fressengeas a quant à lui témoigné de son implication dans la gestion de l’opération, aux cotés de la communauté de communes des pays thibériens.

Interview d'Edmond et Marcelle Goineaud

Interview de Marcelle et Edmond Goineaud

Les archives produites lors de cette interview (près de 2 heures de rush) seront conservées par le PIP ; une partie d’entre elles est destinée à être prochainement mise en ligne sur le site du PIP, sous la forme de quelques courts extraits consultables par le grand public.

lien : http://www.pole-prehistoire.com

Fin de campagne 2008

Ce samedi 1er novembre signe la fin de la campagne d’automne à la grotte des Fraux. Ces deux semaines intensives ont été principalement consacrées à des tests d’ordre méthodologique. La présence de nombreuses structures de combustion dans la cavité nous a incité à mettre en œuvre des approches croisant différents types d’analyses (paléo-magnétisme, susceptibilité magnétique, thermoluminescence). Le dépouillement des premiers résultats dans les prochaines semaines devrait nous permettre de proposer un protocole d’étude. La confrontation des points de vue permet également de proposer d’autres pistes de recherche, dont celle de la datation de l’ensemble des feux par luminescence. Il ne s’agirait pas d’obtenir des dates absolues, mais davantage de voir si l’on peut proposer une chronologie relative et propre au site. Des tests de faisabilité devront être réalisés.

Comme nous l’avons montré dans le dernier billet, le relevé en 3D de la cavité a été engagé par
Pierre, Samuel et Benoît. Ici encore, la valeur méthodologique a été privilégiée par l’emploi de matériels différents dans des conditions topographiques particulières. L’enjeu est à présent de mettre au point des outils (bases de données géo-référencées) permettant une parfaite compatibilité entre les différents modes de relevé. La poursuite du relevé des œuvres pariétales s’inscrit dans cette perspective. Les panneaux relevés par Stéphane et Raphaëlle, à l’aide de relevés photographiques et manuels sur le terrain, vont nous permettre de travailler à l’intégration des données archéologiques dans le modèle 3D. Car cette question de la gestion en trois dimensions se pose pour chacun d’entre nous. Lorsque nous relevons des sols archéologiques, des fragments de céramiques ou des restes osseux, nous réalisons des plans qu’il conviendra d’intégrer dans le modèle en 3 dimensions. Pour ce faire, une petite zone de 4 m² a été décapée et fait l’objet d’une fouille partielle.

Ce bilan ne saurait être complet sans saluer le travail de reconnaissance et de topographie du réseau conduit par Yves et Christine. L’exploration de nouvelles galeries a montré le développement réticulé du réseau et permet de comprendre le processus de formation de la grotte des Fraux.

Nouvelles échéances : remise du rapport de fouille fin décembre 2008. D’ici là, les travaux de laboratoire vont poursuivre…

 

sur le départ...

sur le départ...

 

Test de différentes méthodes de relevé 3D

Nos collègues de l’équipe PAGE de l’INSA de Strasbourg (éuipe de l’UMR MAP 694) sont repartis ce matin, après trois journées passées dans la grotte à réaliser des relevés et à tester différents types de matériels. Les journées, rythmées par la descente du matériel par l’étroiture de la grotte, sa mise en place dans le réseau, son maniement, ne nous ont pas laissé de temps pour le traditionnel billet quotidien.

La première journée, l’équipe s’est scindée en deux.

Samuel et Albane ont mis en place le scanner Faro Photon à l’intersection des galeries 13 et 18. Après avoir positionné plusieurs sphères sur des points spécifiques, déterminés par leur bonne visibilité depuis différentes stations, le scanner Photon est mis en station sur un pied carbone. Après avoir retiré les points matérialisés au sol (fiches pvc et rubalise), l’acquisition par le scanner Photon s’opère très rapidement. Le nuage de points est visualisé et sauvegardé quelques minutes plus tard sur l’écran du PC. L’opération, répétée en déplaçant la station de manière à multiplier les zones de recouvrement, a permis de couvrir les 80 mètres de ces secteurs en moins de deux journées.

Le scanner Faro Photon en station dans la grotte

Le scanner Faro Photon en station dans la grotte

Contrôle à l'écran de l'acquisition 3D achevée

Contrôle à l'écran de l'acquisition 3D achevée

Visualisation de la zone numérisée sur l'écran du PC

Visualisation de la zone numérisée sur l'écran du PC

Dans le même temps, la seconde équipe formée de Pierre et Benoît a réalisé le relevé des sphères à l’aide de la station totale Trimble VX. Ce relevé est nécessaire pour associer le nuage de points, et pour que le levé puisse être géoréférencé. Il est nécessaire de connaître très exactement – à quelques millimètres près – la position de chacune des sphères. Cette opération, s’appuie sur le réseau de points géoréférencés positionné à l’aide de la station Trimble VX. La qualité du scan est tout a fait exceptionnelle puisque l’on peut aisément discerner sur certains des panneaux ornés les tracés digitaux. Une grande partie de la matinée du jeudi a été consacrée à la réalisation d’une couverture photographique qui pourra être plaquée sur le modèle 3D (texturage).

Numérisation d'un panneau par la station trimble VX

Numérisation d'un panneau par la station trimble VX

L’un des objectifs de cette mission était de tester différentes méthodes de relevés et de types de matériel pouvant être employés. Deux panneaux tests ont été sélectionnés pour faire l’objet de ce travail expérimental. Près de l’entrée, dans le secteur 11, un panneau a été numérisé à l’aide du scanner Faro et de la station Trimble VX. Cette dernière, équipée d’un système d’acquisition d’image, réalise à la fois la mosaïque des photos et la numérisation à faible résolution du modelé de la paroi. L’objectif n’est pas d’obtenir un scan à très haute résolution, mais davantage de disposer d’un mappage photographique. Dans les mois, à venir il sera possible de comparer les modèles numériques obtenus par scannage avec le relevé manuel réalisé par Stéphane et Raphaëlle à partir de la mosaïque photo.

Un second panneau, dans le secteur 13, à fait l’objet d’une attention particulière : balayage laser laser-scanning par le scanner Faro et numérisation à l’aide de la station Trimble VX et du scanner Trimble GX. La particularité de ce dernier appareil est de générer en haute résolution des modèles en couleur. En disposant un éclairage fixe (lampes froides), l’objectif est de travailler à la fois sur le modèle numérique du support et sur l’image elle-même. Il est alors possible de travailler avec des cibles disposées au-dessus du sol sur les points de canevas (pour directement géoréférencer les nuages de points), et non plus avec des sphères nécessairement posées sur la paroi ou fixées dans des failles de la roche.

Numérisation d'un grand panneau orné par la station trimble GX

Numérisation d'un grand panneau orné par la station trimble GX

Les mois à venir seront mis à profit pour traiter ces informations et préparer les prochaines campagnes de relevé, et l’équipe MAP-PAGE ne manquera pas de nous faire part de ces impressions. Nous tenons très chaleureusement à remercier la société FARO d’avoir mis à la disposition de l’équipe MAP-PAGE de l’INSA de Strasbourg leur tout nouveau scanner Photon.

Le réseau : relevé et observations

 

La campagne 2008 illustre parfaitement les différents niveaux de précision successivement mis en œuvre dans les relevés de la cavité. Ainsi, le scan 3D s’appuie sur un ensemble de points géoréférencés lesquels reprennent des stations d’un cheminement topographique classique lui même calqué sur un levé “spéléologique”.

Mais le corollaire du gain de précision et de détails est un matériel plus volumineux et une lourdeur de mise en œuvre. Les techniques simples, malgré leur faible précision, gardent donc tout leur intérêt pour obtenir un premier levé de la cavité dans un temps réduit et ceci surtout pour des endroits d’accès difficile.

Cette année, le levé “spéléologique” (consistant en un cheminement dans les galeries avec, de station à station, une mesure de la distance, de l’azimuth et de la pente ainsi que des dimensions du conduit) a donc été utilisé sur la base du premier relevé établi par Olivier Ferullo et Thierry Baritaud pour :

– reprendre 150 m de galeries afin d’assurer une série de rattachements ;

– lever 140 m de galeries pour lesquels existait seulement un croquis ;

– lever 290 m de galeries qui n’étaient pas encore indiquées.

 

A l’issue de ces nouveaux levés, le développement total de la grotte est notablement étendu. Cette augmentation est moins marquée pour l’emprise globale de la cavité. En effet, le réseau est extrêmement labyrinthique et pourrait même être qualifié de réticulé, deux orientations préférentielles étant dominantes.

Seule une faible part des nouvelles galeries relevées présentent des traces du passage des hommes de l’âge du Bronze. L’importance des incursions (en terme de distance à l’entrée supposée) pourra donc être précisée.

Pour le réseau lui même, les observations faites en 2007 sont confirmées : creusement en régime noyé avec développement de chenaux de voûte, phase de décolmatage provoquant, par appel au vide, le décrochement de portion de paroi.

Un des points nouveaux est l’existence de sections importantes de galerie caractérisées par un remplissage argileux observable sur 2 à 3 m de hauteur. L’une des coupes montre au moins une interruption dans la sédimentation argileuse suivie d’une phase de reprise d’érosion avec une importante chenalisation. La sédimentation reprend ensuite avec un comblement essentiellement sableux puis une nouvelle séquence d’argiles varvées.

 

colmatage argileux d'un conduit

colmatage argileux d'un conduit

 

séquence d'argiles varvées interrompue par une phase de chenalisation

séquence d'argiles varvées interrompue par une phase de chenalisation

 

L’évolution “récente” du réseau est marquée par :

– des effondrements de dalles du plafond pouvant, en quelques points, aller jusqu’à un développement de véritables “fontis” ;

– en un endroit, l’intrusion d’argile à galets depuis une probable communication ancienne avec la surface ;

 

talus d'argile à graviers

talus d'argile à graviers

 

– le surcreusement de portion de galeries avec le développement de chenaux entaillant les remplissages. Les écoulements parcourant ces chenaux ne sont actifs qu’en période de fortes précipitations. Ils se perdent dans des points d’absorption profonds de 3 à 5 m.

 

chenal entaillant le remplissage argileux d'une galerie

chenal entaillant le remplissage argileux d'une galerie

Enfin, si les traces anthropiques ne sont présentes que dans une faible partie des galeries nouvellement topographiées, celles de grands carnivores sont omniprésentes avec des griffades nombreuses sur de larges surfaces des parois ou dans l’argile des remplissages.

 

paroi abondamment griffée

paroi abondamment griffée

 

empreinte de patte sur un talus d'argile

empreinte de patte sur un talus d'argile

Topographie et numérisation de l’intérieur de la grotte des Fraux

Pour mener à bien le travail de numérisation d’un premier segment de la cavité, depuis la galerie 13 vers l’actuelle entrée de la grotte, une série de points géoréférencés a été relevée. Depuis les premières reconnaissances, de nombreux points topographiques ont été posés par le Service Régional de l’Archéologie ainsi que par notre équipe. Il devenait urgent de consolider ce semis de points et de les intégrer dans un système référencé, raccordé au système Lambert. Dans un même temps, nous avons positionnés des points pérennes en inox, chevillés dans les blocs de grès. Ailleurs, des tubes PVC de 100 mm ont été enfoncés dans le substratum argileux.

La société GEOTOPO a mis a disposition de l’équipe du MAP un théodolite Trimble VX qui offre notamment la particularité de pouvoir visualiser sur écran les points visés sans réflecteurs. Cet instrument permettra de caler les sphères mises en places pour positionner le nuage de point du scanner. Nous tenons à remercier chaleureusement Nicolas Schaller, gérant de la société GEOTOPO (http://www.geotopo.fr).

positionnement des sphères préalablement au scan du secteur 13

positionnement des sphères préalablement au scan du secteur 13 station trimble VX en station dans la grotte

géoréférencement des anciens points topo

géoréférencement des anciens points topo

 

station trimble VX en station dans la grotte

station trimble VX en station dans la grotte

 

Outre le prêt de la station Trimble, Nicolas a passé une journée avec l’équipe pour observer le comportement de l’instrument dans les conditions de travail très particulières du milieu souterrain.

 

 

Outre le prêt de la station Trimble, Nicolas a passé une journée avec l’équipe pour observer le comportement de l’instrument dans les conditions de travail très particulières du milieu souterrain.

 

 

Topographie 3D

La mise en place de la topographie 3D d’un premier secteur de la grotte des Fraux a été engagée dans la soirée du 27 octobre par la prise en main du scanner laser. La société Faro a mis à disposition de l’équipe scientifique de la grotte des Fraux (Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin de l’INSA assistés par Benoit Cazalet, étudiant à l’INSA) le dernier né de leur gamme de scanner, le Photon (http://www.faro.com). Ce scanner est particulièrement bien adapté, par ses caractéristiques, au milieu souterrain et à la nature des vestiges à topographier – incertitude de mesure de plus ou moins 2 mm à 25 m ; vitesse d’acquisition est de 120 000 points / seconde). Le test réalisé sur la terrasse du gîte de la Rebière a permis une prise en main du matériel qui va être utilisé durant cette semaine.

prise en main du scanner Photon (société Faro)

prise en main du scanner Photon (société Faro)

Lieu de vie ou lieu de passage ?

La fouille d’une zone test se poursuit depuis le début de la semaine dans le secteur 13. Le décapage d’une surface de 5 m² a été réalisé dans une zone où les piétinements et les perturbations ont provoqué un léger compactage des vestiges. Les mobiliers de l’horizon supérieur (Us 13011) ont parfois été déplacés de quelques centimètres ou soulevés par les passages successifs. On observe ainsi des petits blocs de grès déplacés dont on discerne l’empreinte de la position primaire.

La fouille de l’horizon sous-jacent (Us 13015) dévoile un horizon puissant de 1 à 2 cm formé d’un épandage de tessons de céramiques et de fragments osseux. Les vestiges sont inégalement répartis. Au centre de la zone, un foyer à plat est matérialisé par une surface rubéfiée. Parmi les vestiges gravitant autour du dispositif foyer, de nombreux restes osseux de faune domestique  correspondent à de jeunes individus (épiphyses non soudées). Les multiples connexions anatomiques observées, dont certaines concernent des membres, témoignent de rejets ayant subi peu de perturbations post-dépositionnelles.

vue d'une patte en connexion anatomique

vue d'une patte en connexion anatomique

 

Les investigations stratigraphiques conduites ponctuellement montrent que cet horizon repose sur une couche charbonneuse peu épaisse (Us 13016 puissante de moins de 1 cm) vierge de tout mobilier anthropique. Le démontage du sol 13015 permettra, à l’appui d’une plus grande surface fouillée, de compléter cette observation. Des témoins ont été laissé en place  de manière à réaliser des prélèvements micro-morphologiques. Un échantillon a été prélevé sur un sol, en marge d’une zone remaniée.

La fouille de ce secteur est aujourd’hui achevée et elle va faire l’objet d’une micro-topographie à l’aide d’un scan 3D. Ce relevé viendra compléter le plan de la zone dressé au 1/5ème ainsi que les prises de vues des détails ou des configurations particulières. Après le dépouillement de ces différentes sources, nous envisageons de poursuivre ponctuellement la fouille. Avant toute chose, l’ensemble des sédiments qui a été prélevé selon un pas régulier devra faire l’objet de tamisages.

 

Premières impressions

Les premières impressions, au moment où nous interrompons la fouille de ce secteur avant d’engager son analyse spatiale, sont celles d’une zone « d’habitat » caractérisée par un épandage de rejets domestiques – céramiques fragmentées et restes osseux – gravitant autour d’une structure de combustion. Ce type de dispositif pourrait décrire un petit campement, c’est-à-dire l’aménagement d’une petite zone de vie sur une zone plane, adossée d’un côté à un talus argileux et de l’autre à une série de blocs décrochés du plafond de la grotte et formant un empierrement hétérogène.

Magnétisme et luminescence : couplage de méthodes à la grotte des Fraux

Lors de la campagne de printemps 2008, des structures de combustion ont été identifiées dans le secteur 13 de la grotte. Ces dernières se matérialisent sous la forme de zones rubéfiées, colorées et par la concentration de produits de combustion. Si l’archéologie a permis de cartographier ces différents indices, peu d’éléments sont susceptibles de préciser la fonction des feux (éclairage ? feu domestique ?).

Nous avons décidé avec Pierre Guibert de l’IRAMAT à Bordeaux, François Levêque et Vivien Mathé de l’Université de La Rochelle (Centre Littoral de Géophysique, Laboratoire de magnétisme environnemental) de réaliser un test couplant différentes approches en vue de l’analyse des structures de combustion.

Plusieurs questions se sont posées à nous dans la perspective d’une modélisation des feux dans la grotte des Fraux :

la conduite de prospections géophysiques en milieu souterrain.

la cartographie des structures et leur organisation dans l’espace ;

la mise en place de méthodes d’études non destructives ou à faible impact ;

la question des paléo-températures ;

L’idée retenue par l’équipe a été de coupler les approches thermoluminescentes et magnétiques.

Le test opéré cette semaine aux Fraux visait à :

– observer, sur une zone où des structures archéologiques sont avérées, les liens de corrélation entre les indices de chauffe et la cartographie des anomalies magnétiques ;

– rechercher, dans un secteur choisi, des structures de combustion en utilisant un mode de prospection non destructif (magnétisme).

Dans le premier secteur (secteur 13), les mesures se sont focalisées autour du foyer F4 et ont consisté dans le levé d’un double profil en prospection magnétique.

Secteur 13 - Profil magnétique sur 6 mètres linéaires

Secteur 13 - Profil magnétique sur 6 mètres linéaires

Dans une seconde étape, la cartographie d’une zone d’un ½ m² a été réalisée à l’aide de deux capteurs de susceptibilité magnétique.

Secteur 13 - cartographie du foyer F4 par susceptibilité magnétique

Secteur 13 - cartographie du foyer F4 par susceptibilité magnétique

Résultats préliminaires et premières observations :

Sur le profil général apparaissent des feux d’intensités différentes selon qu’il s’agit de foyers à plats (aménagés sur le substrat de blocs de grès) ou de structures qui procèdent de la mise en œuvre d’argile. La question des types de matériaux employés est ici primordiale.

La cartographie réalisée selon une maille de 25 cm² (1/2 journée de mesures) a permis de tester deux types de capteurs (susceptibilimètres) qui ont livré des images similaires. L’image produite fait clairement apparaître une sole d’argile ainsi que deux zones chaudes localisées en périphérie de cette structure.

Un bloc de grès d’apparence non altéré, à quelques centimètres de la sole, a longuement interrogé l’équipe. Les mesures montrent que seule la périphérie du bloc a été altérée par le feu sur quelques millimètres, mais son état de surface (non transformé par la chauffe) résulterait d’un processus post-dépositionnel.

Après cette opération, un échantillonnage a été réalisé dans la perspective de mesurer les paléo-températures (TL). La stratégie de prélèvement a résidé dans l’utilisation des résultats de la susceptibilité magnétique dans le but d’échantillonner les zones de différentes valeurs en privilégiant des transects. 21 échantillons, répartis y compris sur des zones non chauffées, ont ainsi été prélevés. 12 prélèvements complémentaires ont été réalisés en dehors de la zone mesurée en susceptibilité afin d’établir un transect général de la structure.

Secteur 13 - localisation des prélèvements pour la thermoluminescence.

Secteur 13 - prélèvements d'un échantillon de la sole foyère pour la thermoluminescence.

Secteur 13 - localisation des prélèvements pour la thermoluminescence.

Secteur 13 - localisation des prélèvements pour la thermoluminescence.

Dans le secteur 18 (une galerie étroite localisée dans le réseau gauche de la cavité) aucune investigation archéologique n’a jusqu’à présent été réalisée. Cependant, des cuvettes et de zones fortement charbonneuses sont apparues en surface. L’objectif de la prospection magnétique visait à mettre en évidence des zones de combustion, pour partie masquées par des produits de combustion ou des faciès de surface altérant la perception des couleurs et des formes des éventuelles structures.

Les mesures ont été opérées selon un pas régulier (35 cm), sur un segment de la galerie long de près de 10 mètres.

Secteur 18 - profil magnétique sur 10 mètres linéaires.

Secteur 18 - profil magnétique sur 10 mètres linéaires.

Dans ce secteur, des épandages de produits de combustion, mais également des faciès détritiques liés à la paroi, engendrent un bruit de fond/un signal de base de la susceptibilité magnétique élevé. L’hypothèse de la présence de lits détritiques riches en minéraux ferrugineux – antérieurs à l’occupation – sur un des cotés de la galerie peut aussi être évoquée. Cependant, les 4 transects révèlent une succession d’anomalies magnétiques qui signale très probablement des zones de feu. Dans le détail, on observe que les crêtes des foyers (poins hauts de ces structures) délivrent le signal de susceptibilité le plus fort. Ces observations devront être complétées dans la semaine qui vient par une cartographie et un levé topographique qui permettront de corréler ces informations.

Adaptation des techniques de relevé pariétal au contexte particulier de la grotte des Fraux

Par S. Petrognani et R. Bourrillon

Au printemps 2008, nous avons procédé au relevé d’un panneau de tracés digités de la cavité (secteur 13 ; point topographique 119). La méthode employée (dessin d’après photographies mosaïquées ) a été détaillée sur ce blog dans les « billets » du 27 mai et du 2 juin 2008.

L’un des principaux objectifs de l’équipe archéologique de la grotte des Fraux est de croiser les approches scientifiques et d’expérimenter des méthodes novatrices.

C’est dans cet esprit que nous adaptons à l’occasion de cette campagne notre méthode de relevé aux manifestations graphiques. La couverture analytique sera par conséquent plus étendue, sans hypothéquer la précision de l’étude.

Nous procédons par une méthode photographique « intermédiaire » qui voit se succéder les étapes de prise de clichés, de mosaïque photographique, de relevé en laboratoire, de contrôle in situ (voir photo), et de traitement infographique. L’intérêt majeur de cette méthode est le gain substantiel de temps, le travail de relevé étant effectué en grande partie à l’extérieure de la cavité.

Étape de contrôle du relevé in situ (panneau II G secteur 11)

Étape de contrôle du relevé in situ (panneau II G secteur 11)

 

Le Panneau II G  du secteur 11 sera l’objet de cette nouvelle méthode ; la lecture des séquences de tracés digités verticaux s’y prêtant aisément.

Nous n’écartons pas l’éventualité de recourir à une méthode à plus grand investissement technique in situ pour des panneaux aux entités graphiques plus complexes. 

Des sols de l’âge du Bronze

La poursuite de la fouille de l’axe principal de circulation du secteur 13 a révélé des sols archéologiques en place, quelques millimètres à peine sous le sol de circulation actuel. La surface fouillée est volontairement réduite aux axes de circulation menacés par les passages répétés et surtout par la pause des passerelles de circulation qui seront aménagées dans ce secteur en début d’année prochaine. Les zones non menacées de destruction ne seront pas fouillées, dans le but de conserver la cavité dans son intégrité.

Aujourd’hui, une fouille méthodique nous a permis de mettre au jour un premier horizon argileux, en place, enrobant de petits tessons de céramique non tournée (caractéristique de l’âge du Bronze) ainsi que des fragments de faune. Cet horizon repose sur une couche moins riche en mobilier archéologique mais caractérisée par de très fortes concentrations en charbons de bois.

fouille de l'axe de circulationdu secteur 13

fouille de l'axe de circulation du secteur 13

La fouille de ce secteur se poursuivra cette semaine, et nous apportera sans doute des premiers éléments de réflexion sur le statut de ce site. La fouille sera arrêtée en fin de semaine car ce secteur fera l’objet d’un scan 3D à partir de lundi prochain.

Dimanche 19 octobre : reprise des activités

Nouvelle campagne sur le terrain à la grotte des Fraux. Cette session de travail de 15 jours sera pour l’équipe  l’occasion de poursuivre les actions amorcées lors des précédentes campagnes : sondages et fouilles archéologiques dans les secteurs 13 et 10, relevé pariétal d’un nouveau panneau digité du secteur 11… Mais cette campagne sera également dévolue au lancement de nouvelles opérations phares que nous détaillerons au fil des billets : scan 3D d’une partie du réseau, étude archéométrique des foyers (couplage thermoluminescence / magnétisme)…

Au début de l’automne, la communauté de communes a entamé des travaux d’aménagement de l’accès à la grotte : terrassement et construction de murets de soutien assurant la protection de la porte d’entrée face aux éboulement de terrain produits au printemps dernier. Les travaux se poursuivront par la pose d’une toiture légère dans le courant de l’hiver.

Aménagement récent de l'entre de la cavité

Aménagement récent de la cavité

Art pré et protohistorique dans la vallée de Côa (Portugal)

En mission au Portugal dans le cadre d’un projet de recherche développé en partenariat avec l’université de Porto (PHC Pessoa «  Rôle et fonction des enceintes monumentales dans la construction des territoires chalcolithiques en Europe occidentale : regards croisés sur la France méridionale et le nord du Portugal »), nous avons été invités par nos collègues portugais à rencontrer l’équipe du Parc Archéologique de la Vallée de Côa.

Ce contact très fructueux nous a permis, outre la visite de sites archéologiques fantastiques, de visiter le laboratoire de recherche en charge du relevé et de l’étude des œuvres pariétales. En nous présentant la chaîne du traitement de l’information, depuis le relevé jusqu’à la restitution, nous avons pu échanger des points de vue avec nos collègues et nous enrichir de leur expérience.

Organisme public dépendant de l’Institut Portugais d’Archéologie (IPA), le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) a pour mission de gérer, protéger et faire connaître l’art rupestre de la zone protégée de la Vallée du Côa. Il organise également des visites destinées au public (environ 70 personnes/jour). Le parc archéologique de la Vallée du Côa (PAVC) occupe une surface d’environ 20 800 hectares.

parc archéologique de la vallée de Côa - Foz Côa

Trois sites d’art rupestre sont ouverts à la visite : Penascosa, Canada do Inferno et Ribeira de Piscos. La visite de ces sites se fait au départ du centre du Parc Archéologique à Vila Nova de Foz Côa, ou de Castelo Melhor pour accéder aux sites de Penascoa ou encore de Muxagata pour visiter Ribeira de Piscos.

Les gravures paléolithiques de la Vallée du Côa sont réparties en 24 unités différentes, le long des rives du Côa, sur les derniers 17 km.

La visite du site de Ribeira de Piscos nous a permis d’observer la grande diversité des techniques mises en œuvre (gravures, rainurages, piquetages). La richesse de cette palette et la nature même du support, formé de plaques verticales de schistes lisses, livrent des figures d’une étonnante expressivité. La fuidité du trait permet de retranscrire, comme pour l’auroch de la roche 3, les détails de la posture et du port de corne. Les détails des mouvements et du comportement ont été saisis et transposés.

La visite des sites de la confluence du Côa avec le Duro nous a permis d’observer les gravures datant de l’âge du Fer. Guerriers à tête d’oiseau, chevaux, chiens, incarnent la réalité de sociétés pour lesquelles le pouvoir s’exerce au travers des signes de la domination et de la violence. Ainsi, la roche 3 de Vermelhosa montre des guerriers affrontés munis de lances et de boucliers.

Mais où se trouve l’âge du Bronze ? Question récurrente lorsque l’on traite de cette période. Si des peintures ou des représentations antropomorphes se rapportent à la période de la fin du Néolithique et au début des âges des Métaux, aucun ensemble cohérent ne peut attribué à la seconde moitié du second millénaire avant notre ère. Ce constat, qui n’est pas propre à la vallée de Côa, nous interroge une fois encore sur les changements sociaux-culturels qui interviennent durant le second millénaire avant notre ère dans l’ensemble de l’Europe.

L’inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en décembre 1998 donne au PAVC la mission de gérer tout à la fois la protection du site et la divulgation vers le public des œuvres pré et protohistoriques. La construction d’un nouveau musée qui domine la vallée du Douro ouvre une nouvelle page du développement culturel et touristique. Nous attendons avec impatience l’inauguration prochaine de ce centre d’interprétation. Comment allier protection du site, divulgation au public et développement économique ? Nous suivrons de près l’expérience de nos collègues portugais.

Nous tenons à remercier très chaleureusement António Martinho Baptista (directeur adjoint du PAVC) de nous avoir accueilli au PAVC et André Santos, archéologue, de nous avoir accompagnés et fait découvrir la grande diversité des sites gravés paléolithiques et protohistoriques.

Pour plus d’informations, consulter le site internet du Parc Archéologique de la Vallée de Côa : http://www.ipa.min-cultura.pt/coa/

L’historique de la découverte est présenté dans un article de Luis Luis paru dans Les Nouvelles del’Archéologie, 82, 4e trimestre 2000, pp.47-52 http://www.ipa.mincultura.pt/coa/sh__research_articles__folder/NDA.pdf

Et la lumière fut !

Le mois de juillet a vu la grotte des Fraux raccordée au réseau électrique ce qui  nous permet de disposer, dans la cavité, de nouvelles sources d’éclairage. Jusqu’à présent, nous utilisions des lampes leds et des flashs (synchronisation de plusieurs flashs).

Entre le 17 et le 19 juillet nous avons pu utiliser pour la première fois des éclairages froids. Disposés sur des pieds photos, ces éclairages peuvent être manipulés de manière à faire varier l’intensité et l’orientation de la source. Pendant 3 jours, nous avons opéré une couverture photographique des zones qui vont prochainement faire l’objet d’un équipement de plateformes de circulation. Destinées à protéger les sols archéologiques, ces passerelles métalliques dénatureront quelque peu l’environnement de la cavité. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire d’opérer de photographier les lieux avant travaux.

 

 

Prochaine étape, octobre 2008, avec la réalisation par nos collègues de l’INSA UMR PAGE de la numérisation en 3D des premières salles avant leur équipement.    

Mai 68 a-t-il changé l’archéologie ?

 L’éditorial de Denise Pumain dans la dernière mise en ligne de Cybergéo (Mai 68 a-t-il changé la géographie) http://www.cybergeo.eu/index18703.html, invite la communauté des géographes à débattre des causalités multiples à l’origine des changements théoriques et conceptuels en géographie survenus depuis Mai 1968. Denise Pumain insiste avec justesse sur la manière dont Mai 68 a permis un renouveau de la recherche qui s’est affranchie de la « doxa disciplinaire, qui matait les dissidences, les chemins de traverse et les velléités d’hybridation sous le poids implacable du jugement ostracisant… ».

L’archéologie, composante des sciences sociales, a participé de ce phénomène et a également contribué à faire évoluer les contours de sa discipline et de l’ensemble des Sciences Humaines et Sociales. Nous pourrions bien évidemment débattre de l’apparition de nouvelles doxa, de l’académisation de certaines disciplines, et ainsi dénoncer un retour aux conservatismes. Nous pourrions tout uniment dénoncer les immobilismes théoriques de certains, immobilismes qui débouchent sur les mêmes impasses. Il y a là sujets à débats !

Mais Denise Pumain met le doigt sur la question centrale des causalités. La géographie s’est elle libérée en Mai 68 de son carcan ou bien accompagnait-elle simplement des changements sociaux plus profonds ? Cette libération des curiosités et des imaginaires à laquelle a conduit Mai 68, pour reprendre les mots de Denise Pumain, a repoussé encore plus loin les champs disciplinaires. Au risque de s’y perdre. Et l’archéologie s’y est probablement quelque peu perdue. J’ai rappelé ailleurs (1) combien le mot même s’était galvaudé et avait perdu de son sens. L’archéologie de la modernité ou l’archéologie de l’imaginaire en sont l’expression.

Mais paradoxalement, ce phénomène s’accompagne d’un exceptionnel enrichissement qui prend sa source dans la pratique interdisciplinaire de l’archéologie. L’interface avec les sciences de l’environnement et du vivant a, par exemple, déplacé le centre de gravité des productions théoriques et des concepts, de telle manière qu’ils nous échappent peu à peu. L’autonomie méthodologique et conceptuelle de l’archéologie que certains appellent de leurs vœux constituent à ce titre un leurre. La légitimité de l’archéologie se trouve dans sa capacité à s’approprier de nouveaux outils et à renouveler ses cadres théoriques, mais également ses pratiques, et non pas à occuper une place légitimement acquise dans l’espace de la recherche. Place que personne ne lui conteste. Et si Mai 68 a marqué une rupture dans l’affirmation de l’opposition contre les pouvoirs établis, comment ne pas voir dans la conjoncture actuelle, où le pouvoir politique tente une nouvelle fois un pilotage et une mise sous tutelle, un défi scientifique à relever.      

 

 

CAROZZA (L.), MARCIGNY (C.) 2007 – L’âge du Bronze en France, Editions de la découverte, « collection Archéologie de la France » 156 p. (ISBN : 978-2-7071-5139-1)

Fin de campagne

Vendredi 6 juin s’est achevée la première campagne de fouille de l’année 2008. Les objectifs que nous nous étions assignés n’ont pu être tenus en raison des intempéries. Nous avions notamment programmé de poursuivre la fouille dans le secteur 10, petite galerie qui a livré une séquence stratigraphique intéressante, puisqu’elle signe une phase « d’interruption » dans la fréquentation de ce secteur de la grotte. Les sondages étant inondés, nous avons du revoir nos objectifs.

La campagne de printemps a par conséquent été mise a profit pour préparer la pose prochaine des passerelles (nettoyage, photographies et relevés des axes de circulation). Dans le secteur 13 plus particulièrement, nous avons réalisé un plan au 1/10e des zones qui seront recouvertes de platelages. Bien que localement altérés, les sols archéologiques datant de l’âge du Bronze ont livré un mobilier céramique fragmenté. Le nettoyage des sols archéologiques a mis en évidence des zones où les blocs de grès affleurent. Un petit décapage, réalisé dans le secteur 13, a permis de dégager une structure de combustion.

 

Relevés des sols archéologiques au 1/10e

 

Cette fin de printemps pluvieux a rendu la campagne de fouille pénible ; les effondrements successifs du talweg permettant d’accéder au sas d’entrée en constituent le témoignage. A l’initiative de Dany Barraud (Conservateur Régional de l’Archéologie), des travaux vont être engagés dès cet été pour consolider et couvrir ce passage.

 

Sas d’entrée de la grotte – effondrement du talweg

 

Gageons que l’automne 2008 verra se mettre en place la première tranche de l’équipement de la cavité. Le programme de la campagne d’automne est chargé. Dès cet été, une mission de prise de vues sera réalisée en vue de préparer la campagne de relevés pariétaux qui se déroulera la seconde moitié du mois d’octobre. La venue de Pierre Guibert (IRAMAT Bordeaux) permettra la mise en œuvre d’un protocole d’échantillonnage en vue de la réalisation de mesures de Thermoluminescence sur les structures de combustion. Parallèlement, des tests palynologiques seront engagés par Didier Galop (GEODE, Toulouse) qui vient de rejoindre l’équipe. La dernière semaine du mois d’octobre verra l’intervention de nos collègues Pierre Grussenmeyer et Samuel Guillemin de l’INSA de Strasbourg (MAP) ; ils réaliseront la première campagne de relevé 3D dans le secteur 13 de la grotte.

 

Le temps qui nous sépare de ces prochaines échéances sera notamment mis à profit pour réaliser la DAO et traiter les prélèvements qui ont été réalisés.

 

 

Fin de campagne !

Des surface rubéfiées

 Le nettoyage des axes de circulation du secteur 13 a révélé plusieurs zones rubéfiées parfaitement conservées : foyers, zones de rejet de résidus de combustion (charbons de bois, cendres…). Les paléosols apparaissent sous quelques millimètres de sable détritique issu de l’altération des blocs de grès. Sous cet horizon se dessine un sol archéologique formé d’une multitude de faciès : argile jaune recouvrant des blocs de grès beige ; concentrations de produits de combustion ; blocs de grès rubéfiés…

Toute la difficulté de l’enregistrement de ces sols dont l’épaisseur est de quelques millimètres réside dans la cartographie de ces faciès étroitement imbriqués.

 

Juxtaposition des faciès sédimentaires

 

La fouille a été conduite selon un carroyage de 20 cm de coté, sur la base duquel ont été effectués relevés et prélèvements destinés aux études palynologiques, anthracologiques et carpologiques. L’intégralité des sédiments a été conservée.

 

Exemple de relevé des sols au 1/5eme

 

Le rouge est mis

Le nettoyage de axes de circulation à l’intérieur du réseau a mis en évidence des zones d’affleurement du substratum, ici formé de dalles de grès (blocs monolithiques détachés du plafond de la cavité). Sous les niveaux superficiels millimétriques, constitués d’une argile plastique déposée au fil des passages le long des cheminements, sont rapidement apparues des zones altérées sous l’effet de la chaleur et caractérisées par une teinte orangée à rouge vif.

 

Altération des blocs de grès sous l’effet de la chaleur

 

Dans le secteur 13, ces zones sont retrouvées en étroite relation avec des amas charbonneux très denses, pluricentimétriques, correspondant visiblement à des niveaux de vidange de foyers, parfois associés à des horizons cendreux.

 

Dans le cadre de l’étude de ces niveaux, plusieurs interrogations se sont faites jour, notamment sur le processus d’altération thermique des grès ; la caractérisation et la typologie des différents faciès d’altération des grès (dans l’objectif d’une exploitation cartographique) ; la caractérisation des processus post-dépositionnels.

 

 

Altération naturelle des blocs de grès dans la cavité

 

C’est dans la perspective de l’étude de la gestion de feux multiples à l’intérieur de la cavité (en espace confiné) que nous venons de proposer à Pierre Guibert (directeur adjoint de l’UMR 5060 IRAMAT et responsable du RTP archéométrie), spécialiste de la luminescence, d’effectuer une étude test sur un foyer de la grotte des Fraux. Cette étude pourrait prendre la forme d’une analyse en luminescence des grains de quartz constitutifs des grès prélevés sur la zone du foyer, selon une maille restant à définir. Les attendus de ce test sont la détermination des températures atteintes ; l’estimation de l’intensité et de la fréquence des feux, notamment via l’exploitation cartographique des résultats de l’étude. Nous avons d’ores et déjà programmé une première mission sur le terrain avec Pierre Guibert dans le courant du mois de juillet 2008.

 

http://www.u-bordeaux3.fr/fr/recherche/equipes_de_recherche/iramat.html