Présentation des développements méthodologiques réalisés à la grotte des Fraux dans le domaine de la 3D au colloque CIPA

A l’occasion du XXIVe colloque international International CIPA tenu du 2 au 6 septembre 2013 à Strasbourg, l’équipe scientifique des Fraux a présenté une communication consacrée aux développements méthodologiques réalisés à la grotte des Fraux depuis 6 années dans le domaine de la numérisation et de modélisation 3D .

Cette présentation n’aurait pu être réalisée sans l’implication de l’ensemble des membres de l’équipe scientifique des Fraux ni sans la bienveillance des propriétaires de la grotte, qu’ils soient ici tous remerciés.

Les travaux présentés ont bénéficé du soutient de l’INEE du CNRS, du Ministère de la Culture et de la Communication et du programme AIR.

 

 


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt


CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

CIPA2013(PC).ppt

 

Poursuite de la numérisation 3D de la volumétrie du réseau souterrain

La campagne de mars dernier a permis de poursuivre l’acquisition de la volumétrie 3D de la grotte des Fraux, dans des zones où le cheminement polygonal avait été réalisé en 2012 avec l’aide d’Emmanuel Moisan (élève ingénieur à l’INSA de Strasbourg).

Dans un premier temps, nous avons choisi de finaliser la numérisation du réseau droit de la grotte afin de lancer les premières modélisations et simulations sur cette partie du réseau. Pour ce faire, nous avons scanné le secteur 9 qui abrite notamment, sur une de ses parois, des motifs de chevrons dessinés au pigment noir à l’âge du Bronze.

 

numérisation 3D du secteur 9 (à gauche) et levé topographique des sphères (à droite)

numérisation 3D du secteur 9 (à gauche) et levé topographique des sphères (à droite)

Dans une seconde étape, nous avons travaillé dans le vaste réseau gauche de la cavité, autour des secteurs 29 à 38. Le travail a été rendu ardu par la difficulté d’accessibilité de certaines galeries de la grotte, particulièrement étroites et basses sous plafond.  La taille réduite du laser scanner Focus (FARO) a néanmoins permis d’accéder aux espaces les plus étroits et inaccessibles. Cette partie du réseau ne recèle quant à elle que peu de vestiges : quelques rares foyers et tessons de poterie.

Levé topographique (avec la station totale M3 TRIMBLE) des sphères positionnées dans le secteur 36.

Levé topographique (avec la station totale M3 TRIMBLE) des sphères positionnées dans le secteur 36.

Scan du secteur 29

Scan du secteur 29

Scan 3D de la galerie des foyers (secteur 18)

Les journées de lundi et mardi ont été consacrées à la numérisation 3D de la galerie 18, longue d’une trentaine de mètres. Ce travail, réalisé à l’aide du scanner Photon Faro et d’une station Trimble VX a mobilisé 4 personnes. L’exiguité des lieux – la galerie est par endroits haute d’à peine 1,20 m et large de 80 cm – a complexifié la manipulation des appareillages. Pour compléter le travail de numérisation, Pierre Grussenmeyer a effectué une série de photographies numériques en haute résolution (15 M) des parois du secteur 18 dans le but de « texturer » le modèle 3D.

À l’occasion de cette manipulation, l’équipe a accueilli un étudiant de l’INSA-Strasbourg, actuellement stagiaire chez GEOTOPO, Franck Lamure.

Relevé des sphères au Trimble VX par Franck.

Relevé des sphères au Trimble VX par Samuel, Franck et Benoît.

L’équipe de l’INSA-Strasbourg profite de ce billet pour saluer Anne !